Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques jeux video / Last Day Of June, un must have d’art visuel

Last Day Of June, un must have d’art visuel

Last Day Of June

 

Si l’on doit retenir une chose de Last Day Of June, c’est sa capacité à nous plonger dans une histoire simple dans sa narration, mais complexe visuellement parlant. Pour l’apprécier pleinement, prenez-le comme si il s’agissait d’un tableau : contemplez-le. Vivez chaque événement s’y produisant comme si vous y étiez. Loin d’être dénué d’une trame scénaristique originale, Last Day Of June fait partie des titres qui se regardent plus que d’être joués. Face à l’ampleur des faits, inutile de vous préciser que les plus sensibles devront se munir d’une boîte de mouchoirs. Non … Disons plutôt deux boîtes de mouchoirs. Maintenant, la question est : que serions-nous prêts à accomplir afin de sauver notre âme sœur ?

 

 

C’était le dernier jour de sa vie

Édité par 505 Games et développé par Ovosonico, Last Day Of June nous transporte chez Carl et June. Ils forment un couple commun, mais pourtant si spécial. Carl paraît prévenant tandis que June paraît rêveuse. Cette complémentarité forme chez eux un lien sentimental que la vie va malheureusement briser de manière absolument irréversible. En effet, après un agréable moment passé près d’un lac, une averse force nos deux tourtereaux à partir précipitamment, les forçant à rejoindre leur voiture. Quelques mètres plus loin, un événement (dont nous ne dévoilerons pas la nature) provoque un accident impliquant Carl et June. Carl s’en sort, non pas sans devenir paraplégique, mais pour June, le diagnostic est largement plus grave. Peut-on facilement imaginer un scénario plus macabre dans l’histoire d’un couple ? Voilà la première question que l’on se pose une fois cela terminé. Mais June n’était pas simplement rêveuse, elle était aussi créative.

 

 

L’art au service de la vie

La créativité de June est donc si intense qu’elle permet à Carl de revivre le dernier jour de June à travers les tableaux de leurs voisins qu’elle a peint dans une pièce à part. Si Last Day Of June est doté d’un visuel à part, c’est grâce aux palettes de couleurs choisies à certains moments de l’histoire. Cet ode à la peinture sur les plans les plus reculés accentue encore plus cet effet graphique agréable à regarder. Vos yeux vous diront merci ! Les passages entre passé et présent sont aussi illustrés par un changement brutal de couleurs. Par exemple : Carl et June passe un bon moment ensemble : Couleurs chaudes. June n’est plus là et Carl est en fauteuil roulant : couleur froide.

Ovosonico maîtrise la mise en scène et joue avec ce sentiment de tristesse que Carl aura de plus en plus de mal à enfouir. Le voir se heurter à un obstacle nous brise le cœur et nous donne envie de le voir sauver June.

Quelques apparitions sont notables dans la maison de Carl et June. On y retrouve La Jeune Fille à la Perle de Johannes Vermeer ou Le baiser de Gustav Klimt. On remarque également Les Joueurs de Cartes de Paul Cézanne et l’Autoportrait au chapeau de feutre de Vincent Van Gogh. Intéressant et malin pour un tel titre !

 

 

Des histoires dans une histoire

Pour ce qui est des voisins, ils ont vécu des choses différentes lors de ce jour fatidique. ils sont cependant loin d’être étrangers à l’accident sans pour autant crier à l’homicide volontaire. Ne leur jetons pas la pierre, car aucun d’entre eux ne souhaitait la mort de June. Le rôle du joueur sera de manipuler la réalité, via les tableaux de June, en utilisant l’effet papillon. Une action aura donc des conséquences et ces dernières auront donc une importance capitale dans la progression de l’histoire. Il ne faut donc pas s’attendre à forcement tout réussir d’un seul coup. D’autant plus que ce n’est pas le gameplay qui vous fera le plus réfléchir, mais bien votre façon de voir les choses. Car pour ce qui est du gameplay, il se résume à marcher, courir et interagir avec certains objets.

En ce qui concerne la narration : pas de dialogues. Seulement quelques onomatopées destinées à donner une certaine liberté au joueur quant à la compréhension des échanges entre les personnages. Il ne tient qu’à vous d’imaginer ce qu’ils peuvent se dire. Précisons également que les voisins ont aussi leurs propres souvenirs, plus ou moins bouleversants. D’ailleurs, cela aurait eu le mérite d’être plus soigné et abouti, car soyons clairs : ils sont pour la plupart clairement anecdotiques. Dommage…

 

 

Last Day Of June s’inscrit dans la lignée des titres à jouer au moins une fois. Même si la rejouabilité n’est pas au rendez-vous, il y a fort à parier qu’il laissera une marque indélébile dans les esprits les plus sensibles. Son but n’était pas de flirter avec les cent heures de jeu ou de tester vos réflexes, mais bien de vous faire ressentir des émotions pour ce couple si particulier. Que ce soit de la joie, de la tristesse, du dégoût, etc.

 

Voir aussi

Final Fantasy VIII Remastered

Afin de célébrer ses 20 ans & en attendant FFVII Remake prévu pour 2020, l’épisode …