Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Monster Energy Supercross

Monster Energy Supercross

On a récemment vu le fraichement sorti MXGP Pro, de Milestone & édité par Bigben. Mais un peu plus tôt sorti Monster Energy Supercross, avec le même duo au menu. Qu’en est-il donc du SX quand il est seul sur le devant de la scène ?

 

Contenu pétillant ?

L’appellation officielle Monster Energy Supercross n’est pas usurpée. Si vous êtes accros de cette compétition, vous retrouverez tout ce que vous connaissez. Pilotes, motos, accessoires… Ainsi qu’évidemment l’enrobage de ce championnat.

On pourra ainsi s’amuser à incarner & affronter tout ce beau petit monde, en enfourchant les cylindrées allant avec, au sein de stades chauffés à blanc. Ceci aussi bien dans des courses simples, que des championnats, en contre-la-montre, en solo, en multijoueur… Rien ne manque concernant la base.

Pour davantage, on transitera par le mode carrière. On démarrera ainsi en 250, avec pour objectif de rejoindre les grands en 450. Pour ce faire il s’agira bien sûr de glaner un maximum de courses. D’ailleurs à ce propos, les divers niveaux de difficulté de MES offrent une véritable accessibilité avec celle de départ. Pour arriver jusqu’à une maitrise axée simulation pour l’ultime. Excellent point ! Il ne sera ainsi pas forcément chose aisée de tout écraser sur son passage.

Surtout que le SX est une discipline spectaculaire. Où l’on partira souvent en l’air, pour s’y mouvoir de sympathique manière, avant de s’écraser comme une vieille chaudière. Il sera nécessaire d’anticiper la retombée, sans quoi la chute & la perte de temps seront monnaie courante. Pareil concernant les virages. Tant dans l’appréhension de ceux-ci même si l‘on est seul, que dans celle de la concurrence. Les adversaires joueront constamment des coudes & il faudra prendre cet élément en compte. Y compris en choisissant sa position en ligne droite.

Au fil de notre réussite, on grappillera de quoi améliorer notre monture. De la tête aux pieds. Ou plus exactement des mousses de guidon jusqu’aux pneus. On trouvera aussi de quoi lui refaire une beauté. L’esthétique étant loin d’être anodine dans ce milieu. On veut se faire remarquer &/ou que sa bécane représente ce qui nous plait (coloris, symboles…). Notre pilote sera en sus accompagné de sponsors, utiles pour ce dont l’on vient de parler. Ayant pour nous des objectifs simples. On relèvera aussi un aspect réseau social.

Tracer ma route

Devenu un segment rare dans le médium vidéo-ludique, l’éditeur de pistes s’avèrera un endroit où l’on passera beaucoup de temps. Monster Energy Supercross (re)lance cet outil de création que l’on voyait auparavant un peu partout, l’appellation éditeur de niveaux s’englobant dedans. Malheureusement une facette tombée depuis en désuétude.

Les paramètres sont nombreux & l’on peut réaliser des tonnes de tracés, tous plus alambiqués les uns que les autres. Bon, on peut les faire moins complexes, mais où passerait la rigolade ? Au-delà du côté génial de pouvoir créer ses circuits, rouler dessus & bénéficier par ce biais d’une durée de vie accrue pour ne pas dire infinie, on y note un aspect communautaire. On n’aura par conséquent nul besoin d’être débrouillard(e) pour s’éclater sur d’autres courses & prolonger l’expérience. Il suffira de récupérer les conceptions d’esprits fous ou savants. Et bien sûr, l’on pourra également partager les nôtres. Une facette créative & altruiste faisant toujours plaisir.

 

Ouh la gadoue

Si les sons des moteurs tiennent la route  & ne donnent pas envie de passer en mode silencieux, on soulignera l’arrivée d’une autre sorte de moteur. De ceux offrant notamment des graphismes de haute qualité. Permettant de grimper de plus d’un cran entre MXGP 3 & Monster Energy Supercross. Cela se traduisant dès le départ, avec une modélisation réussie des pilotes au niveau des visages. Aspect rare dans les simulations de course avec port du casque obligatoire. Les environnements en profitent également, via la déformation du terrain. Ainsi que toute cette terre, cette boue, nous semblant tellement vraie, que l’on a envie de plonger dedans, puis de se débarbouiller. Tandis que les motos, en sachant que l’on a déjà l’habitude que Milestone prenne soin des véhicules, continuent à être au top.

Aussi énergique en version « arcade », qu’en difficulté très « simulation », Monster Energy Supercross propose un divertissement pour tous les goûts. Important atout, l’éditeur de circuits que l’on pourra partager. Point essentiel pour éviter la lassitude & le sempiternel : il n’y a que tant de tracés.

Inod

Développeur : Milestone
Éditeur : Bigben
Genre : Course
Supports : Switch, PC, Xbox One & PlayStation 4

Voir aussi

Les jeux PlayStation Plus de Novembre 2018

Demain, le 6 Novembre 2018, vous pourrez charger de nouveaux jeux grâce au programme PlayStation …