Breaking News
Accueil / Critiques / Judgment

Judgment

Plus que jamais bien installé grâce à la saga Yakuza, Ryu Ga Gotoku Studios nous propose désormais un jeu dérivé de cette licence : Judgment ! En profitant de ce nouvel univers, pour y inclure des mécaniques supplémentaires.

Tokyo Noire

Si le monde des yakuzas sera toujours de la partie, Judgment possède une identité suffisamment différente pour toucher à d’autres milieux, tout aussi corrompus que ceux déjà traversés. Mais cette différence ne s’arrête pas là, puisqu’elle offre également un nouveau panel de possibilités ludiques.

Une donne sur laquelle l’on se penchera plus tard et que l’on doit à notre arrivée dans le monde de la justice. Qui n’est d’ailleurs pas si souvent juste. Au travers de Takayuki Yagami, avocat aussi torturé, qu’en pleine déconfiture. Transpirant néanmoins toujours la volonté que justice soit faite. Et notamment désormais pour sa propre personne en devenant un détective bien particulier dans les rues torrides de Kamurocho. Avec en fil rouge, sa poursuite d’une personne visiblement attirée par les yakuza, surtout en vue de s’en prendre à eux. L’on ne vous en racontera pas davantage sur les éléments menant jusqu’à ce point. Car à l’instar de Yakuza, l’on a droit à une narration primordiale, de longues cinématiques et autres discussions très émotionnelles. Les découvrir fait partie du plaisir de jeu. Les zapper est possible, mais vous n’en aurez pas l’envie.

La grue, la grue, la grue

Afin de démêler le vrai du faux, notre détective aura l’occasion d’en passer par des phases d’enquêtes propres à la personnalité de Judgment. Avec les séquences sur le terrain, en passant en revue les lieux pour repérer des indices. Parfois à l’aide d’un drone pour bénéficier d’une meilleure vue. L’on retrouve aussi des interrogatoires, qu’il s’agira de mener à bien, en posant les questions adéquates au moment opportun. Ainsi que les filatures, où l’on se plongera d’autant plus dans la vie d’un détective, puisqu’il faudra savoir prendre notre temps, pour éviter d’être pris en flag’. En restant à distance et en se planquant. Les nerveuses/eux de la manette auront du mal & c’est ce qui est bon ! La retranscription d’une telle situation n’en est que plus réaliste. Tandis que de trépidantes courses-poursuites peuvent également faire partie du lot.

Pour perdurer dans la montée en flèche de l’action, Judgment propose aussi des combats. Notre héros pourra opter pour le style de la grue ou celui du tigre. Efficace l’un comme l’autre, on retrouve la saveur de Yakuza dans tout ce qui enrobe ces batailles. Car au-delà des techniques de mêlées ou d’un contre un, on adore utiliser tout ce qui nous tombe sous la main. Et l’avocat devenu détective n’a rien à envier à ses illustres prédécesseurs. Il faut avouer qu’il n’est pas issu de n’importe où… Mais l’on vous laisse le soin de le découvrir.

On se servira donc des panneaux publicitaires, poubelles, barres et autres. Et surtout de ceux qui sont toujours nos favorites : les bicyclettes ! Avec notre fameuse phrase dès que l’on prépare notre coup : Pour te balader tu devrais prendre un vélo… dans ta face ! Sans oublier tout le décor, avec les murs sur lesquels se propulser pour effectuer une véritable catapulte infernale, avec la tête d’un loubard en guise de ballon. Au fil de l’aventure, l’on débloquera de nouvelles attaques grâce à nos gains. Mais aussi des spécificités propres à la dimension enquête et bien sûr à nos autres capacités physiques.

Welcome to the Kamurocho zone

Tout comme son grand-frère, Judgment est riche en activités. Au-delà de son histoire principale, il propose une vaste quantité & diversité d’enquêtes secondaires. Avec des approches aussi variées, que les sujets. En parallèle à notre boulot de privé & 2 bagarres face aux bandes qui ne manquent jamais de nous alpaguer, l’on pourra s’occuper comme l’on veut. Des tas de loisirs sont à disposition, entre les jeux de cartes, le mahjong & autres. Voire simplement parcourir de fond en comble les lieux, visiter les restaurants & boutiques. Y consommer ce que l’on désire, autant pour se faire plaisir, qu’y gagner un bonus. Ou simplement, mais toutefois essentiel, tisser des liens. Les relations sont très importantes dans l’aventure. Et l’on commence à ce propos fort avec un ami déjà là pour Yagami, mais que l’on découvre en tant que joueuse/eur. Un bon geek des familles, terré dans un cybercafé.

Même si ce dernier prend davantage l’apparence de bureaux très froids et non d’un manga kissa cliché, notre compagnon est lui aussi malin en tant qu’indic derrière le PC, qu’il est otaku. Vous le comprendrez rapidement en allant lui quérir une figurine de collection ultra rare. Lui n’étant pas du genre à mettre les pieds dehors. L’éventail de protagonistes que l’on rencontrera, est tout aussi haut en couleur que cet exemple. Pourtant, s’il est également féru de jeux vidéo, il devra bouger pour vivre l’expérience ultime : les salles d’arcades. En tout cas nous, on n’hésite pas à franchir le seuil de la porte pour y découvrir des pépites, sur lesquelles l’on a passé beaucoup de temps dans le jeu. Y claquant notre fric dûment et durement remporté. Des monuments de SEGA au menu évidemment.

Juste avant de se lancer pour la première fois dans Judgment, l’on venait de jouer à Puyo Puyo Champions. Vite tomber sur Puyo Puyo fut donc un amusant symbole. Et l’envie de se jeter dessus était là. Tout comme sur le moins ancien, mais terriblement énorme Virtua Fighter 5. Cela fait plaisir de retrouver un jeu aussi récent et de qualité. Cependant qui dit baston, dit forcément le culte arcades/Saturn. Bingo avec Fighting Vipers. Et pour continuer à remonter le temps, l’on pourra s’adonner à Space Harrier.

Il habite Kamurocho et poursuit le tueur en série

Spécificité grandement attendue et nous vous le confirmons, Judgment est intégralement localisé en français ! Ce n’est pas tous les jours qu’un jeu avec un tel scénario et autant de dialogues, délivre une telle opportunité. Surtout que pour beaucoup, il y eut un frein pendant des années par rapport aux productions du studio à cause de ce manque. Tout l’humour, ainsi que les drames, les échanges importants et évidemment les indications, sont désormais traduites, avec soin. Attention, uniquement au niveau textuel. Pour les doublages, le japonais est bien heureusement présent, ainsi que l’anglais.

En revanche, nul besoin d’une quelconque langue pour la claque (potentiellement via un vélo) visuelle ! Tant dans les éclairages lors des phases jouables & la retranscription des lieux, avec les codes que l’on retrouve. Que dans les personnages, dont l’on se délecte d’autant plus durant les cinématiques, avec toutes les émotions qui ressortent des expressions du visage et du regard.

Grâce à sa démarche alternative, Judgment permet l’arrivée de nouvelles situations de jeu aussi intéressantes, qu’importantes. Le tout au sein d’un scénario dramatique de haute-volée, sachant s’implémenter dans un univers tout aussi barré. En vivant l’expérience de la manière souhaitée par sa prolifération d’activités, tantôt en s’émouvant, tantôt en s’éclatant et en s’esclaffant.

Inod

Développeur : Ryu Ga Gotoku Studios
Éditeur : SEGA
Genres : Action/Enquête
Support : PlayStation 4

Voir aussi

Robotech: Force Arms

Tandis que l’émotion est encore palpable après la disparition d’Ariane Carletti, l’on retourne pleinement dans …