Breaking News
Accueil / Critiques / V-Rally 4

V-Rally 4

Forcément, le retour d’une licence suscite toujours l’intérêt. Néanmoins personne n’est dupe en voyant débouler V-Rally 4. La technologie ayant grandement évolué depuis le dernier, tandis que l’on retrouve un autre studio derrière. KT Racing (Kylotonn si vous les connaissiez déjà sous ce nom), soutenu par Bigben. Une nouvelle déjà meilleure en soi, puisque l’on connait leur travail en commun.

L’essence de V-Rally ?

En s’octroyant cette franchise, cela offre un panel de possibilités plus large à KT Racing, que sur une simulation devant rentrer dans le cadre d’une compétition officielle. Si cette dernière caste fait toujours plaisir lorsque le résultat est au rendez-vous, l’on adore s’encanailler avec des jeux sortant des sentiers battus.

C’est clairement ce que compte délivrer V-Rally 4. Tout d’abord via ses diverses approches. Un quintet permettant de constamment varier l’expérience. Et même, dès le départ, d’attirer un public réfractaire aux logiciels de rallye fermés à une discipline. Avec une seule voiture en piste & tout le tralala.

On passera ainsi par le Rallye classique, en solo, rappelant les championnats les plus mis en avant. Mais également des disciplines changeant complètement le trait. La bien-nommée Hillclimb, qui dans tous les jeux où elle se retrouve sait attirer de par son défi de devoir grimper des montagnes, mais également de se les enfiler à tombeau ouvert. Avec ce que cela implique de variations dans la façon de piloter, par rapport aux autres segments du jeu.

Des options plus débridées, avec le V-Rally Cross & le Buggy. Où l’on se mettra sur la poire, enfin le pot d’échappement, la carrosserie & tout le toutim. Ces courses se déroulant à plusieurs, on s’y adonne d’une manière & l’on en ressort dans un état totalement différents que dans une épreuve contre-la-montre. Le multijoueur, même contre l’I.A., insufflant un amusement tout autre. Enfin l’Extreme-Khana, où le terme débridé n’est même plus assez fort. On fait dans le moins réaliste, on découvre des environnements non formatés aux courses. Le tout avec des sensations… extrêmes oui c’est le mot, bien que cela fasse radotage.

On pourrait presque dire qu’il y a davantage qu’un soupçon arcade chez ce dernier & même dans les 2 cités précédemment. Néanmoins ce n’est pas parce qu’il y a des tremplins dans cette dernière catégorie, que l’on fait dans le moins sérieux & que cela sera facile. Au contraire, il s’agira d’être sur ses gardes.

NRV-Rally 4 ?

Car effectivement, V-Rally 4 sait apporter une touche moins réaliste de par un enrobage n’hésitant pas à proposer des décors originaux & de l’affrontement à plusieurs. Toutefois la conduite s’avèrera précise, tout autant que les tracés sont retors. Une bonne dose de simulation en somme, sans pour autant partir vers une immense complexité des réglages. On sent que le jeu a été placé à mi-parcours. On reste dans un pilotage crédible, amenant une évolution & rejouabilité plus importante. Sans non plus être harassé(e) par des tas de détails ne parlant qu’aux passionné(e)s.

Tout en dégainant des modes taillés pour s’éclater, tout en conservant sa facette réaliste. Ne serait-ce que la précision des virages suffit à démontrer le tour de force du studio. Mais bien sûr c’est la totalité de la prise en main, chaque détail de la piste, du freinage à donner, de l’accélérateur à pousser, des circuits tortueux à anticiper, qu’il s’agit de souligner.

Ce qui sied grandement au mode solo nous lançant dans la carrière d’un pilote aux multiples talents. En effet, les 5 épreuves offrent à notre carrière une diversité de chaque instant. Ou du moins de chaque nouvelle course. Certains tracés sachant se faire long en solo, d’autres plus brefs et nerveux en groupe. On varie les plaisirs & les approches. La lassitude étant ainsi un lointain souvenir. Une réussite allant au-delà du simple fait que V-Rally 4 bénéficie d’une jouabilité de qualité. La répétitivité étant le mal principal des JV, puisque la plupart nous demandent encore & encore de faire la même chose. Si bien qu’amusants au début, ils en deviennent pénibles & on ne les termine pas. & dans le sport, y compris le mécanique, cela est d’autant plus exacerbé : on repart pour une course, un match, on fait toujours les même gestes, chaussettes, tête de delco, une gorgée de diesel…

Notre gus passant ainsi d’un style à un autre, avec le besoin de performances. Vous nous direz qu’évidemment, afin de devenir super champion ! Mais pas que, puisque l’on retrouve une dimension gestion de carrière & de ses bolides. La réussite amenant les sous. De quoi se payer des personnes qualifiées dans le domaine de la mécanique, ainsi que dans la recherche & le développement. En vue d’améliorer son tacot. Sans oublier que le flouze nous servira aussi pour en acheter des meilleurs & des plus adaptés !

D’ailleurs avec la pelletée de caisses mises à disposition, V-Rally 4 n’a pas à rougir par rapport à la concurrence. Même si l’on en réclamera toujours plus, même s’il y en avait 500. On retrouve pas mal de constructeurs, avec des modèles très distincts les uns des autres. On ne citera que nos 2 bagnoles favorites : la Lancia Delta HF & la Lancia Delta S4. Mais il faudra aussi s’occuper de ce qui nous entoure, en s’octroyant un agent & des sponsors, avec les objectifs qui vont bien.

Un jeu qui rally les gens

Attention on a gardé le meilleur pour maintenant. Car si, comme on l’évoquait précédemment, les simulations de rallye, surtout officielles, se jouent à un bolide seul sur la piste, le multijoueur suit. Et ceci depuis longtemps. Donnant lieu à des parties chacun(e) son tour. & comme aujourd’hui les jeux de course, voire les jeux vidéo tout court, ne proposent quasiment plus de multi local, autant vous dire que l’on désespère & l’on en parle à chaque sortie du genre.

Que voilà une bonne nouvelle avec V-Rally 4, puisque l’on peut évoluer à 2 simultanément, sur le même écran, la même console, avec un seul exemplaire du logiciel… Si possible dans la même pièce, mais on y arrive dans 2 différentes, heureusement que les pads sont sans fil. On n’en revenait pas lors de l’annonce & pourtant c’est véridique. Ce que cela fait du bien !

Il est également possible de s’affronter par le Net, tant mieux. Et l’on nous propose en sus des défis à remplir en solo, avec un classement en ligne. Permettant de glaner un maximum de deniers salvateurs pour tout débloquer. Tout en relançant l’intérêt avec des missions diverses, aux récompenses bienvenues.

Visuellement, V-Rally 4 t sait nous ravir pas uniquement par ses véhicules. Pourtant l’épicentre des jeux se consacrant à la course & pas à la balade. On bénéficie d’environnements sublimes, détaillés & à la variété frappante. Même si là encore on en voudrait davantage. Néanmoins la profondeur de chaque démontre le soin & le temps pris, ce qui vaut toujours mieux que pléthore d’endroits réalisés à la va-vite & n’étant que des clones. Ici le changement est radical tant graphiquement, que dans l’approche ludique. On relèvera au passage la qualité des bruitages des lieux & des voitures. Pas de tondeuses à l’horizon.

Précis mais pas ennuyeux, une variété de courses détonante & un mode en écran partagé nous ravissant d’emblée, font de V-Rally 4 une simulation rassemblant les féru(e)s de conduite précise. Mais également celles & ceux désirant s’éclater sur un tracé plus dément, avec d’autres concurrents. Secouez le tout & vous obtenez un mode carrière réunissant le tout, de quoi laisser la lassitude au garage.

Inod

Développeur : KT Racing
Éditeur : Bigben
Genre : Course
Supports : PS4, Xbox One, PC & Switch

Voir aussi

Car Mechanic Simulator

Comme de nombreuses simulations d’un peu tout, Car Mechanic Simulator est réputé depuis un bon …