Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Warhammer Vermintide – The End Times

Warhammer Vermintide – The End Times

Nul besoin de peindre des figurines de Games Workshop, même si l’on adore ça, les personnages sont déjà colorés dans Warhammer Vermintide – The End Times. & ils sont même de plus en plus nombreux grâce aux contenus additionnels sortis par Fatshark AB, entre la sortie originelle & aujourd’hui, où déboule l’Ultimate Edition réunissant tout ce petit monde.

 

Uberat

Si l’on transposait l’histoire de Warhammer Vermintide – The End Times à notre époque, on pourrait songer qu’en cette période de grèves, vous comptez rentrer dans votre bonne vieille bourgade d’Ubersreik mais n’avez aucun moyen de transport disponible. Du coup vous faites appel à une application (des affiches sur des troncs d’arbres) de « co-charrettage ». & là vous découvrez que votre chauffeur n’a que de mauvaises recommandations. Non pas qu’il soit radin, mais c’est un rat, jusqu’ici ça va, mais en voulant à votre vie. Donc moins sympathique finalement.

En réalité, enfin dans le jeu, les Skavens, des rats géants, envahissent la cité avec de bien viles intentions. Quoi que les vôtres ne sont pas meilleures. On réfléchit alors pleinement au message transmis. Et généralement c’est à ce moment que l’on se fera bouffer. Car le but restant de dézinguer tout ce qui bouge.

Splinter sell

Avec son escadron de 5 classes différentes de base, auxquelles s’ajoutent celles sorties via des contenus téléchargeables, Warhammer Vermintide – The End Times propose une sorte de sentai à sa sauce.

Les styles sont évidemment très différents, entre l’attaque rapprochée pour l’un, à distance pour l’autre, adepte de la magie encore pour untelle… De quoi former une équipe de 4 équilibrée & convaincante sur le papier. Cela se confirme sur le terrain, aucun ne semblant vain. Même si clairement on se sentira plus à l’aise avec des habitués de la bagarre de proximité.

Les armes sont nombreuses, comme le dit la chanson : des haches  & des épées dans le jardin d’Eden. Tout est là & même plus encore, tant via les dagues, les masses, que savoir se protéger avec les boucliers. Pour davantage de diversité & former un escadron capable de préparer des offensives diverses, on bénéficiera aussi d’arbalètes, arcs, flingues, ainsi de Pampulilu pouvoir magique : des bâtons de sorcellerie.

Comme les autres logiciels du genre, WVTET , on dirait l’abréviation d’une compagnie de catch, mise sur la cohésion. Il s’agira d’anticiper une stratégie, au lieu d’y aller au petit bonheur la chance. Sans omettre le besoin de soigner ses camarades, demandant là aussi de faire attention à ce qui se déroule. Une mission réussie ça ne se fait pas en solo.

Il sera également essentiel de bien s’équiper entre 2 séquences de ratissage des lieux. Pour cela une dose de hasard est dévolue à ce que l’on pourra récolter, notamment par le jet de dés. Non sans y inclure une part de chance accrue si l’on récupère durant l’action des grimoires. Toutefois ceux-ci amenuisent la santé de la bande. Un savant calcul digne de jeux de société, au sein duquel on osera ou non se plonger. Cela renvoyant au passage à l’identité première des jeux Warhammer. Forger & vendre ne sera pas inutile non plus en vue de vaincre les dignes héritiers du sensei des égouts.

On passe à la rattaque

Cependant on ne naviguera pas trop dans les égouts justement, car ce sont eux qui viennent faire vers un tour sur ce que l’on a trop pris pour chez nous. Warhammer Vermintide – The End Times nous fait ainsi visiter la cite & ses alentours, au travers de décors superbes & à l’architecture démentielle. Les ruelles étroites sont là, mais l’immensité est également vue de haut, tandis que l’on farfouille à d’autres moments dans des lieux déments. La variété est au rendez-vous.

 

Avec sa coopération calibrée comme il se soit aussi bien par les capacités des protagonistes, que par les besoins des missions, Warhammer Vermintide – The End Times délivre une aventure en groupe finement pensée. Bien que sur le terrain on devra surtout annihiler la menace. Gros point fort, la pré-gestion des loots, avec un système très rôliste version plateau.

Inod

Développeur : Fatshark AB
Éditeur : THQ Nordic
Genre : Action
Supports : PlayStation 4, Xbox One & PC Windows

Voir aussi

Destiny 2 : Renégats : L’Arsenal Sombre ouvre ses portes

Bungie, Activision et Vicarious Visions proposent le Pass Annuel Destiny 2 : Renégats. Ce dernier …