Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques jeux video / The witcher 3 : portage sur switch

The witcher 3 : portage sur switch

Qui aujourd’hui ne connaît pas les aventures de Geralt De Riv, sorceleur ronchon à ses heures perdues ? Pour tout vous dire, je ne les connaissais pas jusqu’à peu. The Witcher 3 vient changer cela.

Pour rappel, ou pour information, nous suivons dans ce jeu, Geralt de Riv, un sorceleur (guerrier tueur de monstre ayant subi des mutations dans sa jeunesse afin de devenir plus fort et plus rapide. Il est aussi capable de lancer des sorts). Dans cet épisode, il est à la recherche de sa fille adoptive Cirilla, ou Ciri pour les intimes, poursuivie par la Chasse Sauvage (d’où le titre Wild Hunt).

The Witcher 3

L’arrivée d’un portage sur le Switch de The Witcher 3 : Wild Hunt, en version complète incluant les 2 DLC : Heart of Stone et Blood And Wine, peut prêter à sourire dans un premier temps, mais ce n’est pas une blague. En effet, le jeu, sorti initialement en mai 2015, était à la base prévu pour tourner sur PS4, Xbox et PC, 3 supports offrant une qualité graphique bien plus importante que la switch.

Pourtant que nenni, Novembre 2019 est arrivé, et le jeu est à son tour sorti sur la petite dernière de Nintendo (adaptable pour la Switch lite aussi). Naturellement, de gros efforts ont été consentis : le jeu tourne désormais à 540p sur la console en version portable, et monte difficilement à 720p lorsque l’on choisit de jouer en mode docké.

Les Visuels

Par ailleurs, on peut aussi relever le clipping omniprésent tout au long de l’histoire, qui n’a rien à « envier » à celui de Pokémon Epée et Bouclier. Et il en va de même pour l’aliasing sinon ce n’est pas drôle ! Si cela apporte clairement des lenteurs aux déplacements du personnage, voire parfois quelques freezes, il faut savoir rester honnête et reconnaître les beaux efforts consentis pour que le jeu reste cohérent. Pour tous les puristes du jeu, il sera simplement important de penser à éviter le mode docké si vous souhaitez éviter de vous brûler les yeux, mais pour tous les nouveaux arrivants sur cette licence (comme c’est le cas de votre humble rédactrice), les visuels du jeu ne devraient pas vous arrêter pour vous plonger dans l’histoire extrêmement prenante.

Certes, il n’est plus aussi agréable visuellement qu’il l’était sur PC et PS4 (paix à nos yeux). Toutefois il serait injuste de le détruire, même sur cet unique critère car il faut se rappeler qu’initialement, la Switch n’est pas conçue pour faire tourner ce type de produit. Y arriver relève d’un bel exploit qu’il convient de saluer (chapeau bas aux développeurs). Alors oui, Geralt et sa toison blanche nous font un peu piquer des yeux par moments en jouant, mais ce n’est qu’un petit sacrifice pour un jeu de ce niveau. D’autant plus que les scènes de combats, très nombreuses, restent suffisamment fluides pour en profiter et ne pas accuser la console si l’on perd (chose qui arrive bien souvent…).

The Witcher 3

Le contenu

Si l’on se penche maintenant sur le contenu, je peux vous rassurer très vite, aucun sacrifice n’a semble-t-il été fait. L’histoire, toujours aussi prenante, nous immerge dans les aventures de Geralt, sans même nous demander la permission. Chaque quête est riche, porteuse d’une histoire, et chaque décision prise peut changer l’histoire d’autres quêtes liées.

Exemple : la décision de ne pas tuer un monstre (qui vous a donc forcément dupé 😉) peut amener la destruction d’un village sans que vous le sachiez. Et le suicide d’une jeune femme, entraînant la mort d’un PNJ d’une autre quête. Vive la théorie du Chaos. Et bien sûr vous l’apprenez 20h de jeu plus tard.

Autant dire qu’avant d’appuyer sur un bouton, il faut se demander quel impact pourrait avoir notre décision.

De même, la profondeur des quêtes, même secondaires, est très impressionnante. Elle donne une grande longueur à l’histoire déjà bien épaisse (comptez plus de 100h de jeu, même en diagonale). Et l’inclusion des deux DLC sortis par la suite vient renforcer cet état de fait. Ces quêtes sont si prenantes qu’elles pourraient faire honte à de nombreux jeux avec des quêtes secondaires répétitives.

Bref, tout cela pour vous dire : ce petit portage de The Witcher 3 se révèle un bon moyen de (re)découvrir l’histoire de Geralt et il convient de ne pas s’arrêter à sa 1ère impression graphique !

Voir aussi

Blair Witch en version physique

Bloober Team S.A et Koch Media annoncent que le jeu d’horreur, Blair Witch, en version …