Breaking News
Accueil / Critiques / Second Chance

Second Chance

On rêve constamment d’avoir une nouvelle opportunité, suite à de mauvaises décisions. Ce qu’Uwe Rosenberg nous propose justement au travers de son casse-tête Second Chance.

Un puzzle qui prend la forme d’une grille personnelle vide, à compléter avec des formes données. Que l’on ajoutera à l’aide d’un crayon. Attention toutefois à bien sélectionner sa pièce et la placer de manière idoine. Car si l’on n’arrive pas à en installer une choisie, l’on risque de perdre… Et c’est justement là que le nom Second Chance commence à prendre tout son sens.

Au début d’une partie, les 6 concurrent(e)s maximum reçoivent une forme de départ différente, composée de 8 carrés. Que l’on dispose de façon à recouvrir l’emplacement central. Ce qui n’empêche pas la grande ouverture de placement, puisque l’on peut pivoter cette pièce comme on le désire. On passe ensuite à la révélation des 2 premières cartes Forme. Qui elles se constituent d’une à 7 cases. Chaque joueuse/eur choisira l’une de ces pièces à représenter sur sa grille. Qu’elle soit adjacente ou non à celle déjà en place. Et bien sûr au fil du temps, davantage d’espaces seront occupés et là encore, nul besoin de faire toucher les formes qui débarqueront par la suite. Tout comme l’on pourra toujours les tourner comme on le souhaite. Attention, pas de superposition pour éliminer des carrés par exemple ! On sent déjà que des fourbes tenteront le coup.

Dans l’éventualité où aucune des 2 cartes ne correspondrait à la place qu’il vous reste, vous avez droit à la fameuse Second Chance. Quiconque dans ce cas, piochera une carte propre pour potentiellement y trouver une pièce adéquate. Ce qui n’est pas sûr et si rien n’est possible même avec ce bonus, vous quittez la partie. Mais ne perdez pas forcément. La première personne touchée par un tel évènement, écrira 1 dans l’une des cases vides de sa grille. Ce qui la fera gagner, si aucun(e) adversaire n’arrive au final à en remplir davantage que vous. Car c’est celle qui sera la plus fournie qui offrira la victoire à sa/son joueuse/eur. Et donc éventuellement à plusieurs d’entre elles/eux simultanément. Y compris, et là c’est le top, si l’on réussit à intégralement compléter la sienne.

Soulignons la présence d’un mode solo à Second Chance. Cette fois, l’on joue 3 sessions et cumule les cases vides de ce trio. Avec comme défi d’en laisser moins de 10. Max Prentis met comme il se doit en valeur les formes suggérées. Ce que l’on accentuera par l’objectif annexe que l’on se fixe vite soi-même. En l’occurrence, créer son propre style dans sa grille. En démarrant par des formes de diverses couleurs. Puis progressivement, on les remplit avec des dessins au lieu de les colorier ou de tirer des traits…

Casse-tête accrocheur comme l’on adore, Second Chance offre en plus des mécaniques originales. Entre sa double proposition à chaque tour et la fameuse seconde chance, qui permet bien souvent de prolonger des parties.

Inod

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …