Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Actualités jeux video / Mini Megadrive, c’est plus fort que toi !

Mini Megadrive, c’est plus fort que toi !

Il y a 30 ans, la guerre des consoles faisait rage. Malgré une dominance de Nintendo dans les salons et en portable, Sega ne s’avoue pas vaincu face à son concurrent et prépare une machine pour dominer la NES. Et c’est en 1989 (1990 en Europe) que sort la Megadrive. Basée sur une architecture plus puissante, la possibilité d’un affichage plus rapide avec le Blast Processing ainsi que du double de puissance sur la NES, elle n’arrivera pas à la vaincre dans un premier temps au Japon mais dominera le reste du monde durant des années jusqu’à l’arrivée de la Super Nintendo et d’un équilibre revenant vers Nintendo.

La Megadrive s’est ainsi forgée un statut de console culte et aujourd’hui, pour son 30ème anniversaire, nous la retrouvons enfin en boutique. Mais que vaut cette machine ?

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Un nouveau voyage dans le temps s’impose.

Quand on parle de la génération 16-bits autour de nous, beaucoup de souvenirs apparaissent dans de nombreuses mémoires, et afin de surfer sur cette vague de retrogaming, plusieurs constructeurs proposèrent diverses machines pour surfer sur cette mode. Certains ont livré de bonnes moutures (Mini NES et SNES), tandis que d’autres ont proposé des produits discutables (Mini Neo Geo) voire des échecs (Mini Atari, Mini Commodore).

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Souhaitant faire de même, SEGA commercialisa des mini-machines depuis des années par l’intermédiaire du constructeur chinois ATGames qui proposa bon nombre de machines à la conception douteuse : émulation trop faible, ralentissements intempestifs, matériel de basse qualité provoquant des casses, musiques et fluidité trop basses… Ne souhaitant pas réitérer ces échecs, SEGA décida de se passer de ces intermédiaires et de faire le travail en partenariat avec M2 pour l’émulation.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

En ouvrant le colis, on remarque le premier détail qui prend au cœur les nostalgiques de la machine, la boîte ressemble trait pour trait à la boîte originale de la Megadrive : Même quadrillage, le fond noir et halo bleu autour de la console, Sonic se tenant fièrement près de la machine. Puis en ouvrant la machine, on remarque l’attention du détail sur la machine et sa ressemblance frappante avec l’originale. Les interrupteurs d’allumage et de Reset sont actifs, tandis que le bouton sonore, le port cartouche et le petit clapet pour le MegaCD sont amovibles mais font office de décoration, montrant un travail de qualité poussé dans les petits détails.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Les manettes quant à elles sont de bonne facture, elles font la même taille qu’une manette standard de Megadrive et offre un confort de jeu très agréable une fois en main, sans compter un câble suffisamment long pour ne pas avoir à jouer trop près de son écran (n’est ce pas, la mini NES ?). Etant en USB, les manettes sont également compatibles sur PC. On pourra reprocher le fait qu’on ait le modèle 3 boutons (6 boutons en vente séparément pour 19 €), surtout pour Street Fighters. On pourra également reprocher le manque de la prise d’alimentation (le câble d’alimentation est en USB, donc n’importe quelle prise de Smartphone fait l’affaire) mais aucune console mini ne l’a fourni jusque là.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Le cœur de la bête :

Maintenant, il est temps d’entrer dans la machine et voir quels jeux cette dernière nous cache, et je dois dire que je suis très agréablement surpris. La Megadrive Mini nous propose 42 jeux cultes (quelques choix discutables, mais ça change des 15 jeux / 30 vraiment prenant de la Mini NES), avec une diversité qui fera plaisir aux amateurs de la console du Hérisson dont une liste figurera en fin d’article. Pour améliorer le confort de jeu, la où certains jeux ne proposaient que des traductions US (Link to the Past & Secret of Mana par exemple sur la Mini SNES), la Mini Megadrive se paie le luxe d’offrir ses RPG sortis à l’époque en France avec leur traduction FR, les rendant plus agréables à parcourir (même si une traduction de Phantasy Star IV et des Monster World auraient été cools (Terminus Traduction avait réalisé de très belles traductions de ces jeux). On peut également afficher sa collection comme sur une armoire en ne voyant que les tranches de jeu mais on y perd en confort visuel.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Au niveau fluidité de l’émulation, tout est la pour séduire le joueur. Chaque jeu répond bien aux commandes de la manette et possèdent une excellente fluidité, on se sent comme sur une Megadrive originale à l’exception près des 60 Hz proposés par la console (rendant certains jeux comme Sonic 1 plus agréables en jeu et en audio). Par pression du bouton Start en jeu, il est possible également d’afficher un menu permettant de reset sans se lever de son siège, mais également de faire des save state, des sauvegardes d’état du jeu au moment voulu ou de charger ces dernières sauvegardes.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Malgré tout, un seul défaut se cache et il est redondant à toutes consoles Mini et cette Megadrive n’y échappe pas. Le catalogue de jeu est vaste et va vous occuper des jours durant pour tout boucler (surtout si vous voulez finir Ghouls’n Ghosts :p) mais aucun moyen n’est proposé pour acquérir de nouveaux jeux (hormis les méthodes que nous ne citerons pas ici), ce qui rend quelques manques de jeux dommageables (l’absence de Soleil, Sonic 3 & Knuckles, Moonwalker, QuackShot, Aladdin, Shining Force II …), mais également le fait d’être cantonné aux jeux possédés car comparé aux mauvais modèles d’AT Games qui proposait un port cartouche, ayant voulu faire dans la même tendance des Mini, SEGA n’en propose pas. Il est juste dommage que les consoles mini ne proposent pas l’accès à un Store pour acquérir d’autres jeux, en sachant qu’il s’agit principalement d’émulation et au vu du catalogue existant, cela aurait donné un vrai plus à la machine pour dominer les autres.

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Malgré ces derniers défauts, cette machine une pépite dans le monde du rétrogaming avec une finesse du détail, une maniabilité aux petits oignons ainsi que de nombreux jeux cultes pour faire fondre votre petit cœur de joueur. (elle m’a rappelé que c’est elle qui m’a vu grandir dans le monde du jeu vidéo ce Noël 1990. Entre les jeux cultes découverts durant ces années, mon attachement à certaines licences de la machine (Streets of Rage en tête) et les heures passées avec mon frère et aujourd’hui avec ma dame).

Quant à vous, joueur et amateur de retrogaming, si vous ne connaissez pas cette machine, foncez, car les 42 titres présents vont vous offrir du grand jeu et grand spectacle comme pouvait offrir une console 16-bits en son temps. Quant aux amateurs du plombier, n’hésitez pas à faire comme tous les anciens de la guerre des consoles et à découvrir les pépites que cachait le camp adverse.

Et surtout n’oublie pas que même en Mini, Sega, c’est plus fort que toi !

Mini Megadrive, c'est plus fort que toi !

Les jeux de la Megadrive Mini :

Alex Kidd in the Miracle World, Alisia Dragoon, Altered Beast, Castle of Illusion, Dynamite Heady, Probotector, Collums, Castlevania Bloodlines, Comix Zone, Darius, Earthworm Jim, Ecco the Dolphin, Eternal Champions, Ghouls’n Ghosts, Golden Axe, Gunstar Heroes, Kid Chameleon, La Légende de Thor,  Landstalker, Light Crusader, MegaMan The Willy Wars, Monster World IV, Phantasy Star IV, Dr Robotnik Mean Bean Machine, Road Rash, Shining Force, Shinobi 3, Sonic Spimball, Sonic I & II, Space Harrier, Street Fighters 2”, Streets of Rage 2, Strider, Super Fantasy Zone, Tetris, Thunder Force III, Toe Earl & Jam, Vectorman, Virtua Fighter, WonderBoy In Monster World, World of Illusion.

Voir aussi

Mise à jour du PlayStation Store du 28 Octobre 2019

Décidément, en ce moment, on se retrouve souvent en retard. Peu importe, car depuis le …