Breaking News
Accueil / Dramas / Actualités / Seirei no moribito – Guardian of the spirit

Seirei no moribito – Guardian of the spirit

Seirei no moribito

Seirei no moribito - Guardian of the spirit

Seirei no moribito (ou Guardian of the spirit en anglais) est un drama en deux saisons d’un total de 13 épisodes d’une heure sorti en 2016 et en 2017. La série est adaptée du roman du même nom par Uehashi Nahoko (Également auteur de Kemono no souja Erin qui a également vu son adaptation en anime). Le genre est : Action, Aventure, Drame, Fantaisie. On peut noter la participation aux OST de Naoki Sato (Ansatsu Kyoushitsu, X-TV, Sword of the Stranger, Heroic Age …). La série fait partie des drama « Taiga » diffusés sur la NHK, avec la sous-catégorie « Taiga-fantasy ». Les séries Taiga sont des séries historiques diffusées sur la chaîne japonaise NHK et dispose généralement d’un fort budget. Le drama n’est pas licencié en France.

Balsa est une lancière garde du corps voyageant à travers les continents. Alors qu’elle continue son voyage, elle sauve un enfant de la noyade. Ce dernier se révèle être le prince Chagum du royaume de Shin Yogo. Balsa est assommée et apportée au palais. La noyade ne semble pas être un accident et notre protagoniste est menacée d’être exécutée. On apprend que l’empereur a tenté d’assassiner son fils car il serait possédé par un démon. Néanmoins, la mère du prince souhaitant que son fils reste en vie, libère Balsa et lui confie la mission en tant que garde du corps de le protéger quoi qu’il en coûte. Au cours de leur fuite, on découvrira que le prince possède à l’intérieur de lui l’œuf de l’esprit de l’eau qui réapparaît tous les cent ans et que si ce dernier venait à mourir, le continent souffrirait d’une sécheresse meurtrière.

Seirei no moribito - Guardian of the spirit

Seirei no moribito est une série japonaise comme on en voit peu et n’a rien à envier aux plus grosses productions américaines. L’un des aspects les plus impressionnants est la réalisation (décors, costumes, plans, effets visuels). Tout d’abord, le souci du détail dans les décors est respecté, on s’y croit vraiment. On voyage vraiment à travers les différentes villes (ou villages) du monde fantastique de Seirei no moribito. Le seul défaut qu’on pourrait noter est le manque de lieux. Globalement, on aurait voulu en voir plus de certaines villes comme la capitale de Shin Yogo.

Concernant les costumes, ils sont très travaillés, très jolis et parfois même magnifiques comme celui de l’impératrice. Chaque costume permet de reconnaître plus facilement les différentes catégories de personnages comme les « Liseurs d’étoile » ou les Talu dans la deuxième saison.

Seirei no moribito - Guardian of the spirit

Les plans sont … magnifiquement japonais. Comme on pouvait s’y attendre lorsque l’on a vu l’anime, des belles rizières, le brouillard et les belles montagnes, les villages typiques d’un Japon de l’ère Edo. On regrettera simplement une des plus belles scènes de l’anime : Le combat sanglant entre Balsa et les assassins sur les chemins des vastes rizières qui se situent en forêt dans le drama.

Les effets visuels sont vraiment bien faits, surtout pour une série. Même si parfois on pouvait ressentir la frontière entre réel et effets spéciaux, par exemple le monstre dans la première saison qui au contact des personnages faisait un mauvais rendu. Malgré ce petit défaut, tout le reste est vraiment bien réalisé et on sent que le drama dispose d’un budget assez énorme. Un point très négatif en revanche, les bruitages lors des combats et les sauts surréalistes. En effet, tout cela fait faux et n’apporte rien de concret. Si encore on peut comprendre les sauts surréalistes, il est difficile de comprendre pourquoi il a fallu mettre des bruitages aussi mauvais. En revanche, on applaudit toutes les mises en scène de combat. Ils sont dynamiques et aussi entraînants que dans l’anime.

Seirei no moribito - Guardian of the spirit

En main cast on a Balsa (Ayase Haruka), Chagum (Kobayashi Kai – Enfant, Itagaki Mizuki – Adolescent), Tanda (Higashide Masahiro) et Asla (Suzuki Rio). Les acteurs jouent bien globalement. On notera quand même certains personnages qui ont des têtes bizarres, notamment au premier abord (Shuga ou Torogai par exemple), cette impression disparaît au fur et à mesure. Mention spéciale pour Ayase Haruka, qui joue une Balsa forte mais à la fois humaine à la perfection.

L’un des autres aspects forts de Seirei no Moribito est la musique. Le main thème est magnifique et on pourra le réécouter sans problème sans le support vidéo. L’opening est artistique visuellement, éclatant et la mélodie est sublime. En même temps, avec un compositeur tel que Sato Naoki, il aurait été difficile de s’attendre à une OST médiocre.

Seirei no moribito - Guardian of the spirit

Une belle réalisation, un jeu d’acteur presque impeccable, une musique envoûtante … Ce drama est une réussite. Quelques défauts mineurs viennent s’installer par-ci par-là mais sans que cela ne soit vraiment dérangeant. Petit message pour ceux qui auraient vu l’anime, les 4 premiers épisodes balaient l’intégralité de l’histoire que vous connaissez (Avec quelques changements). Les 9 autres sont donc totalement inédits. La saison 2 est clairement meilleure, même si elle souffre d’un essoufflement sur sa deuxième partie. Une saison 3 a déjà été annoncée et suivra directement les événements de la saison 2. En bref, une claque sur tous les aspects et une grosse surprise, voici ce qu’est Seirei no Moribito, alors n’attendez plus, allez le voir !

Voir aussi

How to make Capcom fighting characters – Tout sur la conception des personnages de Street Fighter

Perdurant dans sa volonté de se pencher sur la culture japonaise sous ses multiples domaines, …