Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Shônan #14

Shônan #14

L’histoire annexe de la saga GTO de Fujisawa Toru, continue de frapper fort avec l’arrivée de Shônan #14 chez Kurokawa. Soit le 14e volume de Shônan Seven pour les intimes.

La finale approche dans le grand tournoi de baston des lycées. Néanmoins avant qu’elle ne prenne place, des règlements de compte ont déjà lieu. Ren, le frère d’Ikki, a été assassiné et le coupable se pavane devant lui, en arborant son masque représentant une tête de mort. La scène s’avère ainsi forte émotionnellement. Celle-ci montera en épingle et nous engouffrera au sein d’une séquence violente certes, mais surtout emplie de révélations sur les personnes se dissimulant derrière des masques. Par ce biais, l’on remarquera rapidement que les Shônan Seven de Tsujidô, auront fort à faire au cours de ce Shônan #14, avant même la compétition. Il n’est pas question de leur laisser la vie tranquille. Ce que les nouveaux Blood Seven confirmeront.

L’émotion et la baston prolongent leur alchimie. Des renforts de poids viendront ainsi mettre un sacré boxon. Cependant avant d’en arriver là, l’on repère déjà une facette touchante à leur propos. Mettant en avant leur ancien professeur de sumo. Une sensibilité qui se prolongera sur la fin de Shônan #14. Alors que l’action battra son plein. Insufflant énormément de relief à l’histoire. Cette dernière qui met davantage le sérieux et une dose de sanglant en avant, néanmoins l’humour sait surgir à un moment crucial. Ce passage hilarant qui met en scène des personnages féminins pourrait, s’il s’arrêtait à la première image, sembler juste coquin. Mais la réaction des autres le rend juste terriblement drôle.

Takahashi Shinsuke apporte énormément à ce Shônan #14, avec un trait très puissant lors des coups donnés. On ressent véritablement l’impact représenté. Et le résultat sur le physique, plus encore sur les visages, en rajoute davantage. Impossible de ne pas souligner les 3 premières pages du chapitre 53, juste sublimes avec leur ton sombre très prononcé, insufflant un sérieux absorbant. Tandis que d’autres scènes marqueront, à l’instar d’une certaine explosion.

Conclusion

Un Shônan #14 aussi brutal dans ses actes, que ses émotions, délivre à l’ouvrage une dimension allant amplement au-delà de son identité action. Elle-même particulièrement efficace.

Inod

Voir aussi

Père Fouettard Corporation #3

Pas de Marie-Noëlle, ni de Jean-Balthazar dans Père Fouettard Corporation #3 (Kurokawa) d’Hikaru Nakamura. Un …