Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques jeux video / La Super Nintendo

La Super Nintendo

Aujourd’hui, après avoir découvert les secrets de la Megadrive lors de mon précédent article, nous allons partir en quête des secrets de sa rivale de toujours. Afin de lui rendre hommage, partons à sa découverte et découvrons cette seconde machine de la génération 16-bit. Partons donc découvrir la Super Nintendo.

Super_Nintendo_logo

Prenons de nouveau notre machine pour remonter du temps …

Cette fois-ci, nous remontons plus loin dans le temps, exactement en 1889. A cette époque, un certain Yamauchi Fusajiro crée une société à Kyoto (Nintendo koppaä) spécialisée dans les jeux de cartes et connaîtra son premier succès grâce aux Hanafuda (signifiant fleur). Ce succès permit à l’entreprise de s’implanter au travers du Japon, survivant à la seconde guerre mondiale ainsi qu’aux changements de noms et dirigeants au fil des nombreuses années.

hanafuda1

Au fil du temps qui passe, l’entreprise se développa également dans les jouets jusqu’aux années 1970 où l’entreprise décida de se consacrer à la création de jeux électroniques, avec l’aide de la société Sharp Electronics, un jeu de tir sur des cibles mouvantes (tout d’abord par un système de capteurs lumineux, puis par un système de pellicule projetées sur un écran).

Donkey_Kong_arcade

D’années en années, de nombreux jeux électroniques sortirent et permirent à Nintendo de s’exporter aux USA afin de s’attaquer directement à l’Arcade (fortement contesté par SEGA). Suite à des problèmes logistiques pour fournir les salles américaines, le marché s’écroula et fit perdre énormément d’argent à Nintendo qui pourtant , ne le fit pas abandonner avec l’arrivée du célébrissime Shigeru Miyamoto dans l’entreprise. Pour concurrencer de nouveau le marché, il créa Donkey-Kong et exploita les bornes invendues ainsi que leur nouvel entrepôt de Seattle pour inonder le marché et le succès fut cette fois-ci au rendez-vous avec des ruptures de stock et des demandes grandissantes.

game-watch-game1

Le succès de Nintendo poursuivit sa route avec l’apparition, en 1980 ,des Game&Watch. Créés par Gunpeï Yokoi (le papa de la Game Boy, créée en 1989  , ces jeux électroniques firent un carton et donnèrent l’impulsion pour se lancer dans le marché des consoles de jeu et c’est ainsi qu’en 1983 apparut la Famicom, une console qui connut un grand succès de par son prix attractif (malgré la période de crise du jeu vidéo et la baisse de prix des micro-ordinateurs) ainsi que son manque de concurrents. Et pourtant, l’accueil fut plus difficile hors du continent nippon et Nintendo dut recourir à une refonte de sa console pour percer ce nouveau marché. C’est ainsi qu’en 1985, la NES fut créée.

nintendo_nes

La guerre est déclarée …

Malgré un succès retentissant ainsi que le développement de Nintendo sur le marché de la console portable, l’ombre d’un nouveau rival plus ambitieux vint frapper aux portes de la société. En 1989, alors que Nintendo lança la Game Boy, une nouvelle machine arriva sur le marché afin de détrôner le colosse Nintendo et sa NES.

Sega-Mega-Drive-JP-Mk1-Console-Set

La Megadrive, la première console 16-bit, délogea sa rivale en proposant une puissance accrue et une grande bibliothèque de hits, basés en grande partie sur de nombreux succès des jeux d’Arcade de SEGA. Durant environ deux ans, cette dernière s’imposa à travers le monde jusqu’à ce que Nintendo implante sa nouvelle arme en 1990 (1991 aux USA et 1992 dans le reste du monde) afin de lutter contre SEGA : la Super Nintendo.

05569545-photo-super-nintendo-originale

Les première ventes furent un succès (1,5 millions de ventes à la sortie pour 1,2 millions à la sortie de la Megadrive) malgré un prix élevé et une rapide indisponibilité de la machine (la console proposa Super Mario World et F-Zero pour calmer les ardeurs). Par contre, la console prit plus de temps pour renverser SEGA sur les autres continents, surtout avec l’apparition de Sonic qui offrit une nouvelle arme de choix aux possesseurs de la console noire. Et pourtant , après de nombreux hits tels que Legend of Zelda : a Link to the Past, Donkey Kong Country, Streets Figters II, Starwing (et sa puce Super FX qui offrit un réalisme 3D à ce jeu culte) … La Megadrive finit par céder, et malgré la sortie de la 32x et du Mega-CD. Nintendo finit par reprendre son statut de leader du jeu vidéo.

strret-fighter-2-turbo-snes-fr-img4

La Super Nintendo existera sur le marché durant une dizaine d’année et se retirera du marché en Novembre 1999 (USA), Novembre 2000 (Europe) et Septembre 2003 (Japon). Durant ces années, elle aura vu naître ses deux petites sœurs : la Nintendo 64 ainsi que la Game-Cube, et malgré une carrière aboutie  elle aura commis une erreur qui ne pardonnera pas à Nintendo et créera un nouveau rival sur le marché qui imposera à son tour sa suprématie sur ce marché en plein mouvement. En 1988, Nintendo s’associa avec Sony pour développer un support CD pour la Super Nintendo. Et pourtant  malgré un développement rapide et une annonce publique en grande pompe pour annoncer une association entre les deux firmes, Nintendo décida de rompre discrètement le contrat la veille de l’annonce et déclara une association avec Phillips. Cette trahison fut une erreur que Nintendo allait payer au prix fort car Sony allait utiliser la machine développée, les connaissances et le nom PLAYSTATION pour frapper fort et c’est durant l’année 1995 que la firme Nintendo finit par céder face à ce rival qu’elle aura fait naître.

 PlayStationConsole_bkg-transparent

Les souvenirs et pensées  de Castile sur cette machine :

Je n’ai hélas pas eu la Super Nintendo à sa sortie (déjà parce qu’avoir deux consoles de jeux faisait peur aux parents européens et que la console et ses jeux coûtaient assez cher x)) et malgré le fait que je sois un grand fan de la Megadrive et du hérisson bleu, je peux tout de même dire avec mon expérience chez les copains ainsi que celle de joueur multi consoles actuel, que cette Super Nintendo avait tout ce qu’il fallait sous le capot 🙂

Plus chère autant bien sur la console que sur les jeux, et malgré des souvenirs de boîtes en carton qui finissait en morceaux par rapport aux belles boîtes plastiques de chez SEGA, la console proposait un son plus propre (avec son processeur Sony) et offrait une grande palette de jeux colorés et très addictifs.

Tout comme mon avis sur la Megadrive (dont je vous invite à découvrir la chronique) , la guerre des consoles était un mouvement très présent entre 1990 et 1995 ( la durée de vie des deux machines avant l’arrivée de la nouvelle génération). En effet ,  chacune avait des arguments de poids à proposer, une technique de réalisation des jeux propre à elle-même. Si on ajoute à cela des centaines d’exclusivités pour chacune des consoles (un terme qui n’existe quasiment plus aujourd’hui et ne fournit pas un argument de vente pour telle ou telle machine), il était difficile de choisir son futur loisir vidéoludique.

Je dirais pour conclure que malgré ma préférence pour SEGA lors de l’ère 16-bit, Nintendo à fait progresser le monde du jeu vidéo et la Super Nintendo reste un excellent exemple de cette progression.

Comme pour la Megadrive, je vous propose en bonus quelques jeux que je vous conseille de découvrir :

– Megaman X

34557-Megaman_X_(Europe)-1

– Secret of Mana

secret_of_mana-1

– Castlevania 5 : Vampire Kiss

castlex_snes

– Starwing

maxresdefault

– Dragon Ball Z : l’Ultime Menace

4

– Super Metroid

super-metroid-3

– Terranigma

2

– Super Mario World

super-mario-world-2

– Tortues Ninja IV , Turtles in Time

x360-HC3

– Donkey Kong Country

ob_1bacce_donkey-kong-country-meilleur-plateforme-snes

– Fatal Fury Special

esrb-watch-tempest-and-fatal-fury-special-on-360-20070525103859989

– Gradius III

Gradius-3003

– Legend of Zelda : A Link to the Past

1

– Pocky & Rocky

pocky-and-rocky-2-05

– Street Fighters II Turbo

– etc.

Voir aussi

The Division 2 les caractéristiques PC AMD

L’affrontement reprend bientôt. Le bon moment de découvrir pour Tom Clancy’s The Division 2 les …