Breaking News

Crazier Eights: Olympus & Pantheon

Nul besoin de présenter James Wallace Gray & sa série de jeu de cartes. Cette dernière qui vient d’accueillir 2 nouveautés, avec Crazier Eights: Olympus & Pantheon (Recoculous), passées par Kickstarter.

Bien que Crazier Eights: Olympus & Pantheon se jouent globalement de manière semblable, à l’instar des autres pans de la licence, ceux-ci connaissent leurs différences. Néanmoins, l’on navigue toujours dans un affrontement, où notre/nos adversaires seront certes à prendre en compte, mais pas pour éliminer leurs cartes.
Au contraire, la/le première/ier à ne plus rien avoir en main, remporte la partie. Les cartes pouvant agir sur les autres, ainsi que sur nous, l’on cherchera continuellement à éliminer les nôtres. Tout en en faisant récupérer davantage à l’adversité.

Différence importe entre Crazier Eights: Olympus & Pantheon, le premier contient 52 cartes & permet donc d’évoluer de 2 à 4. Le second en possède 33, suffisamment pour une triplette. Et l’on peut les combiner, afin de s’affronter en quatuor & créer des variantes dans l’approche.
Effectivement, car les thèmes sont différents, comme vous l’aurez saisi par les noms. Par conséquent, les cartes aussi & leurs impacts au passage. Entre les atouts & les évènements, l’on devra réussir à jongler, avec également les codes de symboles & coloris des éléments.

Concrètement, l’on cherchera à se défausser des siennes, avant de devoir en piocher une autre. Tout en obligeant l’opposition à en récolter davantage, pour se trouver plus loin de la victoire. Cependant l’on ne s’arrête pas à cette base. Car si les effets diffèrent à chaque carte, les conditions renforcent le côté stratégique. Puisqu’il s’agira de les remplir, par rapport à l’identité dans le coin gauche supérieur de celles-ci.

En abordant des sujets différents, Crazier Eights: Olympus & Pantheon nous font profiter d’autant plus de variété, chez leurs illustrations. Le 1er se penche ainsi sur la mythologie grecque, tandis que le second s’articule autour de la gréco-romaine. L’on découvre/retrouve des protagonistes & autres lieux inhérents à ces identités.
L’ensemble dans un style de peintures propres à la saga. Un choix original dans le courant global de celles-ci, que l’on ne croise pas tous les jours dans le milieu ludique. Le jeu en tire un avantage, en plus de leur qualité. Avec cette touche à l’ancienne, renvoyant typiquement à des œuvres nous plongeant dans des temps anciens. Propres à ceux croisés ici.

De leur franchise toujours efficace, Crazier Eights: Olympus & Pantheon arrivent à prolonger le renouvellement. Ceci via des mécaniques avec des distinctions, y compris entre les 2 paquets. En sus du plaisir d’obtenir des peintures & références encore différentes.

Inod

 

Voir aussi

Magic: The Gathering retourne dans le très populaire monde de Zendikar

Wizards of the Coast est heureux d’annoncer la sortie de la toute dernière extension de …