Breaking News
Accueil / Critiques / Mortal Kombat 11

Mortal Kombat 11

Retour des entrailles de la saga MK, avec un Mortal Kombat 11 qui annonce le ton dans toutes les publications d’avant-sortie l’entourant. Qu’en est-il une fois dans l’arène ?

Mortal Kombat le jeu vidéo – le film

Dans l’éventualité où vous le croiriez de par le titre du paragraphe, Mortal Kombat 11  n’est pas une suite aux films MK. Enfin surtout au bon premier film avec notamment Christophe Lambert. Néanmoins, le jeu n’hésite pas à nous proposer une histoire. Là où la concurrence a eu tendance à laisser ce pan de côté dernièrement. Tout bonnement car le public répondait souvent qu’il n’en avait rien à faire. Et bien sûr comme toujours dans un tel cas, dès qu’il n’y en avait plus, les mêmes personnes se sont mises à se plaindre. NetherRealms Studio et WB ont donc pris le parti de délivrer un mode scénarisé, loin d’être accessoire. Par le biais de la gardienne du temps Kronika, c’est toute la légende Mortal Kombat qui est passée en revue.

Si vous êtes féru(e)s de la licence depuis longtemps ou l’avez retournée, même pour les plus jeunes par exemple qui n’ont pas connu certaines sorties en direct, vous vous régalerez. Retrouver des mythes sachant faire bondir de plaisir, en touchant la corde sensible de la nostalgie, marche du tonnerre ! Les autres, il y a là de quoi la découvrir d’une manière ludique. En confrontant ces diverses époques. Bien qu’évidemment l’on découvre des personnages mis au goût du jour ou au goût de MK11. Le tout profite en plus de nombreuses scènes qui portent la narration. Ce qui prouve à nouveau à quel point le développeur et l’éditeur ont décidé d’en faire un point important et non un rapide gadget.

Les comptes de la Krypte

Au-delà de l’histoire, le solo repose également sur les Tours. Tant les classiques, où l’on enchaine les affrontements pour au final un mode arcade sous un autre nom. Que les Tours du Temps, où l’on évolue tel un JDR à tour, avec une montée en grade adverse pouvant devenir colossale. Ceci en vue de glaner de quoi aller acquérir des bonus dans la Krypte. L’endroit où l’on continuera de constamment se rendre. Comme à l’époque de Deadly Alliance, où l’on a l’impression d’y avoir passé davantage de temps que dans les combats. Sauf qu’à l’époque les sépultures étaient les mêmes et avec les informations idoines, on pouvait se faciliter la tâche. Mais y perdre de la saveur.

Ici avec le hasard, on conserve ce soupçon si spécial. Malheureusement il se couple à la possibilité de payer avec du véritable argent. Ce qui laisse toujours un doute à propos de la notion aléatoire, lorsque notre compte monétaire peut s’avérer touché. Toutefois l’on arrive à tomber sur des choses intéressantes pour le jeu lui-même & d’autres pour l’annexe. Entre de la Fatality dont l’on rêvera à chaque achat. Et des bonus sur le logiciel, avec des illustrations.

On pourra aussi notamment s’adonner à Mortal Kombat 11 par de simples affrontements, face à l’intelligence artificielle, voire un(e) ami(e) ou un ennemi(e) en local ou en ligne. Mais peu importe le mode choisi, tous vous demanderont de combattre. Et pour ce faire, l’on ne peut que souligner l’immense qualité du tutoriel. De ceux du genre donnant envie de se plonger dedans. Et pas uniquement pour les joueuses/eurs qui passeront le plus clair de leur temps sur l’un(e) vs un(e) en ligne. Voire les adeptes de compétitions. Il s’avère agréable & compréhensible même par les néophytes des versus fighting. Quiconque apprend immédiatement sans se perdre dans les explications. Ni sans finalement ne rien réussir à reproduire durant de vrais matches.

Anatomie Bousculaire

Forcément quand l’on joue à un MK, c’est en partie pour que ça tranche, arrache, dégouline… Nous avons été habitué(e)s à cela dès les débuts & l’on n’attend pas que ça change. Et ça l’équipe derrière ce volet l’a bien compris, en perdurant dans la surenchère. Ce qui vaut autant pour la facette jouable, que celle des graphismes. L’une des grandes forces du système de jeu, tant elle corrobore avec la violence établie et l’impact visuel, est l’interaction avec les environnements. Si l’on peut en retrouver de plus en plus dans le milieu de la baston, ceux de MK11 sont eux conçus de manière plus concrète qu’à l’accoutumée. Si vous réussissez votre coup, autant vous dire que l’adversaire le sentira passer & qu’il ne s’agira pas essentiellement d’un atout cosmétique.

Toutefois, ce n’est pas car Mortal Kombat 11 est dévastateur, qu’il est fouillis ou bourrin. L’anticipation et les parades s’avèrent essentielles. Ce qui démontre constamment la réflexion à avoir par rapport à son adversaire. Qu’il s’agira évidemment de ruer de combos à base de pieds et poings retournés, avants et arrières. Si vous vous retrouvez malheureusement au bord de la rupture, le Fatal Blow vous octroiera le fameux rebondissement ultime, qui peut vous entrainer vers la victoire. Tout en décuplant l’instinct explosif de la franchise. Qui sera tout autant présent via de la Fatality plus décomplexée que jamais.

Cinglant et sanglant, Mortal Kombat 11 vous donnera votre dose d’hémoglobine, ainsi qu’un chouette cours de sciences de la vie et de la Terre. Mais il est loin de n’être que cela. Technique, on se régale de son système de jeu, mis en valeur par un didacticiel aux petits oignons. Au-delà des combats, mention spéciale au mode scénarisé. Qui donne envie d’aller toujours plus loin et de découvrir les surprises qu’il nous réserve.

Inod

Développeur : NetherRealms Studio
Éditeur : Warner Bros. Interactive Entertainment
Genre : Combat
Supports : PlayStation 4, Switch, Xbox One
& PC

Voir aussi

En Scène ! #13

Le ballet des sorties Kurokawa continue, avec l’entrechat de Cuvie, qui nous présente la suite …