Breaking News
Accueil / Critiques / Romancing SaGa 3

Romancing SaGa 3

Depuis plusieurs années, il y a légitimement de quoi se plaindre avec le trop plein de portages, remasterisations, voire sous-remakes, de jeux sortis très peu de temps auparavant, au détriment de nouveautés. En revanche, quand l’on va gratter plus loin, on a au moins le plaisir de voire débarquer quasiment un tout nouveau jeu. Ce qui s’avère de toutes façons le cas pour la majorité de la population mondiale ici. Puisque l’originel Romancing SaGa 3 était sorti en 1995 sur Super Famicom, en japonais. Nul besoin d’en rajouter, sur ce point l’on sait que peu d’entre vous y auront donc déjà touché. Ce qui s’avère également notre cas.

SaGa romantique, ambiance Square Enix

Pour pas mal de jeunes d’aujourd’hui, qui pourraient donc potentiellement découvrir Romancing SaGa 3, la nostalgie de l’époque ne sera évidemment pas au rendez-vous. Pour cette frange, 1995 c’était il y a 300 ans. Et bien vous ne croyez pas si bien dire, car tous les 3 siècles une dramatique malédiction suit son cours : l’avènement de Morastrum. Une éclipse durant laquelle un seul nouveau-né survit et devient le visage pacifique ou maléfique du monde. Reste à savoir de quel côté se tournera celui-ci. Quoiqu’il en soit, durant cet évènement des démons en profitent toujours pour envahir la planète. Néanmoins, à l’instar de nombreux JDR cultes de Squaresoft ou Enix à l’époque, la dimension humaine et celle politique s’avèrent très fortes. Le scénario et les émotions, vont ainsi bien au-delà du périple de notre escouade en vue d’annihiler les créatures débarqués.

8 ça suffit

Justement en évoquant notre escouade, sachez dans un premier temps que l’on peut sélectionner son personnage principal entre 4 héroïnes et autant de héros. Une mixité très plaisante, qui n’est pas vaine. Des éléments narratifs changent d’emblée et bien sûr les classes divergent.
Toutefois au fil de sa progression, l’on aura l’opportunité de la modifier. Ce qui peut tout autant pousser à approfondir son expérience pour tout essayer avec quiconque. Que donner envie d’aller au plus vite, dans la mesure de l’envisageable, tant Romancing SaGa 3 s’avère riche et long, même en se pressant.

Surtout que l’expérience mise énormément sur l’exploration. Le monde qui se dévoile au gré de nos connaissances, pourra/devra être fouillé de long & en large. En vue d’y dénicher des quêtes multiples, auprès de PNJ. Tantôt des livraisons, tantôt des batailles mais qui varient les unes des autres dans leur approche…
Pour rebondir sur les combats, apprenez dans un premier temps que l’on distingue nos potentiel(le)s adversaires lors de nos déplacements. Ce qui peut donner lieu à des tentatives d’esquive d’un affrontement. Cependant si l’on en passe par une rixe, on change de type de vue & c’est parti pour du tour par tour. Associant les classiques choix dans les menus (attaques basiques, soins, capacités spéciales…), à des originalités. Notamment par rapport au gain d’expérience. Ou encore la régénération des points de santé, mais pas de vie, au terme de la bagarre.

Tout d’abord, pour en revenir un instant aux protagonistes, sachez que notre escouade sera au maximum composée de 6 membres. Avec la possibilité d’en enrôler parmi la trentaine de protagonistes prévu(e)s à cet effet et que l’on rencontrera durant notre périple. On ne reste ainsi pas juste entre les 8 personnages, disponibles comme vedette d’une partie. Romancing SaGa 3 s’avère par conséquent très riche également sur la constitution & la complémentarité de sa bande. Que l’on disposera de manière idoine, lorsqu’une baston nous tombera dessus. Avec le besoin en amont de préparer son équipement & particulièrement ses armes. Là encore jouissant d’une imposante variété.

C’est dans les vieilles SNES qu’on fait les meilleurs RPG

Chez les ressorties, les avis & les approches divergent énormément à propos de l’habillage visuel & sonore. Tout conserver comme d’antan, tout bouleverser, effectuer des retouches… ? En ce qui concerne Romancing SaGa 3, la décision a été prise de garder son essence, tout en la frottant et en la lustrant. D’une part, les graphismes restent dans le somptueux univers 16 bits d’époque. L’exploration nous envoyant un peu partout, l’on en profite pour découvrir une myriade d’environnements variés & charmants. Tandis que les personnages, tant principaux que secondaires (vraiment certains sont déments & donnent envie de les recruter dans la foulée) & les créatures adverses, marquent les esprits. Avec une remasterisation en HD. Même si l’on n’a pas eu l’occasion de comparer sur un écran tubulaire, via une Super Famicom. En tout cas, cette nouvelle édition nous accroche aisément. Bien sûr si les pixels d’époque ne vous touchent pas, il en sera peut-être autrement.

Généralement encore plus indispensable, le coup de frais à l’enregistrement d’époque, en usant de la puissance actuelle. Les compositions de Kenji Ito n’en sont que davantage mises en valeur. Mais surtout, leur qualité nous transportent d’autant plus dans cette expérience chronophage. Et qui le devient d’autant plus par l’apport de bonus. Si bien que si vous aviez déjà l’envie de découvrir les histoires de chaque héro(ïne)s, vous aurez en sus un donjon supplémentaire & un mode New Game +.

Et pour approfondir vos liens avec la licence SaGa, précisons la sortie de SaGa SCARLET GRACE: AMBITIONS, le 3 décembre sur Switch, PS4, Steam, App Store et Google Play. Ainsi que Romancing SaGa Re;univerSe, en 2020 sur Android et iOS. Une actualité florissante, qui pourrait signifier de bonnes nouvelles à venir.

Immense, tant par ses 8 huit scenarii propres au sein d’une trame principale, que dans toute son exploration et ses personnalisations, Romancing SaGa 3 s’avère tout bonnement encore un grand jeu. Même s’il ne sortait que pour la première fois aujourd’hui. Ce qui fut d’ailleurs notre manière de l’appréhender. Qui plus est aucune nostalgie n’existait chez nous à son propos. Le rendant d’autant plus brillant. Information importante, RS3 est à -20% sur toutes les plateformes, jusqu’au 4 décembre. Sympathique pour un logiciel qui fait plutôt dans le contenu à 120% !

Inod

Développeur : Square Enix
Éditeur : Square Enix
Genre : Jeu de rôle
Supports : Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, Xbox One X, PlayStation Vita, Windows 10, Steam, App Store & Google Play

Voir aussi

Père Fouettard Corporation #3

Pas de Marie-Noëlle, ni de Jean-Balthazar dans Père Fouettard Corporation #3 (Kurokawa) d’Hikaru Nakamura. Un …