Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Trailblazers

Trailblazers

Les jeux de course ont beau être revenus en grâce ces derniers temps, la majorité propose l’incongruité de ne pas délivrer à la fois un multijoueur local, en ligne & un mode solo. Qu’à cela ne tienne, en tant que jeu indépendant Trailblazers lui ne se gêne pas pour le faire. Mais tient-il la route ?

 

Splatrace

Comme vous l’aurez saisi, plusieurs modes figurent au programme de Trailblazers. Quitte à bien découvrir un univers, autant démarrer par le pan scénarisé. On a ainsi droit à une histoire agrémentée de dialogues généralement assez rigolos, entre des protagonistes hauts en couleur & très typés. Entre la jeune femme s’entrainant depuis son enfance & désirant faire son trou dans ce dur milieu, le prétentieux champion, le lézard mécano…

L’évolution s’avère suffisamment bien tenue pour ne pas perdre en route les pilotes en herbe. On enchaine ainsi des approches différentes, tant dans la quantité de bolides en piste, que par la compétition. On pourra alors par exemple être à six en simultané ou encore juste se battre contre la montre.

Les défis diffèrent également, avec des buts multiples en vue de passer à la suite. Cela pouvant parfois être une basique demande de place à l’arrivée. Exemple sur une demi-douzaine de participant(e)s, on pourra terminer 5e pour assurer un premier objectif, tandis que le deuxième sera de finir 3e & mieux encore, gagner la course nous permettra de tout accomplir. Parfois les missions s’avèreront beaucoup plus variées. On pourra ainsi très bien être dernière/ier, tout en réussissant à atteindre un nombre de points par rapport à ses passages en turbo. Voire recouvrir une certaine quantité de la surface du parcours. Ces diverses méthodes offrent une approche intéressante, puisqu’il ne sera pas indispensable d’être la/le plus rapide.

Toutefois Trailblazers est loin de ne proposer que du solo. C’est justement là que le jeu trouve une force disparaissant de plus en plus de tous les genres vidéo-ludiques & particulièrement ceux de course, à savoir du multi local à 4 ! Ce à quoi s’ajoute le multijoueur en ligne. Ce logiciel s’avérant une ode à la coopération, pouvoir tout autant s’y adonner dans la même pièce, avec les vannes, voire les poussettes fusant, qu’à des kilomètres de distance via le Net, galvanise immédiatement l’intérêt. Plus encore en sachant que l’on peut évoluer avec & contre des utilisatrices de supports différents du notre. Plus précisément entre PS4/PC et Xbox One/PC/Switch. Un atout indéniable afin d’augmenter le nombre de rencontres.

Paint it bl… ue, yellow, green…

Enfin on vous parle de peinture, mais cela reste pour le moment nébuleux pour vous. Classiquement, on bénéficiera d’une accélération de base, dont l’on se servira continuellement tant le style est purement arcade. La spécificité de Trailblazers provient de l’utilisation d’une peinture propre à son équipe, voire à soi-même si l’on est en solo, offrant une accélération supplémentaire tant que l’on roule dessus.

On aura ainsi la possibilité de la laisser couler derrière nous, de quoi potentiellement aider notre/nos équipière(s)/ier(s) nous suivant. Tout en songeant que l’on pourra s’en servir pour automatiquement connaitre un boost au(x) tour(s) d’après. Tandis que cela créera un passage où nos adversaires ne pourront bénéficier d’une telle accélération. Néanmoins, elles/ils pourront très bien passer leur peinture par-dessus & changer toute la donne.

Surtout qu’il ne s’agira pas de la seule technique, puisque l’on aura aussi l’occasion de la projeter en avant. De quoi se forger une piste de boost idéale en direct, voire à nouveau pour ses partenaires. Mais l’on pourra également l’employer en tant qu’attaque. En l’envoyant vers un(e) rival(e), on la/le fera déraper, de quoi la/le dépasser en toute tranquillité.

Concernant ce jet vers l’avant, on apprécie grandement le fait que la ligne ne se courbe pas instinctivement de façon à suivre un tracé classique. Si l’on est mal embarqué(e), notre gerbe partira devant, sans contourner les éventuels obstacles. Ainsi elle pourra s’avérer brève, en se concluant contre un terre-plein. Attention alors à ne pas la suivre instinctivement lors du prochain tour, ce qui risque pourtant de se dérouler.

Simple & funky

Le style cel chading lors des phases jouables, ainsi que les personnages au rendu dessin animé, ajoute une touche colorée & amusante. On part tout autant dans le pas tellement réaliste, que durant les courses. Sans oublier d’y inclure un certain charisme pour tel ou tel point. Pour notre part, on s’est immédiatement attaché à la grenouille pilote.

L’ambiance sonore en rajoute une couche au niveau de la facette délirante. Une musique funkturiste hyper accrocheuse, avec notamment à chaque morceau, une introduction d’une énorme qualité. La suite des titres est également réussie, mais les intros sont tellement géniales, que l’on est directement happé par cette bande-son.

Délirant, aisé à prendre en mains mais possédant une grosse marge de progression grâce à des tracés tortueux & une utilisation stratégique de la peinture, Trailblazers est tout aussi accrocheur, qu’amusant. Et celui-ci possède l’atout indéniable de proposer aussi bien du solo, que du multi en ligne & l’on a envie de dire surtout du jeu à 4 en écran partagé en local. Une particularité tombée aux oubliettes chez beaucoup d’autres licences, pour de mauvaises raisons.

Inod

Développeur : Supergonk
Éditeur : Rising Star Games
Genre : Course
Supports : PS4, Xbox One, PC & bientôt Switch

Voir aussi

Dakar 18

Cela faisait longtemps que la licence Dakar n’avait pas roulé sur la piste vidéo-ludique. Son …