Breaking News
Accueil / Critiques / House Flippers

House Flippers

La tendance de la rénovation de biens immobiliers, pour se faire un maximum de pognon à la revente, est désormais retranscrite en jeu de société via House Flippers (Sit Down!/Atalia), d’Andrew Cedotal & Jonathan Bittner. Et même si ce dur labeur en vue d’un objectif pécuniaire est bien présent, le tout s’emplit heureusement d’humour.

Par ailleurs l’on parle de dur labeur, mais ce ton assez funky d’House Flippers que vous remarquez d’emblée par ses images, s’avère d’autant plus accentué par sa rapidité. Une session durant environ 10 minutes. En précisant que l’on évolue simultanément & qu’il s’agira d’un atout dément.
Cependant vous constaterez qu’ici le temps, c’est de l’argent. Chacun(e) des 2 à 4 participant(e)s possédant un sablier Loyer gris. En sachant que 8 autres se répartissent sur 3 coloris. Ces objets nommés sabliers Loyer, correspondent à un bien immobilier nous octroyant une rente.

Cette introduction sur la notion de temps, vous fait ainsi comprendre de manière limpide qu’il faut agir vite au cours d’House Flippers. Où acquisition, travaux et revente sont au menu. Tout simplement en vue d’une retraite prise le plus tôt possible sous les cocotiers.
Quand un sablier verra son temps écoulé, l’on pourra récupérer l’argent (représenté par des cubes colorés) dû. Celui-ci permet d’acquérir des cabanes ou maisons défraichies. Dès que l’on en aura payée une, elle sera automatiquement rénovée et à nous. Mais maintenant au top, l’on aura l’occasion de les revendre, pour qu’il résulte un bon pactole de l’opération.

Pécule dont l’on peut également se servir pour acquérir un bâtiment neuf, à louer. La carte en question s’échangera contre un sablier de sa couleur. Les 3 autres que l’on évoquait précédemment, qui se divisent plus précisément en 4 bruns, 2 jaunes & 2 rouges. Soit une quantité très limitée, obligeant à agir à toute vitesse si vous désirez en obtenir.
Sinon votre/vos adversaire(s) s’en saisira/ont auparavant. Et à l’instar du gris, quand le sable aura fini de s’égrainer, l’on glanera le loyer qui en découle et on le retournera.

Cela pourrait tourner en rond si vous ne changiez point votre stratégie d’une partie à l’autre. Cependant House Flippers ne s’arrête pas là, puisqu’il existe également des décoratrices/eurs d’intérieur, qui permettent de doubler le loyer offert par un sablier. Ces personnages s’achètent de la même façon que les bâtisses et peuvent être conservés, en attendant de gagner le sablier souhaité.
La retraite dorée, synonyme de victoire, s’atteint par un des 3 biais, au travers des cartes du même nom. Soit avec 4 paires diverses, 3 brelans différents ou 6 cartes identiques.

Nous vous le confions plus tôt, House Flippers navigue dans un univers visuel amusant. Où les dessins d’Alexandre Bonvalot, particulièrement au niveau des protagonistes, insufflent de la légèreté à un thème immobilier moins drôle dans la vie réelle.

D’un sujet paraissant lourd par rapport à notre véritable monde, House Flippers le rend complètement fou. Notre tactique évolutive doit s’avérer plus véloce que jamais. Et la nécessité de devancer la concurrence, avec des batailles de rapidité pour attraper une carte, décuplant les rires.

Inod

Voir aussi

Père Fouettard Corporation #3

Pas de Marie-Noëlle, ni de Jean-Balthazar dans Père Fouettard Corporation #3 (Kurokawa) d’Hikaru Nakamura. Un …