Breaking News
Accueil / Critiques / NeuroVoider

NeuroVoider

Sorti l’an passé sur PC, NeuroVoider arrive désormais sur Switch dont l’on imagine déjà les possibilités via ses contrôleurs. & comme l’on a l’esprit de contradiction, nous vous proposons sa critique sur PS4, version sortie entre les 2, à l’instar de celle sur Xbox One.

Le soulèvement des machines

Les robots s’étant enfin débarrassés de l’humanité, aaah la bonne époque du futur, tout devrait aller pour le mieux dans les meilleur des mondes. Sauf qu’il fallait bien que certains perturbent cette quiétude, sans quoi il n’y aurait pas pu avoir de jeu NeuroVoider qui plus est. En l’occurrence, un mix entre le robot Fat.32 (d’ailleurs si vous trouvez un fichier à ce nom dans votre PC, nous vous conseillons de vous empresser de le supprimer, il s’agit d’un virus célèbre, c’est pour cela que les développeurs de Flying Oak Games ont décidé d’appeler le robot traitre ainsi) et de vils cerveaux humains.

Robot Playing Game

Concrètement parlant, NeuroVoider est jeu de tir à double sticks, voire plus exactement un jeu d’action à double sticks, le gauche servant à se déplacer, le droit à viser ce que l’on désire dégommer. Ce principe en tête, vous savez ce qu’il vous reste à faire en son sein, même si évidemment vous découvrirez quelques subtilités durant votre parcours. Cela allant de la classique alternance entre menu fretin présent en masse et les boss plus ou moins retors, aux patterns qu’il s’agira d’analyser afin de trouver leur point faible. Ceci valant notamment de par le choix de ses armes, dont le panel est assez fourni & surtout méga efficace.

Toutefois l’aventure ne proposera pas qu’un banal beat’em all, puisqu’on y trouvera des possibilités de personnalisation changeant l’approche de jeu, soit des aspects rôlistes indéniables. Ceux-ci bouleversant la donne si vous sélectionnez une manière d’être privilégiant la défense via Fortress et son bouclier, la vitesse au travers de Dash ou l’attaque par le biais de Rampage. Ce à quoi s’ajoute l’intégration d’une capacité passive, la récolte de trésors dans une trépidante chasse au loot de chaque instant & l’amélioration de son hérobot. Tout est au rendez-vous pour donner envie de tenter des styles différents, de savoir évoluer dans sa démarche…

AneuroVoiderysm

L’univers frénétique de NeuroVoider ne serait évidemment pas le même s’il, ça sent la jolie lapalissade, ne possédait pas cette bande-son cyber légèrement chiptune par Dan Terminus, poussant clairement vers l’action, tant son énergie se répand de toute part, afin de nous inciter à tirer sans discontinuer & à toujours plus se déchainer à travers les niveaux.

Évidemment cette touche chiptune ne vient pas seule, l’aspect visuel faisant la part belle aux gros pixels, avec des personnages, à commencer par le notre, complétement craqués de la cervelle graphiquement. On sort du commun & cela fait plaisir de découvrir un avatar & des ennemis formés d’une manière originale, ceci au même titre que les environnements. Le tout, protagonistes comme décors, ayant en sus droit à une grosse de dose de néons à la saveur bien flashy à l’ancienne histoire de proposer un vrai ton retro-cyber.

Frénétique mais pas sans cervelle, NeuroVoider sait mixer l’action à tout-va, avec des aspects rôlistes permettant de multiplier l’intérêt & de choisir des voies différentes. Le tout dans un monde totalement dément.

Inod

Développeur : Flying Oak Games
Éditeur :  Plug In Digital
Genres : Tir/Action
Supports & dates de sortie : PC 31/8/16, PS4 15/3/17, Xbox One 17/3/17 & Switch 7/9/17

Voir aussi

Godzilla II : Roi des Monstres

Depuis 1954, Godzilla a parcouru un chemin semé d’embûches. L’histoire étasunienne du monstre qui créa …