Breaking News
Accueil / Critiques / Smoke and Sacrifice

Smoke and Sacrifice

Disponible depuis un bail sur Nintendo Switch & PC, Smoke and Sacrifice vient d’arriver sur PlayStation 4 & Xbox One. Un JDR qui va mettre le feu à nos machines ?

Il n’y a pas de fumée sans feu

L’entrée en matière de Smoke and Sacrifice s’avère émotionnellement prenante. Entre phases jouables, cinématiques & dialogues, l’on découvre sa tragique histoire. En ces lieux impénétrables pour le soleil, qu’il brille ou bien qu’il brûle, les habitant(e)s doivent leur salut à l’Arbre Solaire. Ce dernier qui leur permet tout bonnement de vivre & cultiver, dans cet univers glacé. Cependant, cette aide n’est pas gratuite. Un sacrifice humain est demandé pour continuer à bénéficier de ses bonnes grâces.

Et vous savez à qui est-ce le tour ? Bingo, à vous ! Ou plus exactement à votre bébé Lio, car vous incarnez Sachi, sa mère. Le déchirement est intense d’emblée & l’on n’apprécie point ces hommes de culte. Mais cela est pour le bien de la communauté peut-on se dire, à ceci près que l’enfant n’a rien demandé & qu’il ne s’agit pas d’un sacrifice consenti. Tout semble pouvoir repartir pour un tour, jusqu’au jour où le monde plonge dans les ténèbres & où de belliqueuses créatures font leur apparition. Aidée par un mystérieux personnage, notre héroïne en profitera pour retourner sur les lieux & finalement se voir projetée dans un ténébreux environnement. La vérité sur ces sacrifices est-elle ailleurs & différente que celle que l’on désire nous faire gober ?

La fumée tue

Sachi arrivée dans ce monde, on découvre à la fois une bouffée d’humour par la première personne (mystérieuse derrière son masque à gaz) rencontrée & une accentuation palpable de la sombre situation. Déjà par l’ambiance, pesante dans cette pénombre. Mais plus encore, par cette fumée nocive. Cerise sur le gâteau, l’on croise moult créatures prêtes à nous réduire à néant. D’où l’on vient c’est la panade & ici ça semble pire, du coup Sachi dans la colle sévère.

Heureusement, ce fameux PNJ nous donne des conseils & l’on découvre ainsi une bonne partie de l’identité survivaliste de Smoke and Sacrifice. Afin de résister à ce milieu, il faut déjà faire attention à où l’on met les pieds. Comme évoqué, quand la fumée est là, ne trainez pas. La jauge de santé se vide à une vitesse vertigineuse. Il en va quasi de même face aux ennemis, très nombreux. Ces derniers étant essentiels pour récolter du matériel. Au même titre que la végétation par exemple.

S and S se situant dans les jeux de survie, où la forge est au centre de l’expérience. On récupère ainsi des tas d’éléments, afin d’en fusionner entre eux, pour obtenir tel ou tel objet… Principe que l’on connait, mais pas toujours évident à mettre en place. Heureusement, ici l’inventaire & la fabrication sont géré(e)s de manière idoine. On ne reste pas des plombes à galérer, en se demandant ce qu’il faut faire, ni où se trouve tel matos. En revanche, l’on passera énormément de temps à créer & réparer, mais dans le bon sens du terme.

S’équiper est la clé pour parvenir à ses fins. Former un outil, qui permet d’attraper une ressource indispensable pour confectionner un attirail sans lequel on ne peut atteindre tel endroit… Le cheminement de l’aventure en passe par-là. N’espérez pas tout retourner si vous ne possédez une pièce obligatoire pour accéder ici ou là. Plus encore si vous comptez vous perdre, non pas dans le brouillard, mais dans le blizzard de guerre. Ce qui forcément passe par une évolution constante. Demandant également de pas mal combattre. Sur ce point, la survie se fait aussi sentir. Même le premier opposant peut rapidement vous donner du fil à retordre. Ne pas hésiter à abuser du « frapper, esquiver », quitte même à se carapater tant l’on peut vous atteindre de loin dès les premiers affrontements.

Mon fils ma bataille

Le préambule à l’exploration de Smoke and Sacrifice, s’avère évidemment puissant de par son thème, qui a su être magnifiée par sa bande-son. On est littéralement dedans. Du coup, même si aucun visuel n’est au rendez-vous, ça marche. Mais bien sûr il y en a & la patte graphique est juste phénoménale. On est directement happé(e) par les protagonistes. C’est même suffisamment rare pour être signalé, mais voici un RPG où l’on préfère le chara design des humain(e)s, à celui des créatures. Bien que celles-ci soient très réussies. Toutefois il y a une telle touche originale & accrocheuse dans les visages de Sachi & des autochtones, que l’on s’émeut constamment de la beauté de la réalisation.

Aussi envoutant dans sa narration, que riche dans ses diverses approches ludiques, Smoke and Sacrifice est loin de s’avérer un feu de paille, partant tôt en fumée.

Inod

Développeur : Solar Sail Games
Éditeur :
 Curve Digital
Genre : Jeu de rôle
Supports : PS4, Switch, PC & Xbox One

Voir aussi

Un nouveau challenger arrive pour la Saint-Valentin : Street Fighter V : Champion Edition

Capcom vient d’annoncer une nouvelle coup de poing, sans besoin de le dire avec des …