Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Shaq Fu: A Legend Reborn

Shaq Fu: A Legend Reborn

Avant même sa draft en 1992 par le Magic d’Orlando, Shaquille O’Neal avait su se faire connaitre. Basketteur brisant les paniers, système hydraulique compris, sur ses dunks, l’athlétique pivot ne pouvait laisser indifférent. Les années 90 furent riches pour lui & pas qu’au niveau basketball. Le cinéma s’ouvrant à lui, entre autres par l’excellent Blue Chips aux côtés d’Anfernee Penny Hardaway. La musique avec ses albums de rap, la publicité ou encore le jeu vidéo. Pas uniquement avec les simulations possédant la licence NBA. Le Shaq étant si populaire qu’il eut droit à sa propre aventure : Shaq Fu. Qui bien des années plus tard, revient via une nouvelle version nommée : Shaq Fu: A Legend Reborn.

Shaq attack

L’histoire de Shaq Fu: A Legend Reborn, nous fait connaitre la légende de Shaq Fei Hung. Bébé recueilli aux abords d’un ruisseau chinois & dont l’on ignore la provenance. Entrainé durant des années par Ye Ye. Il devra faire face à la menace pesant sur son village, mais également rapidement sur le monde. Cependant, arriver à Fiji en venant à pieds de la Chine s’avérant compliqué, une aide logistique nous sera fournie. On n’en dévoilera pas davantage, nous vous grillerions sinon un élément scénaristique surprenant.

Boom Shaqalaka

Reprenant la recette des jeux d’action en 2.5D de la période 16 bits, à l’instar du Shaq Fu originel, cette édition approfondit tout de même les options. La technologie aidant, davantage de coups & d’animations figurent au menu.

Les boutons d’actions permettant pour l’un des frappes basiques, apportant moult combos en enchainement le tapotage. On peut bien sûr l’associer aux directions, ainsi qu’au saut, afin d’obtenir d’autres résultats. Le coup de pied sauté, comme les nouilles chinoises, sachant faire son effet.

Mais cela n’est encore rien comparé à la technique offerte par une autre touche. Shaq frappant le sol, explosant bon nombre de malandrins. Les smashs sont également de la partie, avec des ennemi(e)s attrapé(e)s grâce aux gâchettes, puis explosé(e)s comme s’il s’agissait d’un arceau. Ces mêmes gâchettes servant à attraper des ustensiles. Toujours l’un des meilleurs moments dans les BTA. On notera particulièrement le sceptre hyper efficace. On aura même l’occasion d’enclencher des mécanismes, dont celui de pelleteuses radicales.

Les autres gâchettes délivrant elles une poussette indispensable face aux coriaces. Tandis qu’un autre bouton permettra lui de briser les boucliers. Mais la meilleure attaque de Shaq Fu: A Legend Reborn, reste l’arrivée de l’une des basket shoes. Celle-ci écrabouillant les adversaires.

Des transformations sont également là, avec l’armure Diesel. Défonçant un peu tout sur son passage, mais surchauffant au bout d’un moment. Il s’agira de l’utiliser avec parcimonie, en ajoutant une dose de stratégie à sa manière d’appréhender les niveaux. On fera ainsi tourner les vilain(e)s en bourrique, pour les réunir à un endroit. Dans le but de leur défoncer à toutes & tous leur tête un(e) par un(e). On pourra aussi procéder à la façon jeu de tir, via la combinaison Shaqtus. Un Shaq en cactus, tirant de belles épines à une énorme cadence. Une touche de variété bienvenue, apportant davantage de fraicheur que l’eau d’un cactus.

Concernant l’opposition, la diversité est au rendez-vous. Du menu fretin venant en masse, des ennemi(e)s préférant rester à distance, d’autres gigantesques, des motards vous écrasant… Ainsi que des boss, avec ce qu’il faut de routines à découvrir afin de les vaincre.

Everybody wants to Shaq Fu fighting

Traversant la planète, on bénéficie d’ambiances sonores collant aux lieux. On retiendra particulièrement les passages en Chine, avec des musiques traditionnelles. Néanmoins le rappeur Shaquille O’Neal ne pouvait laisser ces séquences sonores toutes seules. La chanson thème de Shaq Fu s’ancrant en nous durant les temps de chargement. Tandis que durant le jeu, vers la fin, une surprise vous attend. Sans omettre un doublage en anglais & des sous-titres en français. Avec Shaquille O’Neal lui-même dans le rôle de Shaq.

En rendant hommage à la cartouche originelle & même globalement aux beat’em all de l’époque, Big Deez Productions a cherché à proposer des graphismes démontrant ce que serait le genre s’il sortait aujourd’hui. Au même titre que les licences fortes des années 80/90 ressorties ces dernières années. En y incluant une patte artistique rigolote.

Niveau scènes en dehors des phases de jeu, on va beaucoup plus loin. On apprécie particulièrement  l’introduction, à l’atmosphère chinoise. Parchemins, estampes, le style est plaisant, va avec l’ambiance, tout en connaissant une intéressante dualité par l’humour y figurant. On a par la suite droit à des dessins légèrement animés, dans un pur style à l’américaine. Reprenant les codes des cartoons du genre. Ceci tout en incluant un grand dynamisme, afin que les images deviennent assez vivantes. Finalement, on est largement au-dessus de la majorité du marché actuel, éditeurs mastodontes compris. La plupart ne proposant plus que 2, 3 artworks. Ici on est quasi en face de cinématiques. Avec un rendu Turbo Média., plus quelques animations surtout labiales, rendant le tout accrocheur.

Mais que serait Shaq Fu: A Legend Reborn sans l’humour que l’on évoquait précédemment ? On avance également pour ses dialogues. On a la banane en jouant, avec de bonnes vannes ou encore des références amusantes. Notamment par rapport à la campagne de financement participatif. Ou encore les références cinématographiques, associées au monde d’aujourd’hui. Les réseaux sociaux faisant partie du délire.

Explosif tant par son humour, que son action sans répit, Shaq Fu: A Legend Reborn permet un bon moment d’éclate sur les 2 points. Qui plus est, il délivre ce que l’on adorait à l’époque : une sélection de la difficulté. Un atout plus si souvent utilisé & pourtant essentiel. Tant cela ouvre l’aventure à tout le monde, sans que l’un des publics ne se plaigne d’une trop grande difficulté & vice-versa.

Inod

Développeur : Big Deez Productions
Éditeur : Mad Dog Games
Genre : Action
Supports : PS4, Xbox One, Switch & PC

Voir aussi

Dakar 18

Cela faisait longtemps que la licence Dakar n’avait pas roulé sur la piste vidéo-ludique. Son …