Breaking News
Accueil / Critiques / Kitty Cataclysm

Kitty Cataclysm

Voir débouler un nouveau jeu de Behrooz Shahriari titille toujours notre intérêt. Auteur de Yogi/In a Bind, Wibbell++ ou encore Yogi Guru, l’on a évidemment envie de découvrir au plus vite Kitty Cataclysm. Tout en craignant toujours qu’un(e) excellent artiste puisse se reposer sur ses lauriers.

Bien que différents les uns des autres, les projets de Bez ont tendance a constamment insuffler énormément de folie. & ce n’est pas Kitty Cataclysm qui nous contredira. Cette fois, pas de facette narrative avec des histoires à concevoir. Ni même des positions abracadabrantes. Néanmoins, la dimension piégeuse, les entourloupes… Et des sessions pouvant se conclure très rapidement, y compris dès le 1er tour, apportent un ton dingo. Qui peut même faire craquer certaines personnes, qui en auront marre si cela arrive fréquemment. Alors qu’elles n’auront même pas eu le temps de jouer. Cependant cela n’arrive pas régulièrement, tout dépendant du tirage pour que cela se réalise au 1er tour. Puis ensuite évidemment suivant l’évolution des mains, pour des parties plus ou moins brève. Grosso-modo, ne comptez pas plus d’une dizaine de minutes par partie. Chacune avec énormément de dynamisme, même si l’on peut prendre son temps pour réfléchir.

Les 2 à 5 participant(e)s auront ainsi l’occasion d’énormément changer les cartes détenues, puisque toutes possèdent une spécificité. Certaines pourront nous demander d’en piocher des supplémentaires, parfois d’en envoyer chez un(e) adversaire ou encore d’en chaparder. Toutefois, l’on ne peut s’assurer à chaque fois  qu’il s’agira d’une bonne chose pour nous ou non. Parfois, on peut plus ou moins le savoir. Car ces cartes viennent avec un score & il s’agira d’obtenir le plus haut résultat (de la meowney) au terme de Kitty Cataclysm. Qui surgira quand une personne n’en aura plus une en main ou quand la pile sera épuisée. On comptera à cet instant les scores, connus en additionnant le score de ses éléments en main, à celui de notre Kitty (notre zone de jeu/défausse).

Mais étant donné que la partie peut se conclure si notre ultime carte nous demande de la passer à un(e) concurrente, et que l’on se doute fort que l’on n’aura pas assez de points en réserve pour l’emporter, l’on évitera au possible d’arriver à une telle situation. Beaucoup songeront par conséquent à se bâfrer d’éléments en main. Sauf que Kitty Cataclysm peut punir celles & ceux qui en posséderont une grande quantité. De quoi éviter que tout le monde joue systématiquement cette stratégie. Les multiples tactiques s’entremêlent ainsi au côté foufou, pouvant devenir complètement craqué. Selon les caractères sur place & les plans de vos opposant(e)s réduits à néant par les agissements adverses. Qui en leur rajoutant une carte ou en en échangeant, bouleversera complètement leur dispositif. Notamment s’il s’agissait de finir la session dès son coup suivant.

Et pour prolonger l’amusement, l’on peut même profiter de son extension Purrsonality. Où l’on bénéficie de super pouvoirs. Ce que les chattes possèdent dans la réalité et celle que l’on retrouve sur les cartes de Kitty Cataclysm aussi désormais. Sans naviguer dans le trognon forcé, les animaux dessinés s’avèrent tellement mignons, que l’on a en plus plaisir à les regarder.

La roublardise est pleinement de mise durant Kitty Cataclysm. Si bien que les parties peuvent rapidement devenir des cat fights sur votre table de jeu, dans le respect de chacun(e).

Inod

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …