Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / One-Punch Man #18

One-Punch Man #18

On continue à cogner dur chez Kurokawa par le biais de la fameuse licence de ONE. Où l’Association des monstres prend de plus en plus d’ampleur, au cours de One-Punch Man #18.

La terrible organisation étend largement son emprise sur le monde, si bien que de plus en plus de personnes se laissent complètement renverser par cette menace & courbent l’échine. Des propositions fallacieuses étant d’ailleurs lancées par cette population, devenant dangereuses pour ses semblables. Heureusement, les héro(ïne)s sont également au menu de One-Punch Man #18 & comptent bien endiguer cette situation. Mais en parlant de menu, l’une de ses plus illustres figures a un tout autre problème au restaurant. Ayant perdu son argent, il se retrouve entre 2 chaises, à savoir fuir & ne pas payer, voire s’arranger en usant de son statut de héros. Ce qui l’obligerait toutefois à révéler son identité. Lui que même l’almanach de telles personnalités ne semble connaiîre. Soit un décalage empli d’humour, spécificité que l’on apprécie beaucoup chez la franchise.

Pendant ce temps, Garoh le chasseur de héros, est tiraillé par ce qu’il doit faire. Cependant Saitama ignore qu’il est le chasseur en question, si bien que leur rencontre fortuite amènera à nouveau une grosse dose humoristique. Et ceci par divers paliers, qui auront même droit à des ajouts bien plus loin dans le manga. Où la scène d’après bataille se pimente de quelques intrusions, mettant également en scène un certain petit garçon. Étirant davantage encore les 2 bords de l’identité de Garoh, qui ne feront que s’étendre toujours plus avec l’opposition face au monstre Sécatoroi. Qui compte ainsi faire d’une pierre 2 coups. En se débarrassant de Garoh qui l’insupporte, tout en enlevant un enfant supplémentaire.

La monstruosité & une certaine violence, s’avèrent par conséquent elles aussi au rendez-vous de ce One-Punch Man #18. Que Yusuke Murata met particulièrement en valeur, lors de ce combat. On adore par ailleurs grandement les quelques doubles pages, où sont réuni(e)s tantôt les monstres, tantôt les héro(ïne)s.

Drôle, émotionnel & musclé, One-Punch Man #18 perdure dans son chemin percutant. En opposant des sensations tellement différentes, qu’elles n’en ressortent que davantage.

Inod

Voir aussi

Le manga Why nobody remembers my world? chez Doki Doki

Why nobody remembers my world? : le nouveau manga fantasy de Doki-Doki ! Les éditions …