Breaking News
Accueil / Goodies / Tan-Tan Caravan

Tan-Tan Caravan

Oh marché d’Arabiiie, aux mille & une foliiies… Oui l’atmosphère de Tan-Tan Caravan nous donne envie de proclamer un chant célèbre de la firme à la souris. En sera-t-il de même pour le jeu d’Anatoly Shklyarov, Alexey Konnov & Alexey Paltsev édité par Blue Orange, où cette fois les souris devront être évitées ?

Le marché de Tan Tan est un fief de l’artisanat local, où l’on peut réaliser de très bonnes affaires. Mais attention, car l’on n’est pas seul(e) avec cette idée en tête. En effet, les 2 à 8 chineuses/eurs de Tan-Tan Caravan auront toutes & tous pour but d’acquérir un maximum d’objets. Tout en étant de potentiel(le)s voleuses/eurs dont il faudra se méfier, au même titre que les souris. Au sein d’un monde où l’on croise princesses, génie & autres marchands, que l’on devra prendre en compte si l’on désire remporter la partie.

En tant que jeu de collecte de biens, Tan-Tan Caravan déploie ses mécaniques de jeu via un double-axe. En l’occurrence son plateau, qui se divise en 2 étages. Celui de la fameuse caravane & celui du marché. Ce dernier qui se divise lui-même en plusieurs zones. Celle de la carte Bourse, qui annonce la somme que l’on peut dépenser pour payer sur le marché lors de sa manche. Ainsi que celle de la pioche et entre ces deux là, les 5 places de Marché. Ces dernières qui comprennent diverses valeurs : 1, 1, 2, 3 & 5. Les éléments disposés dessus, ne coûteront donc pas forcément autant & bien sûr, changeront au fil de leur avancée dans la queue.

Se jouant à tour de rôle, Tan-Tan Caravan permet d’accomplir 1 des 2 actions proposées à chaque fois. Approvisionner la caravane ou acheter au marché. Pour cette seconde option, évidemment vous avez déjà compris que l’on ne dépassera pas l’argent que délivre la bourse. Ne pensez pas non plus économiser, celui-ci ne se conserve pas. Il sera nécessaire en sus de doser l’éventuelle partie de la somme utilisée, avec la quantité de cartes en main. Puisque l’on ne peut en détenir plus de 7. Ce qui évite que chacun(e) accumule les objets & offre à la place des moments de méninges qui se triturent, tant l’on désirera s’accaparer ces objets. Mais cela ferait beaucoup de cartes et il s’agit de réfléchir au prochain tour. En vue de ne pas éventuellement se retrouver plein(e) & ne pouvoir choisir d’acheter, alors qu’un artéfact peu cher désormais, correspond à ce que l’on désire.

Tout bonnement car ceux-ci ne rapportent pas autant de point(s) les uns que les autres. On ira ainsi de la nourriture (1 point), aux bijoux (7), en passant notamment par les tissus (4)… Sans oublier les lampes au Génie. Leur quantité étant valorisée par leur nombre au carré lors des totaux. On peut également tomber sur des personnages (Princesses & Marchands), qui permettront de glaner davantage de points lors du calcul final, si l’on est celle/celui qui détient le plus de cartes de l’une ou l’autre des castes. Tandis que les Voleurs sont eux actifs pendant la partie. Amenant une importante touche diabolique, puisque si l’on en récupère, l’on pourra chaparder dans la main de nos adversaires. Cependant au hasard.

Une fois vos emplettes terminées, vous bougez les éléments du marché vers la gauche, ce qui change leur coût à venir. Puis remplissez les cases vides par de nouvelles cartes. Et envoez la carte Bourse dans la caravane. Qui une fois remplie, verra La Répartition de la Caravane être déclenchée. Mais l’on y reviendra.

Auparavant, évoquons l’autre action possible de Tan-Tan Caravan : l’approvisionnement de la caravane. Durant cette phase, l’on doit disposer dans la caravane, la quantité de cartes que l’on souhaite. Mais d’un unique genre. Ce qui fera avancer l’instant où elle sera remplie, enclenchant La Répartition de la Caravane. On planifie ainsi autant que possible son arrivée, pour être la/le joueuse/eur en cours. Et disposer de cette manière du 1er choix de lot de cartes (toutes celles d’une même catégorie) à récupérer dans la caravane, pour les placer devant soi, en tant que richesses propres. Et en parallèle, d’éviter de devoir prendre une souris.

Car si une ou plusieurs figurent par-là, à partir de la personne suivante, il faudra accompagner son choix d’une rongeuse, tant qu’il y en aura en train d’accompagner le véhicule. On doit ensuite immédiatement défausser sa souris, simultanément à l’un des objets ou personnages que l’on a devant soi. La stratégie pour ne pas écoper d’une souris s’avère donc un détail clé, sur lequel l’on réfléchit constamment, pour éviter de perdre une carte.

Sylvain Aublin n’est plus à présenter dans le milieu du jeu de société, tant l’on connait son travail toujours au top. Il en va de même sur Tan-Tan Caravan. Où l’on découvre une ambiance orientale envoutante. Avec de superbes illustrations de personnages, mais également de décors, vers lesquels leurs chaudes couleurs nous transportent.

Tout en étant aisé à comprendre, Tan-Tan Caravan délivre de nombreuses mécaniques, qui agissent à plus ou moins long terme. Il en résulte un jeu qui par ce biais, plaira autant aux accros de gestion, qu’à celles et ceux qui désirent mettre un pied dans le domaine, sans devoir tout de suite apprendre 72 pages de règles.

Inod

Voir aussi

No Swap No Pay

Être pillé(e) est horrible, mais par des voleuses/eurs des mers, c’est pire : atroce ! …