Breaking News
Accueil / Critiques / Magic: The Gathering – Les guildes de Ravnica

Magic: The Gathering – Les guildes de Ravnica

Tandis que certain(e)s ont perdu leur temps en allant voir un film portant le même nom qu’une géniale chanson de Queen & c’est bien leur seul point commun, nous avons préféré nous adonner à un jeu qui est une sorte de magie. Nous parlons évidemment de la nouvelle extension de Magic: The Gathering – Les guildes de Ravnica.

Devinez où se déroulent Les guildes de Ravnica ? Dans la cité de Ravnica pardi. Menée par dix factions communément nommées guildes, avec une particularité propre. Cette dernière reliée directement à la facette des lieux, dont chacune doit s’occuper. Les cinq pour le moment disponibles, en attendant la suite en janvier, se constituent de :

La milice bien-pensante rouge-blanche de Boros. Dont la capacité permet de placer un marqueur +1/+1 sur une créature attaquante ciblée avec une force inférieure.

Les savants fous bleus-rouges d’Izzet. Pouvant déployer un éphémère ou un rituel depuis leur cimetière en se défaussant d’une carte, tout en payant ses autres coûts, puis en l’exilant.

Les espions sournois bleus-noirs de Dimir. Susceptibles de jeter un œil aux cartes du dessus de la bibliothèque et de potentiellement les envoyer au cimetière.

Les maîtres noirs-verts de la vie et de la mort des Golgari. Qui s’ils enchainent les créatures tombant dans leur cimetière, n’en deviendront que plus dangereux.

Le conclave unifié vert-blanc de Selesnya, possédant Convoke, la fameuse réduction de coût du sort.

Concernant le produit même, Les guildes de Ravnica propose un contenu riche. Tout d’abord le deck justement, de 60 cartes, dont les exclusives propres à chacun. Auquel s’adjoignent 2 boosters de 15 éléments. Une approche procurant toujours un grand plaisir. Au-delà du simple fait de posséder davantage de cartes. Qui plus est avec le potentiel hasard de tirer ce qu’il y a de mieux pour se renforcer. Mais en marge de ces sujets, on est tout d’abord ravi(e) de directement obtenir des boosters. Sans besoin d’en acquérir un à part.

Cet attrait n’est pas valable pour tout le monde, mais quasiment. Tant le plaisir d’avoir les 2 formes, le boitier avec son deck d’un côté & le booster (2 ici) de l’autre, nous attire toujours. Rien que pour le plaisir de voir & ouvrir les emballages. Tout en ayant ce soupçon de surprise par les 2 biais. Pratique & plaisant. Ce à quoi l’on ajoute le rangement du deck, le feuillet de stratégie & les 2 fiches de référence.

Se penchant sur les cartes, on est évidemment emporté(e) par leur magie. Le niveau continue d’être élevé chez Magic: The Gathering. Si bien que souvent, l’on détermine son deck & son approche, par l’affection que l’on a pour telle ou telle carte. De quoi ne jamais vouloir utiliser d’artefacts, tant ils ne peuvent posséder le charisme des créatures. Ces dernières toutes plus ahurissantes les unes que les autres. Magnifiques, vivantes & profitant d’environnements tout aussi travaillés, on n’ose presque pas les toucher.

Pour notre part, les personnages à l’apparence humaine (en général & pas spécifiquement dans Magic) ne nous inspirent que peu. En revanche, ceux à tendance bestiale ou démoniaque, plus encore lorsque l’on sent la magie les entourer, nous attirent fortement. On privilégie ainsi notre deck Vraska, gorgone royale. Typiquement la protagoniste nous accrochant par son style graphique. Qui plus avec le vert de sa guilde, cela en rajoute en sa faveur. Mais là c’est vraiment de la pure subjectivité. Tant le vert nous agrippe constamment, sans qu’on le fasse exprès. Les goûts & les couleurs… On ne peut que féliciter Magali Villeneuve ( http://www.magali-villeneuve.com/ ) pour son talent & son exceptionnel travail sur l’illustration de ce personnage. Dont la carte brillante de Planeswalker légendaire, est devenue notre carte de chevet.

Bien sûr les personnages ne sont pas les seuls à nous enivrer de leur beauté. Les lieux & autres rituels nous font également de l’effet.

Excellente nouvelle, tous les decks de Planeswalker comportent un code, permettant de le posséder à l’identique en version virtuelle, au sein du jeu vidéo Magic Arena. On adore lorsque des jeux physiques proposent cette spécificité. Le lien existe ainsi entre les 2 voies & le bonus qu’est ce code lors de l’achat d’une boite, s’avère plus qu’important. Précisons qu’il est en bêta ouverte, au cas où vous ne vous seriez pas encore penché(e) dessus. D’autant plus si jusqu’ici vous étiez adepte des cartes Magic: The Gathering. Mais que vous n’êtes pas très au courant de l’actualité vidéo-ludique. Les guildes de Ravnica s’avérant ainsi un excellent pont, pour s’essayer à une autre forme de cet univers. Et peut-être même du médium JV tout court. Avec évidemment la possibilité de trouver des adversaires sur un territoire plus vaste.

Aussi belle qu’accrocheuse, Les guildes de Ravnica n’est pas une banale nouvelle édition s’ajoutant à Magic: The Gathering. Le jeu y gagne véritablement. Tandis qu’au niveau collectionnite, on chavire rien qu’en croisant les cartes, que l’on admire immédiatement.

Inod

Voir aussi

Castlevania Requiem Symphony of the Night & Rondo of Blood

L’une des sagas les plus mythiques du jeu vidéo, si bien qu’elle inspire constamment d’autres …