Breaking News
Accueil / Critiques / Dragon Market

Dragon Market

S’occuper des emplettes pour les cadeaux de mariage, en voilà une tannée. Marco Teubner espère nous faire penser le contraire au cours de Dragon Market (Blue Orange/Blackrock Games). Où la balade semble plus amusante.

La princesse de la baie du Dragon, Xue, se marie dans quelques jours. Tout le monde désire la satisfaire avec les présents souhaités. En vue de réussir cet objectif, les 2 à 4 joueuses/eurs envoient chacun(e) leur petit héritier au Dragon Market.
Où ils se livrent une bataille de rapidité pour y arriver en première/ier. La carte objectif tirée en avant partie par chaque participant(e), représentant les marchandises à acquérir. En compléter 2, à valider en revenant après chaque sur son ponton, rapportera la victoire.

Si vous l’ignoriez pour l’instant, apprenez que Dragon Market se joue sur l’eau. Ou plus exactement que le plateau représente une ville, baignant dans le transport en petit bateau. Aucun rapport avec d’éventuels vêtements que la princesse désirerait. Surtout qu’ils ne lui serviraient point, si elle ne pouvait rien faire dedans.
Les déplacements s’exécutent ainsi de 2 manières. D’une part, via les bateaux. Dix figurent sur l’aire & quiconque des 2 à 4 héritières/iers pourra les utiliser.
D’autre part, chacun(e) incarne son propre rôle avec son pion. Au départ, chacun(e) sur son ponton, dans un coin du plateau. Il s’agira par conséquent de mouvoir son personnage, en sautant d’une embarcation à une autre, en vue de récolter les marchandises.

Lors de son tour, le total du jet des 2 dés signifie la quantité de cases dont l’on peut bouger. Un bateau par exemple, néanmoins l’on ne peut faire n’importe quoi. Ceux-ci ne vont qu’en avant ou en arrière, pas sur les côtés.
L’on doit aussi prendre en compte le terrain & ses obstacles, pour réussir à avancer ou pivoter à 90 degrés afin de changer de destination. Vous avez déjà vu un tel véhicule sauter par-dessus un autre ? Plonger pour ressurgir plus loin, à la rigueur, mais Dragon Market ne permet point cette facétie.

Mais il s’avère tout autant envisageable de déplacer sa/son protagoniste. Qui transitera d’embarcation en embarcation. Sans toutefois marcher sur le marin de chaque. Si vous désirez attraper l’objet qui se trouve de l’autre côté du bateau, il faudra donc réfléchir autrement qu’en se jetant dessus. Puisqu’il est interdit d’enjamber notre navigatrice/eur, un peu de respect !
Par contre, l’on peut visiter l’endroit où se situe un(e) concurrent(e). Sans s’y arrêter, mais avec la possibilité d’y prendre une marchandise requise par notre objectif. Les seules que l’on peut attraper par ailleurs. Oubliez les stratégies qui consistent à tout chaparder.
Heureusement d’ailleurs, sinon le jeu perdrait tout intérêt étant donné que l’on ne pourrait jamais le finir la plupart du temps. Car les marchandises nécessaires ne seraient plus disponibles.

Ne pouvoir user de tous ses points pour se déplacer n’est pas un souci, puisque les non employés peuvent être convertis en pièces. Permettant de s’offrir jusqu’à 2 mouvements supplémentaires au cours d’une séquence.

Dragon Market propose également une variante coopérative, avec quelques différences dont 4 objectifs à atteindre. Durant celle-ci, au même titre qu’en chacun(e) pour sa peau, l’on peut évoluer avec les règles avancées. Qui remplacent les cartes objectifs bleues, par les rouges.
Trois seront à remplir, mais quand un le sera, l’on retournera sa carte & découvrira le bonus débloqué. Treize existent, dont la possibilité de déplacer son pion en diagonale une fois par tour.
Ou encore, à la place de sélectionner son objectif parmi 2 cartes (spécificité de la version avancée), l’on pourra tout de suite le sélectionner parmi 3. Permettant d’avoir plus de choix dans sa stratégie. Un autre bonus nous laisse, une fois par tour, sauter par-dessus un bateau (et oui finalement) en restant sur la même ligne.

L’ambiance détendue, malgré cette course effrénée, se renforce par les illustrations au ton léger de Tomek Larek. Qui en profite pour nous projeter dans les charmes chinois, notamment via la boite très attractive.
Au même titre que le contenu matériel de Dragon Market. Des bateaux typiques et des pions sympathiques, accentuent son identité.

Les mystères du Dragon Market n’auront aucun secret pour les plus malins et intrépides héritiers. Des mécaniques asymétriques pour les déplacements, rendent déjà le premier défi intéressant. Mais avec les bonus, il en résulte un jeu de stratégie très évolué.

Inod

Voir aussi

Père Fouettard Corporation #3

Pas de Marie-Noëlle, ni de Jean-Balthazar dans Père Fouettard Corporation #3 (Kurokawa) d’Hikaru Nakamura. Un …