Breaking News
Accueil / Critiques / Erica

Erica

Suscitant un grand intérêt dès son annonce, Erica arrive désormais sur nos PS4. En vue de nous rendre actrice/eur d’un film, sans passer par les salles obscures.

Erica m’a tuer

Portant bien son nom, Erica nous fera suivre, voire nous fera vivre, l’histoire d’une certaine… Erica ! Plus précisément Erica Mason. Cette dernière cherchant la vérité sur le décès de son père. On ne vous en révèlera pas davantage sur le scénario, tant celui-ci est l’épicentre du jeu. Un visual novel, gorgé de vraies interactions. Puisque selon nos choix, la conclusion changera. Autant vous confier qu’une séance durera entre 1H30 & 2H00. Il sera toutefois envisageable de recommencer à foison, avec diverses tournures, selon les embranchements vers lesquels l’on se dirigera. Bien que la trame principale reste la même. Et que d’une partie à l’autre, l’on pourra ne trouver que d’infimes changements, tandis que d’autres s’avèreront plus importants.

Pas de gamme PlayLink mais…

Oubliée la gamme PlayLink, cela n’empêche pour autant en rien de développer des jeux qui peuvent se jouer autrement. En l’occurrence pour Erica, l’on peut y prendre part via son téléphone. Grâce à l’application dédiée, avec le besoin au minimum d’Android 4.4. ou iOS 9.0. Mais l’on peut tout à fait privilégier la manette. En utilisant le pavé tactile de la DualShock 4. Peu importe votre choix, les 2 se prêtent à un film interactif. On le suit en conservant notre ustensile dans une main, voire sur une jambe & une main au-dessus. Afin de dégainer le bon geste ou répondre à une question, rapidement mais tout en conservant une posture posée devant son « long-métrage ».

Enfin la posture sur notre fauteuil ou autre pourra évoluer, tant l’univers d’Erica est trouble. Du genre à laisser planer le doute. Laissant des voiles surnaturels flotter devant nous, sans pour autant que l’on soit sûr(e) d’évoluer dans un monde touchant au fantastique. Cela est peut-être juste le fruit de notre héroïne. Voire de notre propre personne.

Les interactions étant nombreuses, l’on n’est clairement pas en face d’un jeu d’aventure où l’on clique seulement pour enchainer les dialogues. Un temps assez restreint oblige à vite prendre ses décisions. Ce qui garde l’intensité de la narration intacte, à l’instar de celle d’un film. Là où toute la tension serait ruinée si l’on pouvait prendre son temps.

Erica, Erica, Erica cherche-moi des p… des indices

Si vous avez jeté un œil aux images, vous aurez compris qu’Erica est intégralement filmé avec de véritables actrices et acteurs. Bien sûr, nul besoin d’évoquer la qualité de la photographie, comme l’on pourrait parler de la qualité de graphismes. Avec SIE à l’édition, elle allait forcément être au rendez-vous. En revanche, le jeu (l’acting) de chacun(e) est une donne que l’on a rarement besoin de relever sur des héroïnes/héros de synthèse. Et hormis les logiciels interactifs où l’on vise spécifiquement une approche série B, autant vous dire que mal jouer la comédie alors que l’on est à l’écran, est largement pire que de juste avoir un mauvais doublage sur des avatars.

Fort heureusement, le casting est de qualité, tant pour les seconds rôles, que pour les vedettes. En commençant évidemment par Erica, dont notre envie & la faculté d’entrer dans son personnage ou au minimum de s’en sentir proche, s’avère essentiel. Ce que remplit formidablement Holly Earl. Tandis que l’on retrouve entre autres à ses côtés Duncan Casey, qui incarne le sergent Duncan Blake. Et qui n’est pas sans rappeler David Tennant dans Broadchurch. Les comédien(ne)s à l’écran ne font pas tout. Car les doublages en français sont également de haut niveau & ouvrent l’expérience à un plus large public. Qui sera toujours plus plongé dans celle-ci, par le biais des compositions d’Austin Wintory. L’ambiance sonore est indispensable & n’a pas été laissée pour compte.

Prenant de par son récit sur lequel  l’on intervient réellement & fréquemment, Erica s’avère un très bon exemple de film interactif. On ne suit pas simplement l’aventure, on en fait partie !

Inod

Développeur : Flavourworks
Éditeur : Sony Interactive Entertainment Europe
Genre : Thriller interactif
Supports : PlayStation 4

Voir aussi

Robotech: Force Arms

Tandis que l’émotion est encore palpable après la disparition d’Ariane Carletti, l’on retourne pleinement dans …