Breaking News
Accueil / Critiques / Utawarerumono: ZAN

Utawarerumono: ZAN

La saga Utawarerumono est de retour, avec le petit bonbon qu’est Utawarerumono: ZAN. Ce titre au goût de réglisse, nous faisant espérer un jeu bien huilé, pour une licence qui dévie vers une nouvelle voie ludique.

ZAN va trancher chéri(e)

L’on en parlait en introduction, Utawarerumono: ZAN propose une approche différente dans son genre, par rapport à ses grands-frères. Si l’identité visual novel, avec énormément de dialogues à lire n’était pas pour vous plaire & idem pour les batailles tactiques au tour par tour. Tandis que vous êtes plutôt attiré(e)s par l’action, vous y trouverez potentiellement votre compte. Du moins de base, vous savez que désormais la franchise peut vous intéresser d’un point de vue ludique. Et ainsi vous intriguer également dans le suivi de son histoire. Qui en parallèle effectue des coupes franches, par rapport à celle-ci que l’on a pu déjà connaitre au cours d’Utawarerumono: Mask of Deception.

En effet, il s’agit du même scénario, mais moins détaillé de par ce choix d’une autre manière de l’aborder. Si vous craigniez une narration profonde comme celle du VN, il n’en est rien. Mais si vous en aviez envie en alternance à la castagne, il faudra mixer les 2 logiciels. On reste ainsi dans le même royaume stylisé médiéval nippon, où l’amnésique Haku se retrouvera bien vite engouffré dans la défense de son peuple. Heureusement, il est loin d’être seul comme vous le constaterez au fil de l’expérience.

Haku d’épées, de flèches, de sorts…

On ressent la volonté de laisser l’histoire suffisamment présente, mais qu’elle ne soit plus le cœur de l’expérience. Désormais dévolu aux séquences jouables pleinement beat’em all. Les 2 s’entremêlent néanmoins & l’on est tout de même loin d’un vide scénaristique. Pour avancer dans l’aventure, l’on en passera donc par des combats, où l’on retrouvera des tonnes d’adversaires simultanément de faible résistance. Et des boss plus costauds. Pour les occire, l’on enverra notre quatuor s’en occuper.  Évidemment, la diversité de nos personnages (une douzaine) permet de varier les plaisirs, entre les attaques à distances avec un arc, l’utilisation de la magie, de l’affrontement de mêlée, des capacités curatives… Des habiletés tout aussi importantes dans leur emploi par rapport à l’opposition.

En appuyant simplement sur un bouton pour changer de membre, l’on passe de l’un(e) à l’autre sans attendre. Ce qui fonctionne particulièrement bien pour rafraîchir constamment sa palette de possibilités sur une zone. Les autres étant contrôlé(e)s par l’intelligence artificielle durant ce temps. Le reste du pavé d’actions se compose d’une touche pour chaque type d’attaque. Entre la normale, la puissante et la spéciale. Mais au-delà des tatanes individuelles, l’on aura l’occasion de faire coopérer nos éléments pour une offensive combinée. Qui, vous l’avez deviné, réalise de considérables dégâts. Une cohésion qui devrait être galvanisée en multijoueuse/eur en ligne jusqu’à 4. Malheureusement nous n’avons pu l’essayer & regrettons forcément l’absence de coopération en local. La facette rôliste est elle toujours de la partie & ouvre la possibilité de faire progresser son escouade, à mesure de ses réussites.

ZAN veut encore

Cela tombe bien, car Utawarerumono: ZAN propose justement en marge du mode Histoire, une ouverture à la rejouabilité. Via la possibilité de refaire les missions déjà complétées. Avec des défis difficiles, qui auront un intérêt de par les bonus à glaner…

L’univers s’avère lui ultra attirant, avec son chara design mis en valeur aussi bien dans les séquences illustrées lors des dialogues, que durant celles jouables. Où les modèles 3D sont aussi sublimes, qu’ils bénéficient d’animations de grande qualité. Ce à quoi l’on peut ajouter les effets d’attaques. En revanche, comme toujours chez ce type de JV, les décors, auxquels l’on ne s’intéresse de toute façon pas, sont eux laissés de côté. On bénéficie également de cinématiques qui donnent envie d’avancer au plus vite, afin d’en découvrir de nouvelles. Tant elles nous renvoient au top visuel des animes. Une sensation renforcée par la qualité sonore, avec les doublages japonais (sous-titres anglais) & des musiques qui savent coller à l’ambiance.

Bonne idée que de proposer de découvrir un univers, via un autre système de jeu. Utawarerumono: ZAN plaira ainsi sans mal aux accros d’action, tant elle est de chaque instant. Avec ce qu’il faut d’évolution pour nos personnages. Peut-être même qu’elles & ils y trouveront le désir de se pencher sur les précédents jeux pour approfondir leurs connaissances de l’histoire. Information intéressante, du contenu téléchargeable gratuit est disponible. Plus précisément le costume « Hooded Kuon », attention vous avez jusqu’au 4 octobre 2019 pour cette offre. Ainsi que le niveau Shibuya.

Inod

Développeur : Tamsoft
Éditeurs : Aquaplus/NIS America
Genre : Jeu de rôle action
Support : PlayStation 4

Voir aussi

Horde

Quand la Horde de gobelins de Stéphane Pigneul déboule, on sent que le bazar risque …