Breaking News

F1 2017

On a envie de dire que l’on prend les mêmes & l’on embraie pour un nouveau tour avec ce F1 2017, où comme pour F1 2016 on retrouve Codemasters au volant. Cette mouture passera-t-elle à la vitesse supérieure ou freinera-t-elle la révolution entamée ?

Y a-t-il un pilote dans l’écurie ?

Si l’on peut s’éclater, enfin évitons d’éclater la voiture & faisons plutôt en sorte d’arriver en entier, au travers de courses simples via F1 2017, on se jettera surtout au plus vite vers son mode carrière. On détermine quelques spécificités de notre avatar, mais cela reste évidemment accessoire hormis le casque accessoire marquant, puisque l’on se concentrera surtout sur l’évolution de notre carrière dans les choix à y faire sur divers domaines, ainsi que nos performances.

Le premier besoin crucial s’avérant la sélection de l’équipe que l’on rejoindra, tout en sachant que si l’on déboule chez l’une d’elles, les objectifs seront plus élevés, parfois devenir champion dès la première saison, & l’on saura vous secouer si vous ne les remplissez pas. Évidemment ceux-ci sont en théorie moins compliqués à atteindre au travers de ces écuries, possédant les moyens les plus élevés & les meilleures voitures. En revanche, vous aurez aussi la possibilité de signer chez une marque de moindre envergure, avec en vue une montée progressive, voire hyper rapide si vous cartonnez d’emblée. Néanmoins vous bénéficierez de davantage mansuétude, avec de base des demandes pas très élevées. Une rumeur dit même que Force India vous offre un bonus si vous rentrez dans votre équipier.

Le meilleur moyen d’ailleurs pour faire face à la concurrence, est d’également devenir performant dans tous les à-côtés, principalement en ce qui concerne la cellule de recherche & développement. De quoi être mieux équipé en vue des préparatifs & de la course, puisque comme à l’accoutumée, le grand barnum de la F1 est là tout un week-end, avec ses essais, ses qualifications & bien sûr la compétition dominicale. La section R & D se traduit par un arbre de compétences, que l’on remplira à son gré, en glanant un ersatz de monnaie via nos performances, l’accomplissement des objectifs… Un véritable RPG, race playing game.

Pointe de l’actualité

Si généralement les simulations sportives savent se mettre à jour concernant les règles de leur discipline personnelle, on n’y retrouve pas nécessairement un impact sur la jouabilité, comme par exemple si la quantité de remplaçants sur le banc change dans une compétition. Bien que cela se ressente sur les choix lors de sa composition, puis dans les possibilités tactiques. Mais avec l’automobile, l’évolution des règlements touche en grande partie directement les machines, comme au niveau de la puissance maximale, la fourchette du poids autorisé, la taille… Tout un tas de détails amenant de grands bouleversements dans la préparation, les limites dans les possibilités mécaniques, mais aussi manette en mains où les sensations s’avèrent alors différentes. Ceci en sus d’une qualité encore supérieure dans tous les domaines au cours de ce F1 2017 : le freinage, les virages, la lourdeur des véhicules dans le bon sens du terme… Tout a été amélioré par rapport à l’an passé, tout en collant aux différences IRL entre les deux saisons. Du moins par rapport à ce que l’on peut voir, ainsi qu’entendre de spécialistes & des pilotes, car l’on n’a pas encore eu l’occasion, c’est honteux d’ailleurs, de conduire l’un de ces engins dans la réalité.

Allez-y Alonso

F1 2017 aurait très bien pu juste s’avérer une mise à jour de son prédécesseur qu’on l’aurait trouvé exceptionnel à partir du moment où il intégrait ce qui nous manquait en 2016, à savoir des voitures légendaires venues d’autres époques. Peu importe la discipline, on adore toujours ce genre de procédés, tout bonnement car il s’agit de l’histoire & parce que ces bolides nous ont fait rêver selon notre génération & que l’on a qu’une seule envie : se laisser tenter par leur pilotage.

On retrouvera ainsi, l’année & le modèle précisés :

1988 McLaren MP4/4

1991 McLaren MP4/6

1992 Williams FW14B

1995 Ferrari 412 T2

1996 Williams FW18

1998 McLaren MP4-13

2002 Ferrari F2002

2004 Ferrari F2004

2006 Renault R26

2007 Ferrari F2007

2008 McLaren MP4-23

2010 Red Bull Racing RB6

De quoi se prendre pour Damon Hill, Nigel Mansell, Gerhard Berger ou encore Ayrton Senna via des évènements particuliers proposés au sein même de sa carrière. Rien à ajouter sur ces présences cultes, nous renvoyant généralement à nos époques phares pour la F1 (aaah Damon… ), une madeleine de Proust qui réussit toujours son coup, surtout que comme on a pu le constater précédemment, la jouabilité est au top. De quoi prendre du plaisir à les piloter avec cette qualité actuelle, avec en plus le visuel, changeant diamétralement la donne par rapport aux versions antérieures.

En parlant de la qualité visuelle, ne vous fiez pas à d’éventuelles images des séquences avec votre avatar hors circuit, donnant notamment l’occasion de rencontrer l’équipe technique. Comme habituellement dans les jeux de course incluant ce type de situations, les graphismes sont bons sans plus & à raison car l’on n’y prête pas attention. Durant ces séquences nous sommes concentrés sur les informations, notre réflexion… En revanche en piste on passe du tout au tout, tant nos voitures s’avèrent elles juste géniales. Superbes certes, mais également détaillées comme il se doit. On retrouve ce que l’on connait, avec brio.

Ceci sans oublier la partie sonore où l’on se régale, on n’est jamais agacé par un des moteurs monocordes ou monotones. Les vrombissements d’avant départ, les accélérations, les freinages dans les virages… tout est là & offre les sensations auditives d’un vrai grand prix.

Avec une telle qualité dans la jouabilité, ainsi que tous les détails hors & en piste millimétrés, F1 2017 s’avère juste le meilleur jeu de Formule Un à prendre en mains. Et si souvent on a tout de même la nostalgie de nos logiciels d’il y a 15-20 ans, notamment de par la présence des voitures nous ayant fait vibrer, on a la chance d’en retrouver ici & ça c’est très important. On espère que Codemasters continuera à en proposer davantage, car au niveau conduite & réglages, le studio ne semble pas avoir un seul souci pour toujours s’avérer au top & progresser l’année suivante.

Inod
Développeur : Codemasters
Éditeur : Codemasters
Genre : Course
Supports : PlayStation 4, Xbox One et PC
Date de sortie : 25 août 2017

Voir aussi

Les offres Black Friday du PS Store, PS Plus et PS Now

Sony Interactive Entertainment lance les offres Black Friday du PS Store, avec d’importantes remises sur …