Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Moi quand je me réincarne en Slime Tome 1

Moi quand je me réincarne en Slime Tome 1

Moi quand je me réincarne en Slime, un isekai édité chez Kurokawa

Moi quand je me réincarne en Slime s’inscrit avec brio dans la lignée des manga type Isekai à succès. Adapté d’un light novel écrit et illustré par Fuse, le manga de Taiki KAWAKAMI reste une fidèle adaptation de son œuvre d’origine. Publié en France chez Kurokawa le titre compte actuellement 8 tomes et est toujours en cours de parution au Japon.

Moi quand je me réincarne en Slime Tome 1

 

Synopsis :
“Satoru, employé de bureau lambda, se fait assassiner par un criminel en pleine rue. Son histoire aurait dû s’arrêter là, mais il se retrouve soudain réincarné dans un autre monde sous la forme d’un Slime, le monstre le plus faible du bestiaire fantastique. Le voilà équipé de deux compétences uniques : « Prédateur », lui permettant de récupérer les aptitudes de ses adversaires, et « Grand Sage », grâce à laquelle il acquiert une compréhension aiguë de son environnement. Mais même muni de ces armes, ses chances de survie semblent cependant limitées…”

Difficile de parler de Moi quand je me réincarne en Slime, sans penser à Re :Monster un autre manga du même type licencié chez Ototo en 2016.  Réincarné en monstre le plus faible du béstiaire, un slime, Satoru rencontrera très rapidement l’élément déclencheur de sa surpuissance.  Grâce à une narration contée à la première personne, Taiki KAWAKAMI arrive à immerger avec une réelle facilité le lecteur dans les aventures du “petit” slim.

Ayant gardé en mémoire sa vie antérieur dans sa réincarnation, Satoru rebaptisé Limule ne va pas se laisser envahir par la peur mais va se servir de sa tête pour évoluer et s’adapter à ce nouvel environnement. Il va ainsi acquérir grâce à sa compétence “Prédacteur” de nombreuses techniques lui assurant une survie plus durable que celle d’un slime basique. Autre élément intéressant, au fil des pages, le lecteur découvrira la “potentielle” présence d’autres personnes réincarnées dans cet univers. Satoru se mettra rapidement en tête de découvrir si des Japonais ont subi la même expérience que lui. Quelques éléments de ce premier tome laissent envisager l’arrivée de nouveaux compagnons humanoïdes -ou non- pour Limule.

Malgré que la couverture annonce une série axée fan service, Moi quand je me réincarne en Slime ne rentre pas dans ce cliché, quelques clins d’oeils ecchis sont effectivement présents mais pas omniprésents. Le premier tome sert essentiellement à installer les bases, le lecteur pourra suivre très rapidement la vie antérieure de Satoru et découvrir en quelques pages un brin de sa  personnalité. La réincarnation en slime se fait de façon assez brutale et le lecteur se fait projeter tout comme le protagoniste principal dans un monde fantastique médiéval. Pour le moment le background de ce nouveau monde est très peu développé et quelques races font leur apparition, elfe, gobelin, dragon… mais la suite des tomes laisse envisager un monde beaucoup plus riche.

Coté dessin, il n’y a pas grand chose à dire, le design des personnages est propre, voire soigné en fonction des races. On remarquera que les traits du personnage de Limule évoluent en fonction de ses compétences acquises. Le bestiaire reste pour le moment timide avec des créatures et un design classique. De façon générale les dessins sauront séduire les amateurs de shonen.

Moi quand je me réincarne en Slime est une très belle surprise, s’adressant dans un premier temps aux joueurs de mmorpg ou rpg (de nombreuses références sont glissées dans le tome), le manga saura séduire de nombreuses personnes. La lecture de ce premier tome est fluide, il se lit très rapidement malgré ses 237 pages, le lecteur restera sur sa faim le poussant à aller acheter le tome 2 !

Moi quand je me réincarne en Slime Tome 1

Voir aussi

Pokémon, aux origines du phénomène planétaire

Avec Pokémon Epée et Bouclier, premier jeu de la trame principale à débouler sur une …