Breaking News
Accueil / Critiques / Samurai Shodown

Samurai Shodown

Déjà disponible depuis une demi-année sur PlayStation 4 et Xbox One, Samurai Shodown vient désormais trancher la Switch, en dégainant ses affûtés Joy Con ou Pro Controller.

Samurai Show Up

Souvent évoquée lorsque l’on parle de SNK, finalement pas tant de personnes que cela ont déjà posé leurs paluches sur un Samurai Shodown. Voire même n’en auraient vu ne serait-ce que des images. Surtout chez qui n’a pas touché à des bornes d’arcades. Fatal Fury reste plus connu & évidemment King of Fighters offre la réunion des combattant(e)s du studio. La sortie de ce nouvel épisode sur consoles actuelles, s’avère ainsi d’emblée une bonne idée. Tant elle touche à un jeu culte, finalement pas si établi par rapport au panel de joueuses/eurs.

Toutefois les féru(e)s de longue date, y compris depuis 1993, ne seront pas au bout de leurs surprises. En effet, Samurai Shodown se passe un avant ce que vous avez connu via le logiciel originel. On découvre ainsi 16 personnages, dont 3 nouveaux. Avec un mode histoire, au top pour se familiariser avec tout ce beau monde. Sans se faire longuet, ce pan solo réalise exactement ce que l’on attend. Essentiellement, nous permettre de nous entraîner de manière plus détendue qu’en se rendant directement au tutoriel. Mais également de nouer des liens avec les protagonistes & d’en tirer ses préférences. Moment idoine pour confirmer que leur diversité est aussi réussie que l’équilibrage entre chaque.

Au-delà de cette approche narrative, l’on retrouve bien sûr les affrontements hors & en ligne. Mais aussi ce qui fait la saveur des JV de bagarre pour s’imposer des défis, entre la survie & le contre-la-montre. Ainsi qu’un mode dojo, où affronter des fantômes en masse, avec une intelligence artificielle qui s’adapte à notre type d’approche.

Se lever, trancher, répéter

En bon(ne) samouraï que chacun(e) s’avère, les lutteuses/eurs s’affronteront sur un plan en 2D à l’arme blanche. Une denrée rare, sur laquelle Samurai Shodown s’appuie pour rendre ses exercices aussi toniques, que spectaculaires. Tout en délivrant une accessibilité certaine, par son panel d’offensives. Entre celle avec les pieds & les 3 allant de la moins forte, jusqu’à la plus puissante. Ainsi que des combos pas très complexes, entre la prise, les capacités spéciales & la super spéciale. Avec en leur sein la Lame Éclair, une spécificité phénoménale employable une fois par bataille. Cela ne signifie pas pour autant qu’il est simpliste, au contraire. Surtout qu’il s’articule autour d’une passion pour les contres. On ne navigue clairement pas dans un versus fighting où l’on ne songe point à la défense. Ce qui lui offre une certaine originalité, puisque cela va à l’encontre de la majorité.

Mais comme vous l’aurez saisi, l’on ne s’ennuie pas pour autant à se recroqueviller. L’on doit à la place devenir un(e) stratège, capable de désarmer son adversaire par exemple. Mais également de maîtriser notre esquive ou encore les gardes, en analysant constamment l’autre. De même afin de contre-attaquer. Et non juste miser sur nos propres qualités offensives, sans user d’une tactique prenant l’autre en compte. En ce qui concerne la maniabilité, aucun souci pour évoluer avec un Joy Con. Sauf si vraiment vous galérez avec vos doigts sur de tels jeux de baston avec ce périphérique. Néanmoins, celui-ci n’est pas comme la plupart dans sa technicité, vous pourriez donc être étonné(e).

De notre côté, l’on privilégie tout de même un Pro Controller, plus pratique par rapport à nos habitudes. Cependant sur ce point, d’autres gèrent tout aussi bien avec le contrôleur de base de la Switch. Nous n’avons pas pu l’essayer avec un stick arcade, mais évidemment cela s’avère tout autant envisageable.

Lame fatale 2

Dans l’éventualité où vous auriez eu la bonne idée de précommander le jeu, vous avez obtenu une version dématérialisée de Samurai Shodown 2. Soit un bonus plus que sympathique pour cette sortie Switch. Cette dernière qui par ailleurs n’oublie pas de tirer profit de ses spécificités. On peut ainsi y évoluer en mode portable & directement sur table. Atout extrêmement pratique, surtout que la lisibilité n’en pâtit point.

Même si évidemment un plus grand écran permettra d’admirer la touche nippone féodale, ultra stylisée. Un Japon du XVIIIe siècle qui profite d’un profond travail pas uniquement dans le charisme & la variété de ses personnages, mais aussi dans ses décors. Ce qui n’est pas si courant chez les jeux de baston. Samurai Shodown nous laisse lui nous perdre en voyageant dans les véritables peintures au sein desquelles il nous projette.

Original dans l’approche de ses mécaniques, Samurai Shodown détient vraiment de quoi rassembler un public désormais plus large. Qui aura envie d’un système rafraîchissant, plus encore via la particularité des armes, tout en y découvrant une profondeur non feinte.

Inod

Développeur : SNK
Éditeur : SNK
Genre : Combat
Supports : Nintendo Switch, PlayStation 4 & Xbox One

Voir aussi

manga soul eater XII

Soul Eater #XII (tomes 24 & 25)

La série d’Atsushi Ohkubo arriverait-elle à son terme via Soul Eater #XII (Kurokawa), soit les …