Breaking News
Accueil / Critiques / Minecraft – Le choc

Minecraft – Le choc

Un premier roman dans l’univers du phénomène de Mojang était déjà sorti chez Castelmore, L’île perdue signé Max Brooks. Pour le nouveau volume, du changement à l’écriture, puisque l’on retrouve désormais Tracey Baptiste. Un choix intéressant d’entrée, puisque l’on songe instantanément que Minecraft – Le choc, ne pourra s’avérer une redite.

Forcément en apprenant l’annonce d’un tel roman, on s’interroge sur la nature même de Minecraft – Le choc. S’agira-t-il d’une histoire dans le jeu ou bien celle de personnes y jouant, voire les 2 à la fois ? Répondons tout de suite à cette question. Il s’agit de la 3e proposition.

On découvre ainsi Bianca et son ami Lonnie. D’ailleurs, afin d’accentuer la facette réalité et celle virtuelle, le livre se parcourt entre prénoms IRL & pseudonymes dans le jeu. Cependant, comme dans la vraie vie que nous connaissons, de plus en plus souvent nos pseudos ont remplacé nos identités de naissance (ndla : contrairement à moi, je m’appelle réellement Inod). La doublette est passionnée de Minecraft. Mais contrairement au geek JV de base ou sale jiq pour les habitué(e)s, comme il est vu par la société (oui il, car une fille jouant aux jeux vidéo cela n’existe pas), ces 2 là sortent.

Malheureusement, un accident de la route les attend. Le début de Minecraft – Le choc, s’avère ainsi intense. La surprise est même au rendez-vous, on ne s’attendait à un tel dramatique évènement. Sachant que l’on évite de se griller l’histoire en lisant le résumé. Mais en arrivant aussi tôt, finalement on ne gâche rien dans l’article.

Il en découle une Bianca se retrouvant à l’hôpital, dans un sale état et n’ayant aucune nouvelle de son comparse. Il va s’en dire qu’elle craint le pire pour lui. Et c’est là que Minecraft – Le choc change de dimension. Notre héroïne faisant la connaissance d’A.J. un garçon adepte aussi du fameux jeu en question. Tandis qu’elle ne peut toujours pas bouger, celui-ci la fera entrer dans le monde virtuel créé pour certain(e)s patient(e)s de l’hôpital. Via un casque de RV ou de VR si vous voulez faire genre que vous parlez anglais.

On note ici un point important. Les jeux vidéo étant constamment diabolisés & la réalité virtuelle, ainsi que l’augmentée, sont rarement évoqué(e)s dans les médias pour les domaines dans lesquels elles officient déjà. Et dont les titanesques projets pourraient bouleverser la médecine. Seulement l’on a juste tendance à nous montrer d’énormes écrans entourant une personne, affublée d’un casque la projetant dans une situation de funambule, où elle marche sur un fil. Comparée à la possibilité de sauver des vies, cela parait gadget. On prend donc plaisir à voir cet aspect souligné. Permettant à de nombreuses/eux lectrices/eurs de le découvrir.

Au sein de cet univers, Bianca fera la connaissance d’autres jeunes gens soignés dans le même établissement. Du moins elle en rencontrera les avatars. La bande verra ses liens évoluer, tout autant que son périple. Cela débutet tranquillement, d’ailleurs avec seulement Bianca, qui pense faire son petit bonhomme de chemin, sans plus. En réalité, ou en virtualité, l’aventure sera épique. Les codes de Minecraft sont au programme & ses fondu(e)s en seront ravi(e)s. Tant lorsque sont évoqué(e)s les moyens pour obtenir tel élément, que les ressources en stock, les créatures croisées…

Un chemin qui ne sera pas un long fleuve tranquille. Car si cela reste un jeu, on s’y prend justement au jeu. Et tantôt, le réel se mêle au virtuel. Les réminiscences de la relation entre Bianca & Lonnie surgissant, au beau milieu d’une scène tendue. Et qui est ce mystérieux personnage ne parlant pas, auquel Bianca s’accroche ? Vous le saurez ou non, en lisant Minecraft – Le choc. En révéler davantage serait cruel. Relevons enfin que la couverture est signée Ian Wilding & qu’elle accroche grandement l’œil, voire les yeux.

Le titre était énigmatique, mais après avoir lu Minecraft – Le choc, on comprend mieux pourquoi ce nom. D’ailleurs selon vos affinités, vous pourriez avoir envie de le passer au pluriel. Le choc du jeu, le choc de ce parcours initiatique, le choc de cette histoire.

Inod

Voir aussi

Horde

Quand la Horde de gobelins de Stéphane Pigneul déboule, on sent que le bazar risque …