Breaking News
Accueil / Culture japonaise / Sur les traces du Shinsengumi – Partie 1

Sur les traces du Shinsengumi – Partie 1

Partons sur les traces du Shinsengumi ensemble !

Lors de notre voyage au Japon, nous avons fait un petit « road trip » consacré au Shinsengumi. Je me permets donc de vous faire découvrir une petite partie de leur histoire à travers une série de clichés photographiques et des récits historiques. Le récit sera en plusieurs parties car il y a beaucoup de choses à dire et à vous montrer (et nous n’avons pas fait tout ce que nous voulions – il y aura donc des futures articles après notre prochain voyage).

Qu’est-ce que le Shinsengumi ?

Le Shinsengumi était une milice de samuraï principalement composée de ronins. Elle a existé à la fin du shogunat Tokugawa (1860-1868). La milice était responsable de la sécurité de Kyoto pendant la période du Bakumatsu (1853-1868), tout d’abord sous l’autorité de Matsudaira Katamori puis directement sous celle du Shogun. Le Shinsengumi et le domaine d’Aizu étaient les derniers remparts du shogunat face au impérialistes du Ishin Shishi qui cherchait à changer le régime politique et permettre d’ouvrir le Japon aux étrangers.
Le Shinsengumi était soumis à un règlement basé sur un code d’honneur strict et à son apogée, il comptait 300 membres. Il était composé de dix divisions, chacune commandée par un capitaine, avec à sa tête Isami Kondo, secondé par Hijikata Toshizo.

Les membres du Shinsengumi sont souvent considérés comme les derniers samuraïs du Japon.

Vous avez déjà dû entendre parler du Shinsengumi à travers différents jeux vidéos, films, séries, mangas et animes tels que : Peace maker Kurogane, Hakuouki, Touken Ranbu, Kenshin le Vagabond, Kaze Hikaru, Gintama, Tabou, Shinsengumi !, Bakumatsu Rock ect.

Commençons notre petit récit de façon chronologique avec le lieu où le Shinsengumi, initialement appelé « Miburo » (Les loups du Mibu) a commencé à se créer, la ville de Hino.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Hino : Les origines du Shinsengumi

Naissance du Miburo

Hino est une petite ville à l’ouest de Tokyo, à environ 30 minutes de Shinjuku en train. Hijikata Toshizo et Inoue Genzaburo sont originaires de cette ville. Hijikata faisait partie d’une famille de pharmaciens et devait donc reprendre l’entreprise familiale mais il voulait devenir un samuraï et pour cela, il s’entraînait tous les jours en autodidacte. Le hasard a bien fait les choses et il s’est avéré que sa sœur s’est mariée avec Sato Higokoro qui possédait le Dojo Shieikan à Hino, où de jeunes gens issus de familles de samuraïs était formés au style du Tennen Rishin-Ryu.
Hijikata a rencontré Kondo Isami, Okita Souji et Inoue Genzaburo au Dojo de son beau-frère en 1859. C’est dans le Dojo Shieikan que Kondo et Hijikata ont commencé à rêver de devenir des samuraïs reconnus et de servir le Shogun.

En 1863, ils décident d’intégrer le Roshigumi, une milice de ronins (samuraïs sans maître) créé par le shogunat pour combattre les loyalistes (Ishin Shishi) qui ont commencé à se rebeller à Kyoto. Suite à une mission pour le shogun, le Roshigumi est démantelé et les ronins sont renvoyés à Edo. Cependant, certains membres ont décidé de rester à Kyo et de créer leur propre milice : le Mibu Roshigumi (alias Miburo). Parmi eux, Kondo Isami, Hijikata Toshizo, Serizawa Kamo, Okita Souji, Nagakura Shinpachi, Hajime Saitou, Harada Sanosuke, Heisuke Toudou, Inoue Gensaburo, Keisuke Yamanami ect…

Le musée de Hino (200 yens par adulte)

Le musée de Hino regroupe une grande collection de documents reliés au Shinsengumi. Vous pouvez également vous habiller en membre du Shinsengumi avec des katanas pour prendre des photos souvenirs avec un beau décor ou avec un impressionnant portrait de Hijikata fait d’allumettes. Et tout ça gratuitement.

Dans un coin du musée, vous pourrez vous asseoir devant une télévision vous racontant l’histoire d’Hijikata Toshizo et du Shinsengumi, le tout animé par un Hijikata en 3D vraiment bien fait et une narration qui vous fera pleurer à la fin.

Vous pourrez également laisser une petite trace de votre passage en laissant un mot ou dessin dans des carnets mis à votre disposition, des coloriages de dessins à effigie de Hijikata, Okita, Kondo et Ryoma sont également disponibles.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

L’auberge Hino-Shuku (200 yens par adulte)

L’auberge Hino-Shuku est un bâtiment qui a plus de 150 ans. Elle accueillait les daimyo (gouverneurs de province issus de bonne famille) et les membres du gouvernement durant leurs voyages. L’auberge était tenue par Sato Hikogoro, le beau-frère de Hijikata Toshizo. Il s’occupait lui-même d’accueillir ses invités et résidait également dans l’une des chambres de cette auberge.

De nos jours, un couple de personnes âgées s’occupe des visites guidées du lieu. Si vous comprenez le japonais, cette visite guidée sera un régal car le guide a des anecdotes pour chaque recoin de cette bâtisse. Les fans du Shinsengumi pourront fouler le lieu où les membres fondateurs se sont rencontré, ont dormis ect.

A la fin de la visite guidée, vous pourrez emprunter des haori du Shinsengumi et réaliser des photos dans chaque pièce de la maison.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Le temple Fudo Kongo-ji et la Statue de Hijikata Toshizo

Dans un quartier ornée de tags à l’effigie de Kondo Isami et Hijikata Toshizo sur les magasins, vous trouverez un temple très coloré vieux de 1 100 ans. Dans ce temple, une statue à l’effigie de Hijikata dans sa jeunesse (cheveux longs) est visible ainsi que des documents en relation avec le Shinsengumi.

En face du temple, vous pourrez vous reposer dans un petit lieu décoré avec des photos de samuraïs célèbres tels que Hijikata, Kondo, Sakamoto Ryoma ect, et des articles de presse en rapport avec l’époque Bakumatsu.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

La tombe de Hijikata Toshizo

Généralement uniquement accessible lors de l’anniversaire de sa mort en mai, la tombe d’Hijikata se trouve non loin de la maison familiale. Par un heureux hasard, le cimetière était ouvert le jour où nous y sommes allés et nous avons pu nous recueillir sur sa tombe. Si cela vous arrive également, gardez en mémoire de rester silencieux et respectueux des lieux.

La tombe est très petite et facilement reconnaissable grâce à la photo d’Hijikata positionnée dessus.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Il y a d’autres choses à faire que nous n’avons pas pu faire car c’était fermé, voici d’autres lieux à visiter absolument mais qui est ouvert seulement les 1er et 3ème dimanches de chaque mois.

Le musée d’Inoue Genzaburo (500 yens)

La façade du musée est aux couleurs du Shinsengumi et nous avons pu au moins observer ce magnifique makoto, même si c’était fermé. Le musée expose des objets et documents ayant appartenu ou ayant un rapport avec Inoue et son frère, tels que des katanas.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Le musée de Sato Hikogoro Shinsengumi (500 yens)

Non loin de l’auberge de Hino-shuku, vous pouvez avoir accès à des archives privées qui ont été exposées par les descendants de Sato Hikogoro (le beau-frère d’Hijikata Toshizo).

Le musée d’Hijikata Toshizo (500 yens)

Tout comme les deux autres musées, c’est une petite exposition réalisée par les descendants d’Hijikata Toshizo. Cette dernière se trouve dans la maison familiale. L’exposition rassemble des objets ayant appartenu à Hijikata, dont son katana, Izuminokami Kanesada.

Si vous passez un jour autre que le 1er ou le 3ème dimanche du mois, il vous est possible de passer devant la maison et voir une statue d’Hijikata dans le jardin. Cependant, n’oubliez pas que c’est une maison habitée et par conséquent, évitez d’entrer par effraction pour prendre des photos de meilleure qualité. De plus, la propriété est équipée d’un système de surveillance.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

Festival annuel

Et enfin, l’événement annuel de la ville qui regroupe des centaines de personnes chaque année, le festival du Shinsengumi qui se déroule le premier ou second week end de mai. Le dimanche, il y a une parade avec 400 personnes habillées en membres du Shinsengumi et les 10 divisions marchent à travers la ville, guidées par leurs capitaines Kondo et Hijikata. Vous pouvez également venir en cosplay de personnages du Shinsengumi et être dans le public. C’est l’un des plus gros rassemblement du Shinsengumi du Japon.
C’est notre objectif du prochain voyage.

Cette année, le Festival aura lieu les 11 et 12 Mai 2019.

Sur les traces du Shinsengumi - Partie 1

– Site Officiel de la ville de Hino –

Voilà pour la première partie de notre petit road trip sur le Shinsengumi. Je ne vous ai pas dévoilé toutes les anecdotes qu’on a appris sur place pour que vous puissiez les découvrir par vous-même lorsque vous irez. Cependant, notre petit passage à Hino a sûrement été l’un des meilleurs moments de notre voyage. Les habitants sont très gentils et sont vraiment contents de voir que les français s’intéressent également à l’histoire du Shinsengumi. D’après la dame de l’office du tourisme avec qui nous avons discuté un petit moment, ce sont généralement plus des russes qui s’y intéressent.
Je vous recommande d’ailleurs de passer à l’office du tourisme d’Hino avant votre visite, il dispose de plans spéciaux pour visiter tous les lieux consacrés au Shinsengumi (version anglaise disponible) et les employés sont adorables.
L’office du Tourisme se trouve juste en face de l’auberge Hino-Shuku, de quoi vous fixer un point de départ de votre visite.

La partie 2 de notre voyage sur les traces du Shinsengumi se déroulera à Kyoto : restez à l’écoute.

Voir aussi

Nouveau clip de Staircase Paradox, ” Terrific Tips “, tourné au Japon

Vous le savez, nous sommes toujours à l’affut d’artistes voguant dans la culture nippone ou …