Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Hearty

Hearty

Hearty est un one-shot yaoi de Yûko Yoshida (The Dream Land (Taifu 2017)), édité par la maison d’édition Taifu en 2017. Hearty est classé “Romance”, “Tranche de vie”, “Drame”. Il est réservé à un public averti.

Résumé éditeur: Le mensonge… C’est de cette façon qu’Honma, un jeune salaryman gay, se rapproche des personnes qui l’entourent. Ce moyen lui permet de faire face à n’importe quelle situation et d’enchaîner les histoires sans lendemain. Un jour, lors d’une réunion de groupe universitaire, il fait la rencontre d’un étudiant du nom d’Ikai. Attiré par celui-ci, Honma décide de mettre à profit ses talents de menteur pour se rapprocher du jeune homme et le mettre dans son lit. Cependant, sous ses airs timides et innocents, Ikai semble s’apercevoir de ses réelles intentions. Un mois… c’est le temps qu’il laisse à Honma pour montrer que ses sentiments sont sincères. Notre salaryman se laissera-t-il prendre à son propre jeu ?

Quand on s’entend dire qu’on nous déteste, c’est humain d’avoir envie qu’on nous aime.” – Honma

Un pitch de départ déjà fort classique, mais qui pourrait se démarquer par le caractère atypique de ses personnages en tête d’affiche… Arriveront-ils à dépasser une recette de romance déjà vue et revue en y glissant des éléments novateurs ou en jouant avec les codes ?

A la lecture, on déchante assez vite : Le développement de l’intrigue se fait de manière très linéaire, au travers de discutions, de situations, simplistes, sans aucun piquant. Un manque flagrant de dynamisme dû à un rythme plat, les événements sont sans réelle saveur en soit : Les répliques s’enchaînent de manière peu naturelle, mécanique, on observe de nombreuses maladresses à ce niveau, laissant une impression que l’on ”force” les personnages à agir et tuant tout réalisme, s’il était présent à l’origine… Certains choix restent peu compréhensibles, notamment la décision motrice même du scénario, accepter de sortir avec un homme en sachant pertinemment qu’il ne dit pas la vérité: Leur relation est basée sur le mensonge, la couleur est annoncée dès le départ, donc… Pourquoi, en connaissance de cause, l’accepter ?

Hearty met en lumière 2 personnages, et se concentrera uniquement sur eux le long du volume :
D’un côté, nous avons Honma, qui apparaît d’emblée au public comme étant antipathique (quand il qualifie directement l’autre protagoniste de ”jouet” par exemple)… Fin menteur et manipulateur, le lecteur suit ses agissements détachés et ses pensées pendant la majorité du volume… Mais difficile de s’attacher au personnage pour ces raisons, et de compatir ensuite, à ses motifs de tourmente.

A l’opposé, on retrouve Ikai, un jeune homme taciturne, honnête et très tourmenté, nous offrant des débuts de réflexions sincèrement intéressants ; le garçon a un réel rapport à la sincérité, et c’est là même, le sujet de sa discorde avec Honma, au début du volume. Cependant, ce ne sont que des bribes de pensées, qui ne seront pas développées alors qu’elles auraient pu déboucher sur une ouverture philosophique par exemple, sur le rapport à la vérité et le devoir de sincérité… Ou encore, même sans aller aussi loin, simplement aller au delà d’une ébauche de sa manière de penser, laissant un arrière goût amer de personnage non terminé et encore brouillon.

 

” Mentir peut parfois partir d’une bonne intention. – Je déteste les gens comme toi. Deux rapports à la vérité distincts.

 

La couverture m’a personnellement charmée par sa composition, le gros plan sur le visage d’Ikai, le reflet d’Honma dans son œil, la curiosité a rapidement pointé le bout de son nez. Néanmoins, si le graphisme d’Hearty est original, on observe une réelle disparité sur la qualité de ce dernier au fil des pages ; Le trait a une identité propre, mais il y a réellement un soucis au niveau du respect des proportions, avec des membres trop allongés, une tendance à rajeunir les visages… Il y a souvent des décors, permettant de situer l’action, mais on retrouve le même problème avec ces derniers qu’au niveau du scénario : Le tout est linéaire, et cela n’est pas en faveur de l’ajout de dynamisme.

L’édition est de bonne facture, comme toujours chez Taifu, et le volume possède une première page en couleur.

 

Au final, ce qui touchera de plein fouet Hearty, c’est cette volonté d’aller le plus loin possible dans la relation en un seul volume, au détriment de la construction de bons personnages ; l’oeuvre est superficielle et peu aboutie, et si on aurait pu avoir des personnages intéressants de part leurs idées et leurs rapport à la sincérité opposés, on peut se poser des questions quant à la pertinence de certains choix scénaristiques : Est-ce judicieux de vouloir construire une relation allant aussi loin que le choix de vivre ensemble, en ayant brûlé beaucoup d’étapes, dans un one-shot ? Les personnages étant présentés comme étant complexes, pourquoi ne pas avoir pris le temps de développer cette complexité ?

Une petite déception pour Hearty, un one-shot qui avait de l’idée, notamment au niveau des personnages (chez qui on aurait pu développer la psychologie), mais qui en voulant avancer trop vite a perdu en profondeur. L’ensemble est superflu (le format n’aidant pas), et les dessins inégaux ne sauvent malheureusement pas l’oeuvre. Mais relativisons, la lecture n’était pas chaotique, le tome se lit rapidement, on a déjà pu lire bien pire dans le paysage yaoi, Hearty se fond juste dans la masse des one-shots lus une fois et oublié par la suite car, n’ayant pas su se démarquer et s’affirmer parmi ses pairs.

Commentaires

Voir aussi

Manga – Nana

2 Nana 2 femmes différents un seul appartement 707  Les opposés s’attirent et je vais …