Breaking News
Accueil / Critiques / Magnum Opus

Magnum Opus

On ignore si Lionel Borg considère ce nouveau jeu comme son Magnum Opus (Bragelonne Games/Gigamic). En tout cas de notre côté, l’on y sera convié(e)s à rassembler divers éléments, afin de justement réaliser notre Grand Œuvre.

Voyage dans le temps au sein de Prague, à l’époque de Rodolphe II. Une époque où la cité slave, était l’un des chefs-lieux des arts occultes. Chacun(e) des 2 à 5 alchimistes que nous sommes, se rendra sur place. Avec en tête la récolte de composants alchimiques idoines, pour la confection d’une ou 2 formules destinée(s) à son fameux Magnum Opus. Que seul(e) sa/son propriétaire connait. L’on glanera des points de prestige, au fil des acquisitions & réalisations (composants uniques, formules & paires de composants). Ces PP s’avérant notre but final, puisqu’en récupérer un maximum signalera qui aura remporté la session de 5 manches ou 4 en duel.

Ces dernières qui se découpent en 3 séquences chacune. Tout d’abord, celle d’approvisionnement. Où l’on pioche 1 à 2 composants alchimiques, selon la quantité de personnes, à disposer au niveau de la Ruelle d’Or. Cette dernière sur laquelle se situent d’autres jetons du genre, mis en place lors des préparatifs. Justement, l’on devra en ajouter 1 de ceux-ci. Enfin, l’on prélèvera 3 nouveaux composants, à installer sur la Place de l’Horloge.

Vient la phase de sollicitations, où les cartes Personnalité entrent en jeu. Chaque participant(e) détient les 9 & devra en rassembler des identiques, pour user de leurs capacités. Quelques exemples : Ludmilla permettra d’échanger une carte Personnalité visible, avec celle d’un(e) adversaire. Jezebel offrira l’opportunité d’en récupérer une concurrente, mais contre un jeton argent. Des jetons que vous pourrez gagner en vous servant des protagonistes plus huppés, donnant aussi l’occasion d’acheter un composant pour 4 jetons Argent. Des cartes à sélectionner au cours de cette séquence, entre celles de base, puis celles inclues au sein de notre nouveau paquet, au fil des transmissions à sa/son voisin(e). Pour un total de 6 cartes visibles devant soi. Avec quelques subtilités dans le processus, dont pour la/le messagère/er détenant l’Ouroboros sur ce tour. La/le plus jeune au lancement d’une partie, qu’elle transmet à sa/son voisin(e) de gauche au terme de chaque manche.

Pour en arriver là, il reste bien sûr l’ultime séquence de chaque manche de Magnum Opus, celle de Mécénat. Où la/le participant(e) en possession de l’Ouroboros effectuera l’appel des Personnalités, via le numéro que chacune porte sur sa carte. Nous vous évoquions leurs capacités spécifiques & à ce propos, seul(e) la/le joueuse/eur qui réunira le plus de cartes de telle Personnalité, pourra y accéder. En cas d’ex-æquo, le gain potentiel d’argent par certaines sera valable pour chaque adversaire concerné(e). En revanche, la faveur ne pourra être exécutée. Vous comprenez ainsi à quel point il s’avèrera indispensable de la jouer fin(e) stratège en 2e phase, en vue de rassembler des cartes du même genre.

De par l’époque retranscrite, Magnum Opus en profite pour nous la faire visuellement (re)vivre. La patte & les coloris d’Arnaud Demaegd correspondent totalement au ton des représentations d’époque. Qui plus est, les cartes sous un format tarot renforcent ce côté assez spécial. Niveau matériel, soulignons parallèlement l’importance de l’Ouroboros, qui s’accroit en s’avérant un médaillon en métal & pas un basique jeton.

Il résulte de l’original système de collection et de l’atmosphère slave d’antan de Magnum Opus, une alchimie divertissante et envoûtante.

Inod

Voir aussi

Totem Édition Couple

Après s’être récemment transmis le Totem dans sa version ouverte à toutes & tous, Tessa …