Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Mega Man 11

Mega Man 11

Plus que quelques encablures avant le 31e anniversaire de Mega Man. & autant dire qu’il a bien profité de sa 30e année. Car après une remise à niveau pour le public via Mega Man X Legacy Collection et Mega Man X Legacy Collection 2, ce n’est rien de moins que Mega Man 11 qui déboule.

Enfant de la lumière

Le Dr Light a encore du pain sur la planche, le créateur de Mega Man devant augmenter les habiletés de ce dernier, afin de faire face à leur ennemi de toujours. Effectivement, le Dr Wily a la rengaine tenace & a fomenté un nouveau mauvais tour.

Toutefois, celui-ci (ou Capcom) a décidé que son plan ne serait pas ardu à déjouer pour tout le monde. Mega Man 11 offrant des niveaux de complexité, l’ouvrant à quiconque. On le répète à chaque fois qu’un jeu a la décence de procéder ainsi, mais on réitère afin que les studios n’arrêtent pas. En somme, heureusement & merci ! Trop de monde passant à côté de pépites, à cause d’une difficulté trop relevée, voire achètent mais ne vont pas loin. Le jeu vidéo est pour tout le monde. Et ici, les débutant(e)s, les moins acharné(e)s, celles/ceux voulant y aller progressivement ou encore les mutant(e)s sur-développé(e)s auront de quoi faire.

Le niveau le plus relevé l’étant carrément. Tandis que le facile vous permettra de prendre du plaisir, sans penser aux crédits. Puisqu’ils y deviendront illimités. En plus d’une barre de santé plus grande, un retour direct si jamais vous tombez dans un trou… Tout est calibré pour donner envie à chacun(e) de s’y lancer & d’y perdurer.

Que les accros de Mega Man se rassurent, on a également pensé à elles/eux. Divers défis vous attendant, avec des modes de recherche du meilleur score, du contre-la-montre, des défis (on adore ne pas tirer)… Le tout avec des classements mondiaux en ligne. Afin de prouver les exploits dont vous vous vantez.

Double game gear

Peu importe votre niveau, on ne change pas une formule qui gagne. Mega Man 11 restant un jeu d’action/plateforme 2D, à l’avancée principalement horizontale. Même si l’on n’hésitera pas à monter & descendre, via notamment les éternelles échelles de la licence. On retrouve également ses mouvements classiques : tirer avec le bras armé/buster, courir, sauter & glisser. Sans oublier qu’au fil des principales nemesis vaincus, on s’appropriera leurs pouvoirs.

Capcom s’en est donné à cœur-joie pour, comme habituellement, nous délivrer un savant mélange entre les genres dans lequel officie Mega Man. Si l’on aura parfois droit à de simples sauts de plateforme à une autre ou de tirs sur un vilain juste en face, on devra souvent se trifouiller les méninges &/ou user de réflexes impressionnants. Surtout, l’on pourra régulièrement trouver de multiples approches.

Par exemple en annihilant directement un adversaire, en profitant d’une paroi le bloquant ou juste car il ne bouge pas. Puis avancer tranquillement, une fois le champ libre. Mais l’on pourra réfléchir à d’autres exploits. Avec généralement pour but d’atteindre un bonus, évidemment placé à un endroit semblant inatteignable. Tantôt en explosant des murs, mais pas tous afin que certains nous servent de plateformes. Tantôt en se servant de l’opposant comme tremplin… De quoi proposer une expérience mille-feuilles, puisque l’on pourra décider d’avancer de la moins compliquée des manières dans un 1er temps. Puis de le faire en récupérant tout ce qui est possible.

D’ailleurs récolter ces bonus aidera : nouvelle vie, améliorations… Néanmoins pour les atteindre, cela s’avèrera souvent retors. En se jouant à un millimètre, on détruira la mauvaise structure, sautera un malandrin ou bien se cognera au plafond nous projetant directement dans un espace vide béant.

Grosse nouveauté de Mega Man 11, le double gear. Se traduisant par 2 équipements bien distincts. D’une part, le power gear. Améliorant tout simplement son arme. Outil fort appréciable lorsque la difficulté s’élève. D’autre part, le speed gear. Ce dernier ralentissant le temps. Dès sa 1ere utilisation, on imagine des tas de possibilités, collant à l’identité de la franchise. D’un côté des ouvertures élargies afin d’atteindre certains points complexes, dans la dimension plateforme de Mega Man. De l’autre, un moyen d’esquiver & d’atomiser des ennemis hyper forts ou vous ayant surpris.

Attention toutefois, on préfèrera n’employer ces options qu’en cas d’extrême limite. Il s’avère évident que si l’on pouvait constamment s’en servir, certain(e)s ne s’en priveraient pas. Mais bien sûr elles sont limitées. Plus encore lorsque les 2 sont combinées, cas où l’on se doit d’être proche de la fin de sa jauge de santé. Tel un regain de puissance dans un jeu de combat, lorsque la fin semble proche.

Mega Man 3.0

Suite à des épisodes totalement ancrés visuellement dans les premiers épisodes du héros bleu, Capcom a clairement décidé que 30 ans était, non pas l’âge de la maturité, mais celui du retour à des graphismes 3D. Mega Man 11 surprend ainsi d’emblée, si l’on s’est préparé(e) en jouant aux précédents dans l’ordre, avec la compilation récemment sortie.

Heureusement, cette surprise n’est pas synonyme de déception. Comme toujours chez les logiciels du genre, on trouve des environnements plus ou moins intéressants d’un point de vue esthétique. Cependant, tant en extérieur, qu’en intérieur, tous bénéficient d’un level design grandiose. Tant via les plateformes, les pièges, les adversaires, les bonus à dénicher… Ce qui finalement s’imbrique pleinement dans ce que les artistes proposent visuellement. On prend donc plaisir à découvrir ces niveaux par le jeu, autant que par les yeux. Même si parfois l’on s’arrache les cheveux.

Les personnages sont eux de toute beauté. Notre héros est juste splendide & il faut avouer que cela marque, dès le lancement de sa 1ère partie. Bien sûr si le jeu ne tenait pas la route, cela s’avèrerait gadget. Mais en connaissant la suite, on se rend ainsi compte que l’on est happé(e) du début, jusqu’à la fin. Avec tout au long de ce parcours, des boss mythiques. Leur chara design est grandiose, l’évolution de certains vaudra même des moments marquants.

Pour ce très attendu nouveau volet, notre robot a su faire feu de tout bois. Mega Man 11 sacha,t conserver l’esprit de la série, tout en lui apportant de l’inédit utile avec le double gear. En plus d’être repassé visuellement à la moulinette de la 3D, avec une éclatante réussite. & l’atout indéniable pour tout le monde : son accessibilité aux divers publics. Que vous débutiez ou cherchez un défi relevé, vous y trouverez votre bonheur.

Inod

Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Genres : Action/plateforme
Supports : PS4
, Xbox One, Nintendo Switch et PC

Voir aussi

Resident Evil 2 et Devil May Cry 5 jouables à la Paris Games Week 2018

Capcom sera présent tout au long de la Paris Games Week 2018 (26 au 30 …