Breaking News
Accueil / Goodies / Critiques / Monster Alert – La NihonBox d’Octobre 2019

Monster Alert – La NihonBox d’Octobre 2019

Tout d’abord, nous vous prions d’accepter toutes nos excuses pour ce petit retard. Une accumulation de soucis logistiques en sont la cause. Mais, si vous le voulez bien, rattrapons immédiatement notre retard avec la mini pochette “Fairy Tail. Ce n’est pas une trousse, ce n’est pas un sac. C’est tout petit, et même le fascicule a du mal à nous expliquer quoi en faire : “placez-y vos petits objets les plus précieux”. D’accord, mais c’est trop grand pour des bijoux ou des cartouches de Nintendo Switch. Et c’est trop petit pour faire rentrer votre smartphone.

Bon, l’image regroupant la troupe, avec un Natsu évidemment en flammes, ainsi que la solidité de l’objet, qui n’est pourtant pas fabriqué au Japon, font que l’on pardonne son côté gadget. D’ailleurs, concernant le Made in Japan. Ce ne sont pas moins de trois articles présents ici. Dont un comestible. Et non, c’est raté, vous ne pourrez pas manger le Tenugui Goupix. Mais vous essuyer avec oui.

Il y avait 5 Pokémon possible, dont notre préféré Ronflex, mais Goupix est plus joli, ou jolie. Ah, le fascicule précise qu’il s’agit d’un Goupix d’Alola. Région des “Pokémon Soleil” et “Pokémon Lune”. Ce petit bout de tissu voit son utilité expliquée dans la partie mensuelle “À la découverte du Japon”. Il permet notamment de s’essuyer, lorsque nous transpirons. Mais servait aussi d’accessoire de mode pendant l’ère d’Edo. En écharpe, mais aussi à la façon d’un foulard.

Deuxième objet conçu au Japon, les Chiyogami sont des feuilles de papier décorées, servant pour faire des origami notamment. Quatre motifs différents, possédant chacun sept feuilles. Nous vous laissons faire le calcul, mais ça en fait des pliages à effectuer. On peut les combiner aussi, comme il est expliqué à l’intérieur. Faisant 15 x 15 (en centimètres), le carré de papier est d’excellente qualité et de toute beauté. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter l’article concernant le washi (papier japonais traditionnel) de Aikuu présent sur le Yatta.

Après tout ceci, petite pause. Histoire d’en finir avec les objets fabriqués sur l’archipel, venons en donc à celui qui est comestible. Nous voilà face à un sachet de Arare au Kabocha. En fait il s’agit de petits biscuits à base de riz gluant soufflé. Au goût kabocha, à savoir citrouille. Bon, disons le tout de suite, ce goût est peu prononcé, caché derrière une quantité impressionnante de sel. Certes, l’auteur de cette chronique ne sale pas du tout et y est donc particulièrement sensible, mais ceci est tout de même gênant. Des biscuits au final pas à notre goût. Pourtant, derrière le sel, on sent quelque chose d’intéressant, mais trop caché.

Pour se réconforter, regardons donc l’objet “fidélité” du trimestre. Si vous l’ignoriez, tous les trois mois consécutifs, vous aurez droit à une petit objet pour vous remercier de votre fidélité. Et comme lors d’Avril 2019, c’est une trousse, petite mais magnifique, qui nous a été offerte. Cette fois-ci ce sont Al et Edward Elric qui y seront dessus. Alors bon, si la trousse est solide, agréable au toucher, les illustrations sont floues, et l’écriture derrière aussi. Pourtant, l’intérieur est doublé en tissu avec des termes que les fans de “FullMetal Alchemist” reconnaîtrons. Un article sympa.

Que diriez-vous d’une petite sieste. Sur le coussin “Tôkyô Ghoul:re“. Bon, en vérité, vu sa taille, il sera plutôt pour votre chat (et encore, il ne devra pas ressembler à Garfield). Ou alors pour la décoration. Au toucher il est bizarre. Ni doux, ni rêche. Il est un peu mou et peu faire office de peluche si vous regardez l’anime du même nom sur Wakanim. Les illustrations y sont assez jolies. Un bel objet.

Bon, le sommet de cette NihonBox “Monster Alert” est la figurine de Kirito de “Sword Art Online“. Après une version spéciale d’Asuna, il fallait que son compagnon la rejoigne. Sa posture, le détail du visage, de l’épée, du costume. La figurine est magnifique. De plus, elle vient tout juste de sortir au Japon (dixit le fascicule). Un article grand, beau, dynamique, somptueux quoi. Voilà pourquoi on prend grand plaisir à déballer ce carton rouge. Même si il prend parfois son temps pour venir.

Seulement, il subsiste un problème. L’équipe de la NihonBox ayant décidée de lancer une version bleue, nommé CapsuleBox, on se retrouve, depuis quelques temps, sans gachapon. Le genre de petit article décoratif par trop cher et toujours agréable à trouver. Alors oui, à l’instar de la jaune UmaiBox (qui fait qu’il y a moins de friandise dans la NihonBox), elle n’est pas chère, 22 euros au maximum (hors frais de port). Contre 28€ pour la UmaiBox et 30€ pour la NihonBox. Mais il est dommage de “forcer” les clientes et clients de la NihonBox à prendre encore une box supplémentaire. Comme si le concept était obligé de se décliner en plusieurs catégories.

Passons sur ce détail, qui permet en vérité à tout le monde de cibler ce qu’il (ou elle) désire le plus. Ici, et bien que nous ayons eu des articles gadgets ou pas à notre goût (pour les Arare), la figurine à elle seule est intéressante. Une fois de plus, ceci est subjectif, et vous pourrez trouver une utilité à la mini pochette ou apprécier les Arare. Et ça reste donc un plaisir d’ouvrir ce gros carton rouge. Les objets sont toujours de bonne voire grande qualité, et nous avons, comme toujours déjà hâte d’être au mois prochain pour celle de Novembre 2019. Oh, mais attendez, nous sommes déjà en novembre, donc il reste moins de temps à attendre.

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …

Laisser un commentaire