Breaking News
Accueil / Critiques / The Grand Tour Game

The Grand Tour Game

Si vous êtes branché(e)s voitures et avez l’habitude de vous pencher sur les médiums en traitant, vous connaissez sûrement The Grand Tour. Au-delà d’une émission comme on les connait, Amazon Prime Original donne à celle-ci le label de série. Justement, la saison 3 a démarré il y a peu, avec en parallèle la mise en place d’un jeu vidéo épisodique The Grand Tour Game.

Vu à la T.V. ou presque

Nous évoquions en introduction la particularité de TGT, de s’avérer plus qu’une émission automobile. L’appellation série n’est pas galvaudée, puisque le show Amazon possède une véritable dimension narrative. Que l’on retrouve dans le jeu. D’ailleurs pour précision, The Grand Tour Game se calque sur la saison en cours. Si bien que comme nous le disions, le logiciel agrémente son contenu de manière épisodique. Dès qu’un nouveau volet de la série est sorti, son pendant vidéo-ludique débarque. Mais ce n’est pas tout, puisque l’on possède également le premier épisode jouable des saisons 1 & 2. Ce qui est appréciable pour les accros de TGT, tout autant que les profanes.

Nous faisons partie de la seconde catégorie. Si bien que le tout premier épisode, nous permet de découvrir la série depuis ses débuts. Idoine pour quiconque dans notre cas & qui, a fortiori, ne connaitrait les animateurs Jeremy Clarkson, Richard Hammond et James May. L’introduction de cette entrée en scène s’inscrivant typiquement dans le style série télé. Un début triste, une citation radio posant la situation, tandis que les images & la musique accentuent l’effet. Pour progressivement arriver à l’explosive réunion du trio au sein de bolides. Et un final (toujours dans l’introduction), épique. Puis l’on découvre la gouaille & les vannes de la triplette, faisant que l’on accroche instantanément. Relevons la présence de très bons sous-titres en français. L’audio original est lui conservé. De l’anglais en général. Même si l’on croise le pilote Jérôme d’Ambrosio, pour ensuite l’incarner, qui lui parle en français lors de son passage.

Émission jouable

The Grand Tour Game amalgame plus que jamais la partie en vidéo de l’émission & ses séquences de pilotage, devenues jouables. On suit ainsi l’émission, en plateau en train d’évoquer tel sujet. Proche de la piste afin de présenter le test à suivre… Pour arriver sur une phase où l’on se retrouve manette en mains. Le changement particulièrement fluide entre ces 2 facettes fait son effet.

Chaque fois que l’on déboule dans une séquence jouable, The Grand Tour Game nous projette dans une quête différente. Une des grandes forces du logiciel, puisque l’on varie ainsi continuellement. Plutôt que de se retrouver avec un amoncèlement de courses semblables. Parfois il s’agit justement de courses, à plusieurs ou contre-la-montre. Avec des distances très différentes. Tantôt sur la route, où l’on ne connait évidemment pas le parcours pouvant être sinueux & obstrué par une montagne par exemple. Tantôt sur un circuit. Parfois sur un seul tour, parfois sur plusieurs. Mais, plus original, il se peut qu’il s’agisse d’un défi ultra bref. Ce que l’on a déjà pu voir depuis longtemps, mais ici particulièrement bien monté en épingle par le côté scénarisé.

On se retrouve ainsi dans une séquence où le démarrage est mis en avant, avec des signaux nous indiquant si le moteur que l’on fait vrombir est trop bas. Ou au contraire adéquat si l’on atteint la jauge verte, mais attention à ne pas déborder dans le rouge. Ce top départ sera plus ou moins bien réussi de notre part, mais encore faudra-t-il remporter la mini-course en ligne qui en découle. La série & donc le jeu portant pas mal sur l’humour, on nous donne même des objectifs plutôt drôles. Comme devoir rouler de manière à ce qu’un présentateur ne prenne peur. Ce qui en réalité, demande de ne pas rouler sur l’herbe & ne pas heurter les murs. Des consignes savoureusement maquillées, pour un ton plus rigolo & qui délivre ainsi un vent de fraicheur.

Des tas d’autres systèmes se voient de cette manière très bien arrangés. On a même droit à des courses, avec des bonus à récolter sur la piste. Là encore on navigue totalement dans la galéjade. Si l’on peut récupérer une puissance accrue, on bénéficie également d’une fumée barbapapa (rose), gênant la visibilité des véhicules nous poursuivant. Plus surprenant, l’envoi de SMS. Lorsque l’on s’en sert, on remarque que l’adversaire ne roule plus à vive allure. Quand l’on en reçoit un, on comprend la raison. Le message s’inscrit sur l’écran & la visibilité devient plus qu’extrêmement compliquée. Surtout, la première fois l’on est étonné(e).

Exemple concret, l’on venait de franchir la ligne d’arrivée quand un message s’afficha. Sans le lire, l’on a cru qu’il signalait notre victoire. On lâche alors le pad & notre attention. Puis l’on jette un œil à l’écran & remarque que nos adversaires nous dépassent & perdurent dans leur course… Zut, il y a 2 tours ! Comme quoi, ce piège du SMS marche. Ne vous inquiétez pas, on a rattrapé nos 2 concurrents & gagné. La morale de cette histoire est qu’il ne faut utiliser de téléphone en conduisant. Mais si on le fait, on remporte quand même la victoire.

C’est plus facile chez soi devant son écran que quand on participe

Cette mythique phrase de n’importe quel(le) candidat(e) d’un jeu télévisé, se développe d’autant plus quand on touche à une adaptation vidéo-ludique. Si TGT la série/émission n’est pas un jeu, on peut s’imaginer remporter le droit de piloter les machines testées. Ou encore d’être l’un des animateurs, comme cela sera parfois le cas dans The Grand Tour Game. En ce sens, être devant notre console sera plus simple que si l’on conduisait dans la réalité. Le jeu adopte un style arcade, qui permet d’immédiatement prendre ses marques. On fonce à toutes berzingues & quand un virage arrive, la touche drift nous offre des dérapages qui nous sauvent la mise. Ceux-ci possèdent la même touche arcade, tant l’on peut aisément les maitriser & s’amuser à déraper sur une importante vitesse. D’ailleurs il existe des missions de drift, de quoi apprendre à maitriser cet atout.

Surtout que vous risquez d’en avoir besoin en multijoueur. Car si le jeu charme avec son enrobage & sa manière de scénariser les buts donnés, dans le mode solo, le multi n’est pas en reste. Et pour cause, The Grand Tour Game est l’un des rares jeux actuels de course, où l’on peut évoluer à 4 en local. En écran partagé, à l’ancienne. Plaisir intense lors de ces parties. Qui plus est l’identité arcade aide en cela. Car si vous vous lancez dans une session jeu vidéo, avec des gens n’ayant pas encore touché à celui-ci, voire moyen sur les simulations automobiles, tout le monde pourra se faire rapidement à celle-ci. Et bien sûr s’amuser.

Qui plus est, niveau bagnoles il y a de quoi faire. En ce qui concerne le galbe, chacun(e) ses genres, mais avec de telles caisses, on sait que beaucoup de personnes se laisseront tenter. Plus encore par la puissance de celles-ci. Toutes bénéficient en sus d’une modélisation impeccable. Les environnements ne sont pas du même calibre, comme toujours dans les jeux de course. Néanmoins ils s’avèrent très différents les uns des autres. La série voyageant énormément, les décors changent constamment & c’est un très bon point pour la diversité. On transite ainsi de la neige avec une route verglacée, à un boueux et bosselé terrain, en passant par l’asphalte ou encore un pont en bois.

Original avec son mix des médiums, The Grand Tour Game sait en plus en tirer partie en proposant des défis variant constamment l’approche & se démarquant des formats classiques. Qui plus est TGTG coûte 14,99€, soit un prix loin des habitudes dans le genre & connait de nombreux ajouts hebdomadaires, au travers de chaque nouvel épisode. Cerise, enfin balle de tennis sur le pot d’échappement : le multi à 4 en local.

Inod

Développeur : Amazon Game Studios
Éditeur : Amazon Game Studios
Genre : Course
Supports : PlayStation 4 & Xbox One

 

Voir aussi

PlayStation Now d’avril 2019

Le service de Sony nous apporte plein de JV supplémentaires, avec un PlayStation Now d’avril …