Breaking News
Accueil / Critiques / Neo ATLAS 1469

Neo ATLAS 1469

Déjà disponible depuis un an sur l’eShop, Neo ATLAS 1469 revient & pas de n’importe quelle manière sur Nintendo Switch. Ce jeu de cartographie débarquant désormais sous format carte ou cartouche, selon votre terme favori.

69 année cartographique

Vous vous doutez sûrement en quelle période nous plonge Neo ATLAS 1469. Cette année-là, les mystères de la Terre étaient encore plus grands. La majeure partie de la population pensait d’ailleurs qu’elle était plate comme une crêpe. Mais l’on possède en 2019 une astuce, sans code de triche, puisque l’on sait que si dans la réalité l’on prend la route des Indes par la Mer, dans le sens inverse de l’habituel, l’on pourra rejoindre une terre nouvelle. On n’en est toutefois pas là.

L’action débute elle à Lisbonne, car comme vous le savez, le Portugal était l’un des maîtres de l’exploration à l’époque. En tant que commerçant, au travers de notre société, nous devrons améliorer le savoir commun, sur la réalité de la Terre. Tout en répondant à la requête du roi du Portugal. Rejoindre le Zipangu, avec 30 ans pour réussir ! Un domaine que vous connaissez probablement si vous nous lisez, puisqu’il s’agit du Japon.

ATLAS-toi à la tâche

Avant toute chose, il s’agira de s’attacher les services du professeur Francisco Peres. L’un de celles & ceux croyant à la forme sphérique sur laquelle l’on marche. Et dont l’on ne tombe pas, une fois arrivé(e) à l’extrémité de son plan connu jusqu’ici. Malgré son hypothèse et nos connaissances IRL, ce n’est pas pour autant que Neo ATLAS 1469 se conclura de manière unique. Avec des Continents formés comme dans les temps que nous y traverserons. Avec un réchauffement climatique moindre et donc certains lieux non fondus et d’autres non engloutis. Mais également pas de fausses îles ou mers de plastique, création de l’être humain. Selon vos choix l’aventure s’avèrera diamétralement différente. Et la carte planétaire également. Soit une rejouabilité forte & amusante, de par son développement. Avec ce soupçon d’expériences à partager. On a plaisir à discuter avec autrui, de sa/ses propres histoires, sa carte…

Ne croyez pas user de vos compétences personnelles pour découvrir de fond en comble la réalité du 15e siècle. Car pour voyager de plus en plus loin, encore faudra-t-il pouvoir se financer. Pour ce faire, les talents de négociant de notre personnage ne seront pas de trop. Ceci en démarrant avec un univers frontalier : Proche Orient, Maghreb & Europe. Sans pouvoir partir à l’abordage des Océans comme bon nous semble, via 4 caravelles. Il sera primordial de se développer, en organisant des voyages plus au large au fur & à mesure. Ceux-ci permettant d’acquérir de nouvelles ressources, avec des échanges envisageables. Qu’il s’agisse de denrées comestibles, pierres précieuses et autres matières premières.

Selon les lieux, les découvertes changeront & les transactions diffèreront. Il sera bien sûr essentiel de connaitre un excédant en notre faveur, si l’on souhaite continuer à faire évoluer notre entreprise. Cependant, être déficitaire sur un échange, peut très bien avoir été pensé comme un coup en 3 bandes, voire davantage. Telle ressource vous manque et vous pourriez la combiner à une autre, pour qu’il en résulte quelque chose de recherché ? L’affaire peut s’avérer intéressante. Tout comme en acheter une, que vous revendrez ailleurs pour beaucoup plus. L’argent récolté permettant de s’octroyer un meilleur équipement & d’envoyer des excursions à l’autre bout du monde.

Un pécule tout autant indispensable pour payer des amirales/aux. Au-delà de la mène des explorations, celles & ceux-ci possèdent des caractéristiques propres. Plus doué(e) pour la négociation, rompu(e)s aux joutes musclées… On peut à sa guise choisir des spécialistes dans tel ou tel rôle. Surtout si l’on commence à se dire que tel coin est malfamé. Ou si l’on envoie une troupe dans un but commercial, pour ne citer que quelques exemples. Cela a un coût comme évoqué précédemment. Les sous se dilapident vite & il ne faut pas croire que l’on pourra aisément placer nos chefs d’escouades, ni faire sa popote facilement. Neo ATLAS 1469 pousse la gestion sur tous les fronts & celui monétaire en est le dénominateur commun. On n’hésite donc pas à chercher fortune, via des missions annexes.

Rebondissons sur la rejouabilité, grâce à la carte du monde qui peut & même qui risque d’être très différente d’une partie à l’autre. Cette spécificité provient du compte-rendu de vos amirales/aux. Ainsi que de votre propension à les croire. Suite à leur retour, elles & ils effectuent leur récit. Pouvant aussi bien s’avérer réaliste à nos yeux, que totalement fantaisiste. Avec des batailles face à des créatures légendaires. Libre à nous d’approuver ou non leurs élucubrations. Si l’on accepte leurs dires, la carte s’en trouve changée. Elle peut ainsi afficher des pans terrestres jamais connus dans la réalité. Ou bien la surface peut s’avérer si aquatique, que la Terre devrait songer à changer de nom.

Mais l’on peut réfuter leurs arguments & explorer à nouveau les contrées concernées. Et éventuellement trouver un récit nous convenant & une situation géographique complètement différente. Peut-être que la précédente expédition s’est tournée les pouces & veut nous faire gober qu’il n’y a que de l’eau là-bas. Cette particularité évolutive est aussi intéressante au niveau ludique, que drôle & originale.

Je suis la carte Je suis la carte Je suis la carte

Sans s’avérer austère, Neo ATLAS 1469 base son jeu sur la richesse de ses possibilités & non de ses graphismes. Les diverses ressources, les embarcations, les protagonistes, les lieux visités… sont quand même représenté(e)s visuellement. Le tout enrobé d’un cachet à l’ancienne, pour s’inscrire plus profondément dans le XVe siècle. On se demandait si l’effort sonore serait fait, pour nous délivrer des atmosphères qui correspondent aux endroits explorés. Excellente nouvelle, puisque c’est le cas. On découvre ainsi des musiques qui changent grandement, d’une terre, à une autre.

Le mélange de gestion assez réaliste & de récits pouvant tout changer sur sa vision du monde, fait de Neo ATLAS 1469 un jeu aussi profond, que rafraichissant et amusant. On peut ainsi enchainer les parties sans se lasser, tant les changements peuvent s’avérer immenses.

Inod

Développeur : Studio ArtDink
Éditeur : NIS America
Genre : Gestion
Supports : Switch, PS Vita & PC

Voir aussi

Haikyū!! L’envol des corbeaux de Karasuno !

Haikyū!! L’envol des corbeaux de Karasuno !   Haikyuu c’est quoi ? C’est un animé …