Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Goblin Slayer #7

Goblin Slayer #7

L’adaptation en manga de la light novel de Kumo Kagyu & Noboru Kannatuki part en quelque sorte vers sa septième quête, avec l’arrivée de Goblin Slayer #7 chez Kurokawa.

Un tome qui commence de manière très touchante, où l’on ressent déjà une certaine émotion. Plus que jamais l’axe de Goblin Slayer #7, qui verra notre Crève-gobelins se retrouver au beau milieu des intentions sentimentales de ces fréquentations habituelles. Lui qui ne saura dire non suite aux invitations qui lui seront faites. Tant en vue de la grande célébration, que pour passer une journée de repos. Un comble pour lui, qui s’affaire à tout planifier dans le but de se débarrasser des gobelins, voire d’autres ennemis. Entraînements, installation de pièges, exploration… Des hobbies qui se répètent, sans jamais le lasser. Et sans consacrer de temps à la bagatelle.

Mais étant donné qu’il n’y a aucune quête à signaler, pas même une prise avant lui par un(e) autre aventurière/ier, il a du temps libre s’il le désire. Bien que ce manque de missions le laisse perplexe & lui fait imaginer qu’un sale coup se prépare. Peu importe, il passe tout de même cette période d’accalmie avec la Vachère le matin et l’Hôtesse de la Guilde l’après-midi. Le sociabiliser reste parfois particulier, (ré)apprendre à le connaître, lui plaire… Ce qui nous offre des moments tendres & d’autres amusants. D’ailleurs en parlant de cette facette, Goblin Slayer #7 s’avère hilarant lors de certaines séquences. Particulièrement durant le passage à la boutique. Où les références aux jeux de rôle s’avèrent pleinement retranscrites & poussent naturellement à la drôlerie. Tant par les interrogations à propos des tenues légères, avec des raisonnements comiques. Que par les commandes de nourriture dans l’échoppe d’équipement typique des JDR, du Crève-gobelins.

Ce dernier qui ne pourra toutefois se reposer jusqu’au bout. La menace n’étant jamais loin. Mais au-delà de cette scène de combat pour multiplier les genres, le héros fera également une rencontre avec plusieurs mystérieuses personnes. Dont on se doute que l’on entendra bientôt parler. Pour le moment, l’on part dans des tas de suppositions. Goblin Slayer #7 bénéficie également d’énormément de bonus. Des premières pages colorées sur papier glacé qui permettent de profiter des dessins de Kousuke Kurose. Aux strips rigolos Cher Crève-gobelins sur les couvertures intérieures. En passant par la nouvelle de Kumo Kagyu, dans la foulée du manga.

Terriblement comique avec ses références naturelles aux RPG, ne dérivant jamais dans le forcé lourdingue, Goblin Slayer #7 sait tout autant inclure une tendresse & une mélancolie très marquée. Mais aussi une bataille & quelques mystères, que l’on a hâte de potentiellement se voir dévoilés en partie lors du prochain livre.

Inod

Voir aussi

Le manga Why nobody remembers my world? chez Doki Doki

Why nobody remembers my world? : le nouveau manga fantasy de Doki-Doki ! Les éditions …