Breaking News
Accueil / Critiques / Narabi

Narabi

Les jardins japonais et leurs fameuses pierres vous subjuguent ? Il est grand temps de confectionner le vôtre, à plusieurs, grâce à Daniel Fehr et son jeu Narabi.

Pour profiter plus que jamais de ces fameux havres de paix nippons, Narabi ne propose pas un affrontement où les fourberies seront à l’honneur. Au contraire il s’agira d’établir un plan collectif, afin que les 3 à 5 participant(e)s gagnent ensemble. L’objectif s’avère de réaliser une suite complète avec les cartes pierres numérotées des joueuses/eurs, en ordre chiffré. Qu’il soit croissant ou décroissant. Mais cela serait bien trop facile si des conditions n’entravaient pas nos volontés. Il faudra d’abord savoir communiquer, sans confier ses propres conditions à ses camarades. Voire de ne pas communiquer du tout par la parole, si vous optez pour un défi plus relevé. Peu importe votre décision, il s’agira de remplir votre but en 24 tours maximum. Sans quoi tout le monde perdrait.

Narabi pousse à réussir cet accomplissement en un minimum de coups. Ce qui délivre un  premier atout à propos de la rejouabilité. Puisque l’on tentera continuellement de faire mieux. Ne croyez cependant pas qu’au fil du temps vous connaitrez les combines adéquates pour obtenir un meilleur score. Les cartes pierres et celles conditions, sont ainsi réunies par couple aléatoire à chaque partie. Au sein d’un protège-cartes. Ce qui offre de partie en partie, un changement dans les règles pour chaque pierre. Suite à ces préparatifs, l’on distribue 4 duos de cartes à chacun(e) si l’on évolue en triplette. Et juste 3, si l’on est en quatuor ou en quintet. On les dispose face pierre visible, l’intégralité de l’assemblée peut donc les voir. En revanche, les conditions en-dessous ne doivent être consultées que par la personne à qui appartiennent les cartes.

On démarre par celle ou celui qui détient la pierre comportant le zéro. Puis l’on évolue tour à tour, dans le sens horaire. Lorsque vient le nôtre, l’on doit obligatoirement transférer une de nos cartes, avec celle de quelqu’un d’autre. Sauf que l’on ne pourra évidemment pas procéder comme bon nous semble. Comme évoqué précédemment, des conditions pourrons nous ordonner d’effectuer l’échange d’une certaine manière. Ainsi l’on pourra très bien avoir envie de se débarrasser de l’une car les 2 autres fonctionnent pour la série collective. Sauf qu’elle demandera de l’envoyer uniquement à sa/son voisin(e) de tel ou tel côté par exemple. Pas de chance, ses pierres ne nous intéressent vraiment pas. Et la nôtre ruinerait sa suite au top. Tandis que l’on aura envie de dire à notre « équipière/ier », que cela nous arrange si elle/il ne nous prend pas tel élément.

Sauf que l’on ne pourra en dire trop. Ou même ne rien révéler du tout. Bien que l’on discute, rebondisse sur les situations, s’esclaffe… Narabi s’avère véritablement un jeu d’ambiance, tant les conditions et les retournements vers lesquels elles poussent, font monter la sauce. Par conséquent, l’ambiance justement s’en retrouve touchée pour le meilleur.

Des pierres non numérotées existent également et n’impactent pas la suite à réussir. Ainsi l’on peut très bien en posséder une avec son 4 et son 5, tandis que la personne d’à côté détient le 6. La série n’est pas entravée. Pour tout ce qui touche aux conditions, ces pierres nues correspondent à un 0. Et valent donc chacune un chiffre pair. Dans le cas où vous en avez une, avec le 7 et le 9, tandis que quelqu’un a le 8 et que sa condition est de l’échanger avec une carte paire, cela lui sera envisageable avec votre pierre non numérotée. Vous constatez ainsi l’identité casse-tête de Narabi, particulièrement intéressante tant de nombreuses voies existent. Ce qui rend l’éventuelle communication encore plus importante. Sans déraper, ce qui en reviendrait à de la tricherie et ferait perdre son intérêt au jeu.

Par l’association de quelques mécaniques, sans avoir besoin d’en faire trop, Narabi ouvre une multiplicité de perspectives, qui se renouvellent constamment. Avec l’immense plaisir d’évoluer en coopération et de savoir relever la difficulté notamment via la communication restreinte. Amenant de bons moments de rigolade.

Inod

Voir aussi

Nouvelle saison pour le JCJ Yu-Gi-Oh!

La saison de duel 2018-2019 s’achèvera avec le Championnat du Monde 2019 du JCJ Yu-Gi-Oh! …