Breaking News

Obscuritas

Obscuritas_2D_Pack_INT_Prov

La peur dans le jeu vidéo se met petit à petit à reprendre un certain sens, là où l’action avait pris le pas sur elle, même si certains studios tentaient de nous faire croire le contraire dans leur approche commerciale. Ce sont justement des structures moins connues qui ont su donner ce regain de forme et c’est le cas de VIS Games avec cet Obscuritas, qui compte bien nous faire découvrir si le vice est en nous.

Opération chocottes

Au sein d’Obscuritas on incarnera Sarah, jeune femme venant à peine d’hériter d’un vieux manoir de la part de son grand-oncle, qu’elle n’a pas vu depuis ses deux ans suite à une dispute familiale. Super sympa vous trouvez, hormis le fait que cela soit triste pour votre grand-oncle. Malheureusement pour vous, la demeure n’est pas si accueillante que cela. C’est justement sur cette facette que le soft se base, car vous devrez venir à bout de vos hantises, tout en résolvant des énigmes, ceci avec des subtilités très intéressantes comme nous allons pouvoir vous le révéler. On en apprendra bien davantage au fil du temps et de nos découvertes dans cette exploration pas faite pour les froussard(e)s, notamment de par les notes laissées par le fameux grand-oncle.

Obscuritas 2016-02-26 15-09-14-56

Le manoir de la peur

Premièrement, penchons nous vers la caractéristique faisant la différence entre Obscuritas et un autre jeu d’horreur cherchant à effrayer, davantage qu’à balancer un tas de monstres, tandis que vous seriez un guerrier surarmé. Il s’agit d’une fonction explorant le royaume de vos peurs. En clair, si vous réagissez davantage sur telle ou telle tentative de la part du mal afin de vous effrayer, celui-ci n’hésitera pas à insister sur ce type de peurs. Vous avez une phobie ? Il appuiera dessus sans se soucier de vous, espérant vous bloquer pour que vous ne puissiez pas parvenir à vos fins, consistant à engendrer la sienne. Nous n’avons pas réellement pu nous rendre compte si cela était effectivement exploité comme cela est annoncé. Il faudra certainement enchainer les parties et faire en sorte d’insister volontairement sur une peur en particulier, suite aux évènements provoqués par le jeu que l’on connaitrait sur le bout des doigts. Nous n’avons tout de même pas pris le luxe d’agir en tant que tel pour le moment et avons préféré vous parler d’Obscuritas au plus vite car il le mérite.

Concrètement, l’aventure se traduit par la résolution de diverses énigmes, dont une grande partie consiste à trouver la clé ouvrant telle porte. Le tout non sans être gêné par un tas de créatures mais aussi, et l’on pourrait presque dire surtout, par l’obscurité. Ce noir ambiant entrave évidemment l’avancée et saura par la même occasion apporter davantage de peur à certain(e)s joueuses et joueurs. Afin d’y voir plus clair, il s’avèrera essentiel de dénicher de l’équipement au sein de la bicoque. Trouver des piles afin d’alimenter sa lampe torche, des allumettes, faire flamber les bougies qu’arborent les murs en guise d’éclairage…

Obscuritas 2016-02-26 14-25-02-24

L’empire Du Côté Obscuritas

L’ambiance terrifiante d’Obscuritas est accentuée par son atmosphère sonore, cette dernière semblant nous susurrer “N’aies pas peur, ouvre-moi ton cœur, viens vers l’Empereur”, dans le but de mieux nous happer et nous… on préfère finalement ne pas savoir quoi. Dans le cas où l’on décide de véritablement se mettre dans l’ambiance et de réellement y croire, en oubliant donc totalement qu’il s’agit d’un jeu vidéo, quitte à placer sa non peur et son courage habituels de côté, cela fonctionne. Il faut se laisser aller. Et là les bruits surgissant à des moments bien choisis et même l’absence d’une musique qui pourrait totalement nous faire sortir de ce milieu si ténébreux, nous plongent littéralement dans les tréfonds de l’horreur.

Cela vaut tout autant pour l’aspect visuel qui dès les prémices de l’aventure n’a guère l’intention de nous rassurer. Ne serait-ce que lors de la scène d’introduction, où l’on repère plutôt bien que l’endroit n’est pas au top au niveau de l’accueil. La nature est défraîchie, le décor s’avère assez vieillot et biscornu, le coin laissé à l’abandon et même davantage que le coin d’ailleurs. On a clairement l’impression qu’il n’y a pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde, de quoi ne pas rendre ultra rassurante notre venue par ici.
Le manoir n’est lui pas non plus très aguicheur, tant de l’extérieur qu’à l’intérieur, reflétant ainsi le bon travail effectué sur son design. Rien qu’à sa vue avant même d’avoir franchi le portail, on se croirait dans un film d’épouvante. De quoi vouloir rebrousser chemin immédiatement. Concernant la suite, comme vous le savez étant donné qu’il s’agit aussi de l’un des aspects du système de jeu, au sein de la maison il fait essentiellement sombre. Déjà que la teinte du ciel lorsque l’on se retrouve dehors n’est point rassurante, avec un côté automnale en sus de la nuit qui tombe. La quantité de pièces et la décoration de chacune saura toujours plus approfondir l’expérience. On ne désire pas vous gâcher la surprise, mais on découvre par exemple une salle composée de squelettes de dinosaures, ce qui peut s’avérer flippant dans le noir lorsque l’on se retourne vers eux, vraiment le grand-oncle il aurait pu avoir d’autres idées au niveau de la déco.

screenshot_announce_2

Voilà une très bonne expérience, jouant sur l’ambiance et les peurs des aventuriers. On n’avait pas vu arriver Obscuritas et il vient nous tapoter l’épaule pour se faire remarquer, nous faisant déjà sursauter.

Inod

Développeur : VIS Games
Editeur/Distributeur :
Ravenscourt/Koch Media
Genre : Aventure
Support : PC
Date de sortie :
18/03/16

Voir aussi

Shenmue III

On ne va pas perdre de temps à revenir sur les 4 ans entre l’annonce …