Breaking News
Accueil / Critiques / Mapigami

Mapigami

Vous le savez : « chasse au trésor, il n’y a rien de plus fort, qu’une chasse au trésor » ! Et Nicholas Cravotta compte bien prouver cet adage au travers de Mapigami.

Oh eh moussaillon(ne) ! Effectivement je te tutoie, car Mapigami est conçu pour un(e) pirate. Ou tout du moins, pour un(e) aventurière/ier qui désirera mettre la main sur les trésors d’un légendaire pirate, le Cap’taine Black Lemon. En réussissant à trouver notre chemin, de notre bateau jusqu’à chaque trésor, au travers des cartes retorses de ce capitaine de choc, l’on récoltera les biens qu’il avait cachés. Et à propos de ces plans, précisons que la trentaine est dispersée entre 5 niveaux. Ce qui ouvre le jeu à tout le monde. Tout en délivrant un intérêt progressif.

La base de Mapigami peut paraitre simple. L’on pointe son stylet bateau là où notre embarcation est indiquée sur la carte choisie. Puis l’on regarde où se situe le coffre. Et à partir de là, l’on doit le rejoindre. Sauf que ces cartes préfigurent de véritables pépites de puzzles. On avancera en suivant la voie grâce à notre stylet, mais celle-ci pourra très bien fréquemment s’arrêter. Il s’avèrera nécessaire de plier/déplier les volets du parchemin, afin de trouver la solution. Ce qui sera loin d’être facile, selon celui sélectionné. La réflexion est réellement de mise, d’autant plus qu’il est interdit de retourner sur ses pas. Enfin ses pas en bateau, vous l’aurez compris.

On devra donc réussir à dénicher les bons pliages, en vue que le chemin puisse se prolonger grâce à une voie venant du dos de la carte. Et qui s’adjoint à celle du recto, où l’on est bloqué(e). De nombreuses variantes existent & l’on se triture de plus en plus l’esprit, pour trouver les pliages adéquats. Deux cartes vont même plus loin, puisqu’elles requièrent de dénicher le duo de routes, qui permettent cette fois de gagner 2 amas de richesses pécuniaires.

Vous l’aurez constaté, Mapigami propose un contenu physique en corrélation avec ses mécaniques. L’on a ainsi droit à 30 cartes, avec un style propre à celles au trésor, comme l’on peut les connaitre par nos références. Ce à quoi s’ajoute l’illustration de la boite, pleinement dans le ton de l’étude de cartes, à la lueur d’une bougie. Stivo & Marc Chouinard ont réalisé un travail convaincant, pour se fondre dans l’ambiance. L’autre partie du matériel est évidemment le stylet bateau, un outil original, qui attire forcément pour le côté collectionnite des objets particuliers dans les jeux de société.

Le principe du pliage tortueux est toujours intéressant & Mapigami sait particulièrement bien le mettre en avant, grâce à son univers de cartes de pirate qui se fond complètement dans une telle mécanique. Blue Orange tient là un trésor de casse-tête.

Inod

Voir aussi

Horde

Quand la Horde de gobelins de Stéphane Pigneul déboule, on sent que le bazar risque …