Breaking News
Accueil / Critiques / Undo – Le Printemps des cerisiers

Undo – Le Printemps des cerisiers

Undo est une série de Michael Palm & Lukas Zach, venant de sortir chez Gigamic, qui propose à chaque fois une nouvelle aventure. Un trio est déjà disponible & nous allons tout d’abord nous pencher sur celui qui se déroule au Japon : Undo – Le Printemps des cerisiers.

Qui n’a pas rêvé de voyager à travers le temps ? Peu importe l’époque à laquelle l’on pose cette question, l’on doit à peu près retrouver 100% de réponses affirmatives. Tantôt par une envie très égocentrique, tantôt par une nostalgique, mais également parfois dans un but plus « noble ». Même si changer un détail dans le temps, peut s’avérer néfaste pour la suite. Bien que selon les théories, il existe plusieurs cycles temporels, faisant que l’on impacte sur un futur, mais pas nécessairement sur celui d’où l’on vient qui finalement n’a pas bougé d’un iota. Toutefois, l’on fera table rase de ces questionnements & cherchera plus que jamais au cours d’Undo – Le Printemps des cerisiers, à bouleverser l’histoire.

Il s’agit par ailleurs de notre fonction, en tant qu’agent(e)s du destin. Notre objectif s’avérant de reconstituer un parcours dans le temps, pouvant être très étendu, en partant du décès d’une personne. Ici, l’on débute à Okayama en mars 2000, par le décès d’un soixantenaire dans son salon. Aucune trace apparente signalant un quelconque affrontement, on ne peut pas en dire autant du verre de vin à ses côtés, qui au-delà d’une simplement blessure est lui carrément brisé. Tandis que l’on remarque également le cliché d’une femme en fauteuil roulant. & enfin, des branches de sakuras, les fameux cerisiers en fleurs.

Nous n’en dévoilerons évidemment pas davantage, non pas car Undo – Le Printemps des cerisiers proposerait un scénario en préambule en guise d’esbroufe, pour au final n’être porté que par son système de jeu. Au contraire, ce dernier s’amalgame pleinement à l’histoire, qui est à l’épicentre de ses mécaniques. On dispose ainsi de cartes Histoire face cachée, à retourner selon nos désirs par rapport aux lieux et aux dates. Conçu pour 2 à 6 participant(e)s, on se concerte ainsi énormément, tel un conciliabule d’enquête, afin de se mettre d’accord sur le moment propice à sélectionner, qui pourrait être celui nous faisant le mieux avancer dans notre connaissance de l’histoire, en vue de sauver la victime.

Une dimension coopérative qui perdure, puisque suite à la découverte du pan scénaristique de la carte révélée, l’on devra effectuer un choix parmi plusieurs propositions. Selon celui pris, l’on gagnera plus ou moins de points, qui correspondent à notre savoir sur la vie de cet homme. Et de tout un tas d’éléments déclencheurs, plus ou moins proches dans le temps, touchant au final à cette affaire. La résolution de l’enquête dépend ainsi de nos décisions. Et si l’on ne réussit à pas à suffisamment bien connaitre l’histoire, ce que la quantité de points révèlera, on ne pourra sauver la personne. Sans omettre que nos actions auront néanmoins une incidence.

On ne termine donc pas nécessairement Undo – Le Printemps des cerisiers avec brio dès la première tentative. Et tant mieux, car l’on a par conséquent l’occasion d’y jouer plusieurs fois avant de secourir l’homme, grâce à nos pérégrinations. Surtout que l’on a véritablement l’occasion d’apprendre tel ou tel détail lors d’une partie & pas d’une autre… De prendre telle ou telle voie… Permettant d’esquisser l’histoire de diverses manières & de ne pas être dans une redite, avec un simple élément qui bloquerait à tel moment. Et que l’on résoudrait différemment lors de la prochaine session pour avancer. Il est aussi envisageable d’être en difficulté & d’user d’une carte indice, pour s’en sortir.

L’ambiance mystique se retrouve visuellement, par le biais de Léa Fröhlich & Lisa Lenz aux illustrations.  On y retrouve de quoi se plonger totalement dans cette atmosphère fantastique de voyages temporels & de tension enquêtrice.

Original dans ses méthodes, Undo – Le Printemps des cerisiers s’avère un jeu d’enquête aisé à comprendre, mais qui ne nous fait pas pour autant suivre un parcours balisé. Les choix sont multiples & impactent notre expérience, au sein d’une histoire captivante.

Inod

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …

Laisser un commentaire