Breaking News
Accueil / Goodies / RONE 2nd Edition

RONE 2nd Edition

RONE 2nd Edition, publiée par Greiferisto, nous arrive avec un contenu gonflé à bloc. Information à connaitre, au cas où vous posséderiez la 1e version du jeu de Štěpán Štefaník.

Précisément, RONE 2nd Edition n’oublie évidemment pas d’inclure la 1e édition de Races Of New Area. Ce à quoi il faut ajouter les extensions Awakening & New Forces. Soit une augmentation sur tous les plans. Tant dans les mécaniques, que visuellement. Détail qui n’en est pas un, tous ces ajouts sont aisément distinguables, bien qu’ils proviennent d’un coffret unique via ce pack. Ce qui vous permettra de facilement les mettre sur la touche ou de n’en user qu’une partie. Ce qui s’avère loin d’être gadget. Tant l’on peut désirer y aller tranquillement, sans immédiatement jouer avec l’ensemble. Et ainsi apprendre au fur & à mesure. Que pour faire simplement la distinction lors du rangement.

Suite à une guerre nucléaire, il est peu de dire que le monde se porte excessivement mal. On dénombre bien des survivant(e)s, mais qui risquent de ne pas le rester longtemps. Tant la planète est dévastée & les ressources encore plus faibles qu’à notre époque. RONE 2nd Edition nous fait entrer de plein fouet dans cet ère lugubre, où différentes bandes luttent pour s’approprier le peu qu’il reste. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous devrez recruter pour votre propre groupe. Qu’il s’agisse de classiques soldats ou encore de véhicules. Mais pas seulement. Puisque le choc nucléaire a également engendré des mutants & autres hybrides. Des membres & machines, que l’on devra équiper au mieux.

Chacun(e) des 2 à 4 survivant(e)s que vous êtes, sera représenté(e) par un héros. C’est ce dernier qui dirigera les troupes. Celles-ci qui se trouvent en partie dans votre main & pour l’autre partie, dans votre pile de cartes, dans laquelle vous pourrez piocher moyennant des ressources. Et ce n’est que lors de l’éradication totale de votre escouade, que vous perdrez la partie de RONE 2nd Edition. On ne retrouve donc pas de points de vie à détruire, ce qui engendre une mécanique plus directe pour l’élimination. Vous recevez un dégât, vous déterminez qui rejoint votre cimetière. Soit un personnage de votre main, soit celui qui figure en haut de votre paquet. On peut ainsi décider de conserver les éléments visibles pour une stratégie que l’on planifie. Et en sacrifier que l’on ne connait pas. Cependant, l’on prend le risque de voir une excellente carte filer sous notre nez.

Ce qui crée une 1e dimension d’hésitation, entre tactique & hasard. Toutefois l’on remarque que chacune détient une certaine valeur, qui peut la ramener à la vie. La gestion du cimetière s’avère extrêmement mise en avant durant RONE. Si bien qu’elle devient un point stratégique décisif, où l’on peut très bien décider d’envoyer quelqu’un, car l’on ne pourrait l’activer pour le moment par un manque de mana. Pour mieux le faire rejaillir du cimetière quand l’on sera richement doté. Et éventuellement tout dévaster sur son passage.

Il sera justement prioritaire d’établir sa stratégie en amont, selon les points d’activation qui permettront de lancer telle entité, plus ou moins puissante. Et par conséquent, plus ou moins coûteuse. On peut très bien décider d’attaquer à chaque tour, mais ce qui ne permettra pas d’accumuler de la mana pour invoquer quelqu’un de plus fort. Ou encore de faire franchir un niveau supplémentaire à son héros. Qui débloquera ainsi de nouvelles perspectives. Sans omettre l’importance des technologies, qui soutiendront efficacement votre escadron. Mais là encore, il faudra savoir faire des concessions d’un côté, pour un plus grand but.

Grâce à RONE 2nd Edition, l’on profite de toujours plus d’œuvres de Rastislav Kubovic. Ses charismatiques personnages, entre créatures de toutes sortes &humains modifiés, sans oublier les accessoires & environnements, nous en mettent plein les yeux. L’atmosphère de désolation cyberpunk/science-fiction accentue l’envie de se plonger dans le jeu.

RONE 2nd Edition sait apporter ses propres touches pour ne pas se transformer en énième deck-building, avec uniquement son univers comme particularité. La gestion de la mana & du cimetière sont d’immenses forces, qui se prêtent à diverses tactiques, renouvelant les parties.

Inod

Voir aussi

No Swap No Pay

Être pillé(e) est horrible, mais par des voleuses/eurs des mers, c’est pire : atroce ! …