Breaking News
Accueil / Critiques / Word Bank

Word Bank

On a presque envie de proclamer que les jeux chez Blue Orange se suivent et se complètent. Car après avoir amassé les trésors durant Mapigami, il est temps de les protéger dans Word Bank de Fabien Tanguy.

Plus exactement, vos biens au cours de Word Bank seront des pierres précieuses. Par crainte, vous cherchez à les tenir à l’abri du vol. Pour ce faire, vous comptez sur des coffres-forts qui requièrent un mot de passe. Vous pensez qu’avec une telle sécurité, il ne devrait pas y avoir un seul problème. Sauf que la protection ne sera complète qu’à partir du moment où ces meubles au contenu convoité, seront remplis. Les mots devront donc être bien réfléchis avant de s’en servir, afin de combler un maximum de trous via les lettres permettant de disposer une pierre. Et par conséquent, de pouvoir boucler un coffre.

Prévu pour 2 à 5 participant(e)s, l’on détiendra un nombre différent de précieux cailloux au début de Word Bank. En l’occurrence, entre 12 & 20, d’une couleur propre. Sept cartes représentent chacune un coffre fort, que l’on place face Lettre. Lors de son tour, l’on déterminera un mot de passe par l’une de ces lettres. Que l’on clame évidemment à voix haute, sinon l’on se demande comment l’on pourrait arriver au terme du jeu sans faire n’importe quoi. Après cela, l’on a l’occasion de placer une partie de ses joyaux sur les coffres. On démarre par celui dont la lettre correspond à la première de notre MDP. Puis sur les emplacements libres (pas d’accumulation) des cartes qui contiennent une lettre de notre mot-clé, l’on peut inclure une pierre. Des chaines de bijoux placés en un tour peuvent ainsi en résulter.

D’où l’importance d’un mot intéressant pour vite ranger un maximum de pierres. Lors d’une telle action, l’ordre des lettres de son MDP doit être suivi. Cependant, rien n’oblige à se servir de toutes celles qui peuvent l’être. Et l’on ne peut non plus les déployer à sa guise fort heureusement. Des contraintes existent, à savoir un tour des cartes au maximum. Ainsi qu’un unique bijou par coffre lors de notre manche. Profitons-en pour évoquer les règles à propos des mots de passe. Il peut s’agir de n’importe quel terme, à ceci près que l’on ne peut en reprendre un déjà employé au cours de cette session de Word Bank. Ni même se servir de la base de l’un énoncé au préalable. Donc pas de préfixe, suffixe, conjugaison ou encore un verbe dont l’on prendra la version nom commun. Par exemple, pas de travailler, qui deviendrait travailleuse/eur.

Quand un coffre est complet, voire si plusieurs le sont, au terme de notre séquence, on le(s) ferme et le(s) conserve devant soi. Puis l’on ajoute de nouveaux coffres, pour suppléer ceux retirés. Les pierres qui étaient dessus sont rangées et ne bougeront plus de la boite. Ce qui nous amène à la manière de conclure une partie : qu’un(e) joueuse/eur ne possède plus un seul joyau devant elle/lui. On peut par conséquent imaginer que l’on tentera de vider son stock rapidement, évitera de conclure une carte qui enverrait un tas de cailloux d’un(e) adversaire à la défausse…

Cela peut s’envisager, mais pas de façon basique, car qui n’a plus de pierres dans sa réserve ne gagnerait pas forcément. Bien qu’il soit effectivement nécessaire d’être celle/celui qui en possède le moins, mais en comptant dans son total celle(s) encore sur un ou des coffre(s). Si ex-æquo il y a, la personne avec le plus de cartes dans sa besace, gagnera la partie.

Word Bank vient, fort heureusement, avec un matériel qui vous donnera envie de le mettre à l’abri de vos adversaires. Les pierres précieuses s’avèrent ainsi plus concrètes & attirantes, que de simples jetons ou autre cubes comme l’on en croise régulièrement. Qui plus est, l’on retrouve des coloris nous font particulièrement plaisir, dont le rose trop souvent délaissé.

Malin dans sa dualité, en mélangeant la gestion & le placement de ses éléments, tout en poussant à la réflexion par les mots, Word Bank propose ce soupçon d’originalité très sympathique. Et quand vous vous retrouvez avec des personnes peu portées sur les jeux avec une recherche de mots, notamment pour les faire progresser, on a droit ici à une pratique en douceur. Tout en s’avérant un outil essentiel, si bien qu’elles feront en sorte de s’améliorer.

Inod

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …