Breaking News
Accueil / Goodies / Haiku Warrior

Haiku Warrior

Deux ans en arrière, l’on découvrait le 2e jeu de Jason Anarchy, Pretending to Grownup. Appréciant suivre les avancées d’artistes, impossible pour nous de ne pas se pencher désormais sur Haiku Warrior. Accompagné de son extension, Tower of many muses.

Haiku Warrior

Si vous n’êtes pas connaisseuse/eur (ce qui n’a rien de mal) ou êtes un(e) petit(e) rigolot(e), vous avez sûrement votre suggestion bien à vous à propos du titre Haiku Warrior.
Par exemple, vous pensez qu’il s’agit d’un jeu de baston où l’on met du high kick. Mais l’on incarne un guerrier nippon, on prononce donc Haiku… Si vous êtes encore plus limite que cette explication bidon, vous pourriez affirmer tout pareil, hormis que cette fois il s’agirait de l’abréviation japonaise pour le high kick en français. Le Haiku de pied… On dirait du Ken Le Survivant, VF évidemment avec son Hokuto de cuisine.

Mais non, rien de tout cela. Effectivement cela est très étonnant, nous plussoyons votre surprise. Cependant, l’approche est encore plus intéressante. Haiku Warrior s’avère en réalité un jeu de rôle, ” à l’ancienne ” (papier, crayons et dés) uniquement raconté par des haïkus. Cette fois on vous assure que l’on ne fabule pas.

Une spécificité qui sort de l’ordinaire, tant l’on a l’habitude qu’une telle aventure, soit contée de manière très épanchée. Dans divers styles, mais très largement chacun fonctionne avec cette verve. Ce qui change radicalement ici, avec l’absence de maitre(sse) de jeu. Et dans l’éventualité où vous songeriez que cela sera complexe, bancal ou ennuyeux, vous êtes loin du compte. L’on peut dès à présent vous affirmer qu’Haiku Warrior joue la carte de l’humour. Et cela marche particulièrement bien.
On en est déjà là, pourtant certain(e)s ne savent pas ce qu’est un haïku. Sachez qu’il s’agit d’un poème japonais en 3 lignes, de 5, 7 & 5 syllabes.

Haiku Warrior

Un culte ancestral refait surface, ” L’ordre de l’extra syllabe “, qui est déjà en train de semer la pagaille dans le monde. Celui-ci a réveillé une ancienne puissance maléfique, qui mange tout bonnement des âmes et se nourrit du chaos.

Personne ne peut laisser la Terre à ce funeste sort et en tant que poète(sse) & futur(e) héro(ïne), nous allons combattre le mal seul(e) avec notre plume et notre glaive. Ou jusqu’à 4, mais pas en équipe.
On vagabondera dans ces lieux malfamés au cours de 6 quêtes, afin d’y traquer les monstres. Et sauver les âmes de nos compagnon(ne)s de la poésie.

Haiku Warrior n’est pourtant pas du tout tourné vers la camaraderie. Car la personne qui aura secouru le plus d’âmes, remportera la partie. On s’affronte à distance, en comparant nos expériences. Tandis qu’en solo, il faudra en récolter 10 pour gagner.
Qui plus est, les batailles se déroulent en un(e) contre un(e), ce qui tend à prouver que même en quatuor, chacun(e) reste un pauvre Haiku Warrior solitaire. Cela se vérifie sur les phases de jeu, à résoudre au tour par tour, après avoir déterminé son héros. Les capacités différant entre eux, on a tendance à vite avoir son favori.

Tout d’abord, on passe par la boutique afin de s’équiper. Un fruit, une nouvelle arme ou encore de l’huile pour les muscles, il y a ce qu’il faut pour parer à toute éventualité. Bien sûr rien n’est gratuit & les missions qui nous feront gagner de l’argent, permettront d’acquérir ce que l’on désire.
Seconde phase, on pioche une carte Quête. Avec la possibilité de tomber sur une créature à combattre. Mais l’on peut aussi dénicher une carte à conserver : un fruit, un chapeau, un désastre… On lancera dans ce cas les 3 dés & devra atteindre un score égal ou inférieur à celui demandé par la carte, afin de se l’accaparer.

En ce qui concerne la bagarre, le plaisir provient de la quantité d’offensives. Elles-mêmes solutionnées de multiples manières. La variété est ainsi présente à tous les étages.
La joueuse/le joueur débute toujours l’opposition. Il est au préalable nécessaire de sélectionner un coup qui correspond à la force de son arme. Cette dernière qui peut en plus bénéficier d’un bonus grâce à un objet. L’attaque choisie nous indique quel dé utiliser, entre le 4, 6 ou 8 faces. On lance celui demandé & son résultat sera celui de notre attaque, éventuellement agrémenté d’un bonus comme évoqué précédemment.
Il est donc possible d’atteindre un 8 avec le dé idoine, mais l’on ne pourra l’employer en toute occasion. Et selon l’ennemi(e), l’on peut envisager d’abattre tous ses points de vie en usant du D4.

L’adversaire est elle/lui, bien fourni(e) en réponses, avec 4 variantes. On jette le D4 pour savoir quelle sera son offensive. Sur sa carte, un chiffre ou un nombre sera inscrit, dans la case correspondant au résultat du dé venant d’être joué. On le cherche dans le tableau dévolu et y trouve le dé à employer & le nom de l’attaque. Sympathique pour lancer des ambiances, quand à plusieurs c’est toujours un(e) des participant(e)s qui incarne la/le vilain(e).
Le monstre joue le dé & son résultat, additionné à l’extra s’il y en a, retira autant de santé à son opposant(e). Que l’on aura éventuellement l’occasion d’amenuiser, en le contrant par des points de chance gagnés en amont. Et l’on continuera jusqu’à ce que l’un(e) des 2 soit réduit(e) à néant. Si c’est votre situation, vous pourrez toujours revenir à la vie grâce à un produit. Ou même reprendre de l’énergie auparavant.

L’extension Tower of many muses, délivre une identité différente, en s’avérant un JDR dans une tour. Avec l’enchainement d’opposant(e)s étage après étage, que l’on connait chez ce genre. Autre exclusivité, on évolue en solo ou en groupe, avec une vraie entraide durant chaque bagarre pour cette 2nde voie. Selon la quantité de joueuses/eurs, celle de monstres à vaincre au final changera.

Comme nous le précisions assez tôt, Haiku Warrior mise énormément sur l’humour, via ses poèmes qui en sont gorgés. Tant dans ceux qui présentent toutes & tous les adversaires, les objets… Pour lesquel(le)s sont intervenue(s) énormément d’artistes : Becky Cloonan, Jim Zub, Ali Spagnola, Ryan North, “ Fearless Fred ” Kennedy, Intruder Blue of Masked Intruder, Lunar Baboon/Chris Grady, Francois Valentyne, Peter Chiyknowski/RockPaper Cynic, Andrew Valkauskas, Parry Gripp, MC LARS, Robin Laws, James J. Stevenson & David Dittman. Que pour celui où vous participerez. Puisque le jeu vous incite à en imaginer un pour votre aventurière/ier.

Beaucoup d’illustratrice/eurs également, avec Deanna Laver, Joseph Farnack, Aaron Plants, Claudio Pozas & Jason Thompson. Qui délivrent un ton léger & drôle, avec des ennemi(e)s très charismatiques, mais pas dans la crainte.

Aussi drôle qu’original de par sa narration et ses poèmes, Haiku Warrior détonne ! Tandis qu’il propose un système rôliste solide, avec une grande variété dans les coups, entre stratégie et hasard. Jetez vous sur cette édition. L’extension apporte une nouvelle manière de jouer, en coopération, en plus du solo chez les 2, et de la course au meilleur résultat à plusieurs dans le jeu de base.

Inod

Voir aussi

Undo – Le Printemps des cerisiers

Undo est une série de Michael Palm & Lukas Zach, venant de sortir chez Gigamic, …