Breaking News
Accueil / Actualités / Interview Celine Tran

Interview Celine Tran

Rencontre avec Celine TRAN : Auteur, scénariste et comédienne 

Comment êtes-vous devenue scénariste de bande dessinée ?

En 2012, j’ai été contactée par Run du Label 619 chez Ankama. Au départ, il m’avait sollicitée en tant que danseuse/comédienne pour une collaboration pour le teaser promotionnel d’une de ses BD. En discutant, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait bien plus à faire.  Il a fini par me proposer de co-écrire avec lui les aventures d’une héroïne vampire et vengeresse, Celyna « Heartbreaker » dont le personnage a été inspiré de mes traits.

Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre BD “HeartBreaker”, et notamment du personnage de Celyna, pour ceux qui ne connaîtraient pas ?

L’histoire commence sur le plateau d’un tournage X à Los Angeles. Je voulais intégrer cet élément pour inviter à une double lecture. C’est de la BD horreur/fantastique et un hommage au cinéma grindhouse. Celyna est une guerrière, une créature nocturne qui a un lien symbolique avec la figure de l’actrice X : c’est une femme à la fois toute puissante et damnée, monstre et déesse. Dans le 1er tome, nous présentons son personnage et nous montrons sa transformation d’humaine à Sepulkre (vampire), son rite d’initiation en tant que tueuse par le clan qui l’a adoptée contre sa volonté. Dans le 2ème tome, l’intrigue devient plus complexe,  il y a plus de personnages et d’action. Celyna veut se venger de ceux qui l’ont transformée, en particulier du chef de clan avec qui elle garde un lien d’addiction. Sa quête est personnelle, ce n’est pas une justicière qui se bat pour protéger les faibles. C’est une morte vivante qui cherche à retrouver son âme.

Celyna est une héroïne forte et assez sombre, vous identifiez-vous à ce personnage, ou est-elle celle que vous auriez aimé être ?

 Elle est une partie de moi mais je ne suis pas elle. C’est un personnage de fiction que j’ai nourri avec mes propres expériences et qui suit elle aussi une quête initiatique à travers son corps et ses pulsions. Mais non, je ne rêve pas d’être elle ! Elle est damnée, je préfère ma condition actuelle lol.

On vous a vu jouer dans la série “Les visiteurs du Futur” de François Descraques. Pouvez-vous nous raconter comment François vous a recrutée dans cette aventure délirante ?

 Avec François, on est devenus potes il y a quelques années, dès lors que nous nous sommes rencontré pour le tournage du sketch « Dans la peau de Katsuni » (Golden Moustache), avec Monsieur Poulpe et Davy Mourier. J’ai ainsi découvert le Visiteur Du Futur, dont je suis immédiatement devenue fan, et je lui ai dit combien j’adorerai jouer dedans, mais en personnage de zombie ! Un an plus tard, il m’a fait le cadeau de m’écrire un rôle sur-mesure, celui de la Baronne. Je n’ai pas hésité.

 Celine TRAN

Vous avez pris des cours avec des cascadeurs pour plusieurs vidéos (on vous voit notamment manier le sabre). Avez-vous pratiqué les arts martiaux auparavant, ou est-ce quelque chose que vous avez commencé depuis peu ? 

 J’avais pratiqué un peu de karaté adolescente et c’est finalement le cinéma qui m’a encouragée à retourner au dojo ! Après avoir tourné le teaser promotionnel de Heartbreaker, où je joue les guerrières, j’ai décidé de continuer à m’entraîner avec l’équipe de cascadeurs. Et en effet, nous avons tourné plusieurs vidéos de fight, grâce auxquelles j’ai fini par tourner dans le long métrage d’action cambodgien Jailbreak. Entre temps, je me suis un peu initiée en penchak silat et aujourd’hui je pratique le karaté shotokan et le taekwondo.

 

Dans votre livre “Ne dis pas que tu aimes ça”, il est dit que vous cherchiez “votre liberté”. Est-ce qu’aujourd’hui vous considérez l’avoir trouvée, ou êtes-vous en route vers cette liberté ?

 Mon livre raconte justement comment je l’ai trouvée et utilisée. Elle est en moi depuis toujours, tout simplement. Et chacun de mes choix en est l’expression. 

Après votre carrière dans les films pour adultes, vous avez fait du cinéma, notamment une apparition dans le film Jailbreak. Avez-vous de nouvelles propositions de longs ou courts métrages ?

Oui j’en ai régulièrement, des sérieuses … et des plus fantaisistes ! Pas mal de projets ont bougé à la dernière minute, d’autres sont en développement. Contrairement au X, tout prend beaucoup de temps car les enjeux et paramètres sont plus complexes. J’ai aussi des propositions en tant que scénariste et directrice artistique, ce qui me plaît énormément.

 On critique souvent les personnes sur leur style ou leurs idées, pensez-vous qu’il faudrait plus encourager cette originalité ou en revanche faudrait-il davantage se rapprocher des normes sociales ?

  La seule chose que j’encourage, c’est l’intégrité, d’être honnête avant tout envers soi-même et de s’autoriser à l’être avec les autres, tout en étant à leur écoute malgré les désaccords. La tolérance demande un effort, mais elle est essentielle pour que nous puissions être libres. Or, pour moi, la « norme » enferme, elle ne libère pas.

Merci à Céline TRAN pour son temps ainsi qu’à l’équipe de Japan Touch

 

Voir aussi

La France championne de Karuta

La France championne de Karuta à Otsu C’est au sanctuaire Omi de la ville d’Otsu, …