Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / The promised neverland tome 1

The promised neverland tome 1

Arrivé aux éditions Kazé en Mars 2018, The promised neverland a su conquérir les lecteurs dès sa sortie avec un tirage en 100 000 exemplaires, et une très belle communication autour de l’univers. L’éditeur a mis le paquet pour faire valoir ce titre et ils ont eu raison ! Un roman intitulé The Promised Neverland : Norman Kara no Tegami sortira le 4 juin au Japon.

Synopsis :
Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Il faut bien l’avouer, chroniquer le tome 1 de The promised neverland n’est pas facile si on ne veut pas spoiler et gâcher le suspense aux futurs lecteurs.

The promised neverland avis tome 1

L’auteur Kaiu Shiirai joue avec les sentiments des lecteurs, en effet dès les premières pages nous découvrons Emma, une jeune et radieuse orpheline qui cohabite avec 38 autres enfants appréciant leur situation. Tout est à leur disposition, de la bonne nourriture, des activités en extérieur avec un grand parc clôturé, des tests afin de les éduquer et d’améliorer leur QI. En somme, l’orphelinat leur offre une enfance pleine d’insouciance où il fait bon vivre avec une directrice pleine d’affection surnommée « Maman ». Les premières pages sont bucoliques et les protagonistes principaux commencent à émerger ; Emma, Norman et Rey sont les plus âgés mais aussi les plus intelligents et c’est autour d’eux que va graviter ce premier tome.

The promised neverland avis tome 1

Tout semble aller pour le mieux jusqu’au jour où les 3 compères vont découvrir une partie de la face cachée de l’orphelinat, le lecteur va alors passer en quelques pages d’un cadre bucolique à une ambiance malsaine ou la survie sera le seul enjeu.  Loin de se démonter face à cette situation, Emma, Norman et Rey vont alors se positionner comme de fins stratèges afin d’essayer de s’échapper de l’orphelinat. Au fur et à mesure des pages, les protagonistes vont réinterpréter différents éléments de leur quotidien, les barreaux aux fenêtres, pourquoi « maman » était si forte au jeu de cache- cache. Tous ces petits éléments vont permettre d’en apprendre plus sur la situation à l’intérieur de l’orphelinat, les lecteurs pourront alors se projeter très facilement et s’imaginer différents scénarios.

Malgré le fait que ce ne soit qu’un premier tome l’auteur a su laisser paraître plusieurs détails afin de pouvoir s’immerger dans le quotidien et le caractère des 3 protagonistes. En effet, Emma, Norman et Rey  possèdent des caractères très distincts et pourtant Kaiu Shirai a su bien les travailler et les différencier. De plus, ce qu’ils vont découvrir va radicalement changer leur vision du monde et leur état d’esprit. Le lecteur suivra en majeure partie l’histoire du point de vue d’Emma, découvrant avec elle l’horreur qui les attends  l’intérieur comme à l’extérieur de l’orphelinat.

Ce premier tome de The promised neverland est une vraie réussite en tous points de vue. Le rythme est soutenu et laisse le lecteur en haleine durant ses 60 pages. A la fin, plusieurs questions subsistent et l’envie de connaître l’aboutissement du scénario est bien présente. Côté dessin, il n’y a rien d’extraordinaire cependant les expressions sont très bien retranscrites. Nous attendons donc le tome 2 qui sortira le 27 juin 2018 afin de connaître la suite de l’histoire d’Emma et de ses amis …

Voir aussi

Reno et Romain Lemaire en tournée de dédicace

Fan de Dreamland et Everdark ? Retrouvez Reno et Romain Lemaire en dédicace dans plusieurs librairies  C’est par …