Breaking News
Accueil / Culture japonaise / Sur les traces du Shinsengumi – Partie 3

Sur les traces du Shinsengumi – Partie 3

Continuons ensemble le périple du Shinsengumi avec la fin de leurs aventures dans la ville de Kyoto et leur retour à Edo (Tokyo) qui coïncidera avec le début de leur déclin. Leur histoire commence tout doucement à s’assombrir et à devenir triste durant cette période avant d’entamer le déclin total et la fin du Shinsengumi dans les prochaines parties.

Je vous rappelle que les deux premières parties sont disponibles sur notre site : 1 / 2

Kyoto : De l’apogée du Shinsengumi jusqu’au début de son déclin

Auberge Shimabara où se rendait souvent les membres du Shinsengumi

 

Suite à l’affaire Ikedaya, le Shinsengumi a commencé à avoir une petit renommée et à se faire respecter par la population même s’ils instauraient une certaine crainte. De 1864 à 1867, le Shinsengumi fait respecter l’ordre dans les rues de Kyoto tout en luttant contre leurs ennemis : les clans Choshu, Satsuma et Tosa.

En novembre 1864, Ito Kashitaro rejoint les forces du Shinsengumi. Il s’agit d’un conseiller en stratégie militaire. Il emmène avec lui de nouveaux membres pour renforcer la milice. A savoir que Heisuke Todo semble avoir appris à manier le sabre dans le dojo de Kashitaro avant de rejoindre le Shinsengumi.

En février 1865, Tani Sanjuro, accompagné de son frère et autres membres du Shinsengumi, effectuent un raid à Zenzaiya (Osaka) et tuent Teikichi Ori, un membre du parti royaliste de Tosa. A la suite de cet incident, fatigué de la tournure qu’avait pris le Shinsengumi et le but de ce dernier s’éloignant de plus en plus de ses opinions et sa philosophie, Yamanami Keisuke décide de partir du Shinsengumi. Il laisse une lettre expliquant ses raisons et rejoint sa compagne. Cependant, sa désertion allant à l’encontre des règles fixées par le Shinsengumi, Hijikata ordonna à Okita Souji d’aller chercher Yamanami afin qu’il commette seppeku. Ce dernier réalisa son seppuku, secondé par Okita qu’il considérait comme sa famille, le 20 mars 1865.

Suite à la mort de Yamanami, Hijikata devint le seul vice-commandant et prend les reines du Shinsengumi en effectuant tout le sale travail pour que Kondo ne se salisse pas les mains. C’est durant cette période qu’il se fait surnommer « Oni no fukuchou », le vice-commandant démoniaque, par la population et certains membres du Shinsengumi.

En avril 1865, le Shinsengumi déménage au Nishi-Honganji car le Mibudera devient trop petit pour accueillir tous les membres du Shinsengumi.

Durant la même année, Kondo nomme Okita comme 5ème maître du Tennen Rishin-ryu malgré le fait que ce dernier ait été diagnostiqué avec la tuberculose et qu’à l’époque, cette dernière tuait très rapidement. Okita continua cependant à faire partit du Shinsengumi jusqu’à ce que son corps ne puisse plus lui permettre.

En mai 1866, Tani Sanjuro fut retrouvé mort près du Yasaka Jinja à Kyoto. Il a été enterré au temple Koen-ji. (Mibudera)

En octobre 1866, l’incident du pont Sanjo a lieu. Une pancarte proclamant que le clan Choshi est un ennemi de l’empereur est installée à côté du pont Sanjo. Cependant, cette dernière est retirée de nombreuses fois. Finalement, il est demandé au Shinsengumi de garder le pont et la pancarte afin que cette dernière ne soit pas retirée une nouvelle fois. Les unités de Harada Sanosuke et Arai se cachent afin d’attendre les coupables et finissent par capturer (ou tuer) 3 samurais de Tosa qui essayaient de retirer la pancarte. Cinq autres personnes ont réussi à s’enfuir.

En avril 1867, Ito Kashitaro décide de se séparer du Shinsengumi avec 12 autres membres du Shinsengumi dont Heisuke Todo et Hajime Saito (en tant qu’espion). Cette nouvelle unité se nomme « Goryo Eji » et s’installe à Kodai-ji. En s’éloignant du Shinsengumi, Ito complote avec l’ennemi et il se rapproche du clan Satsuma.

Pendant ce temps-là, le Shinsengumi déménage une nouvelle fois au Fudodo Village, non loin du Nishi honganji.

Le 13 décembre 1867, suite aux rapports de Saito Hajime signalant la trahison de Ito, Kondo invite Ito pour manger et boire ensemble. Il le saoule complètement et sur le chemin du retour, Ito se fait assassiner par des membres du Shinsengumi. Lorsque les autres membres du Goryo Eji viennent pour récupérer le corps de Ito, une partie se fait également tuer. Une partie des survivants essaieront de tuer Kondo plus tard. Heisuke Todo meurt également à ce moment-là, tué par une nouvelle recrue du Shinsengumi qui ne savait pas que Kondo voulait épargner Heisuke et le laisser revenir au Shinsengumi. Cet événement est connu sous le nom de l’incident Aburanokoji.

Le 27 janvier 1868, la Guerre du Boshin éclate. Cette dernière, considérée comme une guerre civile, durera 2 ans. La première bataille de cette guerre est la Bataille de Toba Fushimi au sud de Kyoto. Le Shinsengumi, aux côtés des forces du shogunat, combat pendant 4 jours contre les clans de Satsuma, Choshu et Tosa mais ils finissent par perdre la bataille. Au retour de la bataille, Kondo est touché par balle à l’épaule par un des survivants du Goryo Eji. Il ne meurt cependant pas de sa blessure. Au même moment, l’état d’Okita empire.

En mars 1868, le Shinsengumi repart vers Edo sous le nom de « Koyo Chinbutai ». Ils effectuent plusieurs batailles sur le chemin, toutes perdues. Tout d’abord au château de Kofu le 24 mars, puis le 29 mars où ils se font attaquer pendant 2 heures par les forces impériales à Koshu Katsunuma. Ils finissent par fuir. Suite à cette bataille, certains membres du Shinsengumi ne sont plus en accord avec les idéaux de Kondo et décide de partir du Shinsengumi. Ainsi, Nagakura Shinpachi et Harada Sanosuke partent de leur côté.

Le Koyo Chinbutai s’installe à Edo pour quelques temps. Pendant ce temps-là, Okita est obligé d’intégrer l’hôpital de Matsumoto car son état s’est beaucoup aggravé. Le 25 avril 1868, le Koyo Chinbutai s’installe à Nagareyama, non loin de Edo. Cependant, cela aura été de courte durée car ils sont attaqué dès le 26 avril 1868 et Kondo se fait capturer.

Kondo est emmené à Itabashi (Edo) pour être interrogé. Il sera finalement accusé d’avoir participé à l’assassinat de Ryoma Sakamoto et décapité par la suite le 17 mai 1868. Sa tête est ensuite exposé sur un pique à l’entrée du pont de Itabashi.

Pendant ce temps-là, le reste du Koyo Chinbutai se dirigeait vers Aizu, commandé par Hijikata Toshizo.

Le Nishi-Honganji

Déclaré comme l’un des trésors mondial à l’UNESCO, le Nishi-Honganji a été l’une des garnisons du Shisengumi pendant quelques temps. Ils « cohabitaient » avec les moines qui vivaient dans le temple. Ils avaient séparé le bâtiment en deux parties afin que les moines, pas très content de l’arrivée du Shinsengumi dans l’enceinte du Nishi-Honganji, n’aient pas à les croiser. Le Nishi-Honganji possède également une très longue histoire avant le Shinsengumi et je vous recommande d’aller vous renseigner dessus, c’est vraiment intéressant.

L’entrée est libre d’accès.

Une pancarte concernant le Shinsengumi est visible à la tour nord du Nishi-Honganji.

Gesshin-in Temple

Dans le quartier du Kodai-ji temple, vous pouvez trouver le Gesshin-in temple qui vous permet maintenant d’assister à des sessions de zazen. Cependant, en 1867, il s’agissait de l’habitation où les membres du Goryo Eji avaient déménagé. Vous pouvez visiter les jardins gratuitement et observer l’habitation même si vous ne faites pas de session de zazen. Une plaque explicative et un mémorial concernant le Goryo Eji sont positionnés devant la propriété.

Fudodo village

Du quartier d’origine, il ne reste plus rien. Tout a laissé place à un immense hôtel. Cependant, une pierre commémorative a été érigée devant l’hôtel, déclarant que le Shinsengumi avait instauré son QG ici. L’endroit peut être compliqué à trouver sans explication mais sachez que ce n’est pas très loin de la gare de Kyoto.

Itabashi

En 1875, Nagakaura Shinpachi, Hajime Saito et d’autres membres du Shisengumi encore en vie, érigent un monument en l’honneur de Kondo Isami, Hijikata Toshizo et les autres membres mort au combat à l’endroit où Kondo a été exécuté. Encore aujourd’hui, ces monuments commémoratifs sont présent à Itabashi (Tokyo), non loin de la station. Tout le quartier de Itabashi met Kondo à l’honneur avec des banderoles écrites en français car le quartier possède une école française. Un festival a d’ailleurs lieu tous les ans dans la quartier durant la période où Kondo est mort.

Kaiko-ji Temple

C’est le temple où a été enterré Heisuke Todo. Nul besoin d’entrer dans le temple pour observer sa tombe. Lorsque vous faites face à l’entrée principale du temple, il vous suffit de vous rendre sur la gauche de cette dernière. 5 tombes alignés et entourés de petites barrières sont visibles, l’une d’entre elle est celle de Heisuke Todo. Les autres sont celles des autres membres du Goryo Eji qui ont été tués durant l’incident de Aburanokoji dont Ito Kashitaro. Ils avaient d’abord été enterré à Koenji (Mibudera) mais ont ensuite été déplacé au Kaikoji.

– La minute Ryoma –

En bonus, une petite explication sur “Qui était Sakamoto Ryoma, l’homme qui a fait que Kondo Isami est mort”.
Sakamoto Ryoma était un ronin de Tosa. Il avait pour rêve un Japon indépendant et sans impérialisme. Il avait lu beaucoup de choses concernant les Etats-Unis et il souhaitait également que le Japon devienne un pays où tous les hommes pourraient naitre égaux. Il s’était rendu compte que, face à un monde étranger à l’avancée technologique et industrielle considérable, le Japon devait impérativement se moderniser pour éviter de se faire coloniser.

Durant sa vie, il a accompli de nombreuses choses tel que la négociation de paix entre Satsuma et Choshu qui étaient ennemis depuis des décennies. Il a également aidé à créer la flotte impériale japonaise aux côtés de Katsu Kaishu. Étant ennemi du shogunat, il a souvent été pourchassé par le Shinsengumi. Il a finit assassiné avec son ami Nakaoka Shintaro dans l’auberge Omiya à Kyoto le 10 décembre 1867. Le Shinsengumi a été accusé de l’assassinat et Kondo exécuté pour ça. Pourtant, ils ont été accusé à tord car quelques années plus tard, en 1870, le Mimawarigumi, une autre milice pro-shogunat, confesse le meurtre de Sakamoto Ryoma.

Ryozen Museum of History (700 Yens)

Le musée de l’histoire Ryozen est spécialisé sur la période Edo et le début de l’ère Meiji. Ainsi, vous pourrez retrouver de nombreux documents, katanas, objets et mises en scènes concernant le Shinsengumi et Sakamoto Ryoma. Il y a également une petite partie sympathique où vous pourrez revêtir le haori du Shinsengumi, entre autre chose, et prendre des photos aux côtés de Hijikata et Sakamoto.

Tombes Sakamoto Ryoma & Shintaro Nakaoka (100 ou 200 yens)

Juste en face du musée de l’histoire Ryozen, vous trouverez un temple et un cimetière. Dans ce cimetière, vous pourrez aller rendre hommage à Sakamoto Ryoma et Shintaro Nakaoka car leurs tombes sont au centre du cimetière.

Statue Ryoma & Shintaro (Murayama Parc)

A un petit quart d’heure de marche du musée et du cimetière, non loin du Yasaka-jinja, vous pourrez flâner dans le parc Maruyama et découvrir l’immense statue à l’effigie de Sakamoto Ryoma et de Shintaro Nakaoka.

Auberge Omiya

De l’auberge, il ne reste plus rien. En plein milieu d’un quartier commerçant, vous trouverez cependant une mémorial à l’endroit où Ryoma et Shintaro ont été assassinés.

Akebonotei

Dans le quartier du Kiyomizu-dera, dans un escalier reliant la rue touristique du temple à celle vous permettant d’aller dans le quartier de Gion, vous trouverez une maison de thé : Akebonotei.
Cette maison de thé est populaire car Sakamoto Ryoma était un client régulier. La plupart des grandes discussions de Ryoma se sont déroulés dans ce bâtiment. De nos jours, un portrait de Ryoma est fièrement exposé devant la maison de thé.

Et voilà pour cette troisième partie un peu plus longue que prévu. Notre prochaine partie parlera un peu de Tokyo mais surtout de Aizu ~

Voir aussi

Discovery 18 : Fly Away – Man With A Mission

Après Asian Kung-Fu Generation le mois dernier, continuons dans le rock. Man With A Mission …