Breaking News
Accueil / Critiques / Redeemer : Enhanced Edition

Redeemer : Enhanced Edition

Comme tant d’autres jeux qui n’avaient pas eu en amont une énorme champagne commercial, ni une attente particulière, Redeemer a su faire son trou lors de sa sortie initiale sur PC (édité par Good Shepherd Entertainment). Si bien qu’il vient désormais dégommer nos consoles, dans une version plus musclée, la Redeemer : Enhanced Edition.

À mort Vasily

Bien qu’employé il fut un temps par une sinistre société au top de la création d’armes et de soldats cybernétiques, Vasily n’est plus vraiment en odeur de sainteté. Et lui-même parait avoir saisi ses erreurs. Depuis, le sanglant assassin semble chercher une certaine rédemption au sein d’un monastère. Mais comme tout bon scénario de série B d’action, le grand méchant ne l’entend pas de cette oreille.  Ce qui incite évidemment Vasily à reprendre les armes, pour dévaster les colossales armées de son ex chef, qui vient de le retrouver. Mais notre héros n’est plus exactement le même homme, grâce à 20 ans d’apprentissage technique des moines. Et ça, ses ennemis risquent de le sentir passer ! Bien entendu, lisez ce paragraphe et notamment la phase précédente avec une grosse voix à la Richard Darbois. En ajoutant peut-être : Redeemer : Enhanced Edition actuellement sur vos écrans.

Curé toujours

Notre bon Vasi a un plaisir complet, puisque comme nous vous le confions, il a haussé ses connaissances depuis l’époque où il suivait les ordres. S’il est balèze avec les armes, comme il devait déjà l’être, il possède maintenant un savoir au corps-à-corps le rendant plus dangereux. Ces 2 spécificités qui se retrouvent dans autant d’arbres de progression. D’une part, sa facette soldat, dévolue aux armes. D’autre part, celle de moine, qui se consacre aux combats en mêlée. Une double-voie qui marche bien, tant pour permettre de partir davantage d’un côté ou de l’autre. Ou bien de les mixer le plus équitablement possible. Au même titre que sur le terrain. Où le mélange est conseillé pour s’en sortir face aux vagues de l’opposition. Ce qui n’empêche pas d’avoir une approche considérablement différente entre 2 joueuses/eurs, sur une même situation.

On améliorera notre avatar grâce à des points de compétences, à s’octroyer notamment par l’obtention de tablettes et de manuscrits. Les 1ers valent pour le soldat, les 2nds pour le moine. Ce qui fait perdurer la découpe des 2 genres. Sans omettre de faire évoluer les capacités de son personnage. Notamment pour augmenter ses statistiques tant défensives, qu’offensives. Sur le champ de bataille, l’on pourra récupérer des armes. Ces dernières qui s’usent au fil de leur utilisation. Il s’avère donc primordial(e) de suivre où elles en sont. Sans quoi l’on pourrait craindre d’être dépourvu(e), quand l’usure fut venue. Ce qui accentue la donnée stratégique de Redeemer : Enhanced Edition. On évite de simplement pétarader & utilise ses armes de manières idoines.

Comme lorsque Vasily est serré de très près par beaucoup de monde, afin de faire le ménage. Ou encore allumer de loin quelques ennemis précis que l’on n’a pas envie de voir s’approcher. Tout en ayant confiance pour arriver à s’occuper du reste dans un affrontement de proximité. Si l’aventure s’avère sanglante & qu’elle délivre une quantité non négligeable de façons de buter carrément extrêmes, en utilisant l’environnement et pas juste des frappes et des tirs, Redeemer : Enhanced Edition n’en est pas pour autant obligatoirement bourrin. Il est envisageable d’avancer parfois à pas de velours, pour appréhender les adversaires. Mais aussi de contrer & pas seulement tout dézinguer.

Enhance-toi

Forcément de par son titre Redeemer : Enhanced Edition, vous brûlez d’impatience de savoir ce qu’il en est réellement des changements entre la version originelle & celle-ci. Puisque nous n’avions pas eu l’occasion de toucher la première, nous ne pouvons évidemment pas nous en rendre compte. On a donc investigué. Et ne serait-ce que la connaissance de l’usure des armes est une nouveauté. Autant vous affirmer qu’elle s’avère plus qu’utile, en revanche elle rend l’approche moins compliqué car la surprise n’existe plus. Mais pour le coup, pas sûr que quelqu’un s’en plaigne. Au même titre que la progression de notre personnage, que nous vous avons détaillé. Soit un énorme plus !

Et l’on en a un autre avec le mode coopératif à 2 en local. Pas de multi en ligne. Mais comme l’on dit toujours, il vaut mieux du local, pourtant de moins en moins présent. Tandis que via le Net, au bout d’un certain temps les fonctionnalités seront coupées. Résultat, envolé le multi. Ici, vous l’aurez sans crainte de disparition. Voire de non ou de mauvaise connexion, de serveurs vides… Il vous suffit juste de trouver une personne. Et si vous n’en dénichez pas, au pire une entité cybernétique pour jouer avec vous fera la maille.

Voilà une version améliorée qui ne fait pas semblant. Redeemer : Enhanced Edition apportant beaucoup à l’aventure de base en elle-même. Mais en plus, elle propose une expérience au ressenti différent, grâce au mode en duo local. Autant vous dire que ce dernier apporte un plaisir immense. En prime, le coût ne se gonfle pas en parallèle au contenu, puisqu’il est sous les 30 balles. Soit moins de cartouches qu’il n’en faut à Vasily pour régler quelques quiproquos avec des hordes de malandrins.

Inod

Développeur : Sobaka Studio
Éditeurs : Ravenscourt/Buka Entertainment
Genre : Action
Supports : PlayStation 4, Xbox One
et Nintendo Switch

Voir aussi

Frigiel et Fluffy #1 Le Retour de l’Ender Dragon

Parmi les produits dérivés de jeu vidéo, l’on retrouve de plus en plus de livres. …