Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Earth Defense Force 5

Earth Defense Force 5

Culte au Japon, la saga dont est tirée Earth Defense Force 5 continue de grappiller du terrain en Occident épisode après épisode. Sûrement grâce à des médias poussant notamment la culture nippone sous toutes ses formes. Voilà pour l’autopromotion. Si bien que c’est désormais un évènement un peu partout quand un nouveau volet arrive. Reste à savoir si cela est mérité.

Kaiju bien si tu veux gagner

Le scénario d’Earth Defense Force 5est digne de ce qu’il représente, à savoir de la science-fiction où l’on dézinguera essentiellement. Pas d’histoire introspective à proprement parler. Même si nous y voyons en réalité un sujet profond, de par souvent une défenestration de créatures à l’aspect animalier. Heureusement pas que, notamment par la présence de vaisseaux.

On y incarne un(e) nouvelle/eau membre de l’EDF. Oui, si vous voulez à sa tête on retrouve Corinne Diacre… C’est bon, vous avez épuisé votre stock de mauvaises blagues ? On reprend. Celle/celui-ci, avec toute la force de frappe terrienne, doit faire face à de belliqueuses/eux ennemi(e)s venu(e)s d’une contrée lointaine. Même si l’atmosphère semble sombre, Sandlot fait baigner sa création dans une approche similaire aux films dont il s’inspire. Ceci en mêlant les moments épiques, les batailles grandiloquentes & grand-guignolesques à la fois, le tout saupoudré d’humour.

Tu es rapide mais es-tu résistant ?

Bien qu’en visionnant des images d’Earth Defense Force 5 on y remarque immédiatement sa folie dévastatrice, il est loin d’être dénué de subtilités. Tout d’abord, l’on a droit à 4 classes pour notre personnage. Sachant qu’il est envisageable d’évoluer à 2 en local & jusqu’à 4 en réseau, cet aspect en devient encore plus intéressant à chaque partie. En définissant des rôles différents.

Ainsi, la façon de jouer change diamétralement. Que l’on décide de s’envoler via la Wing Diver, très véloce mais encaissant moins aisément les dégâts. L’Air Rider superbement équipé, sachant rester en retrait pour balancer ses robots & ses bombes, une sorte de mage lançant ses sorts si particuliers & puissants. Pour continuer dans le rapprochement avec les catégories d’avatars, le Fencer est lui le tank, solide & puissant. Enfin le Ranger, en quelque sorte le mec de la classe moyenne, bon en tout donc intéressant pour débuter.

Chacun(e) possède bien d’autres caractéristiques, notamment en ce qui concerne le soin. Mais nous n’allons évidemment pas tout vous détailler. Sachez toutefois qu’EDF5 pousse au gain d’expérience. Il y a vraiment de quoi faire évoluer son personnage, mais également ses armes. Concernant ces dernières, le fait de voir grimper de niveau celles dont l’on ramassera un nouvel exemplaire est une excellente idée. Cela change des « oh encore elle, je l’ai déjà », au sein de quasi tous les jeux d’action. Désormais, on note un intérêt à ce type de récompenses.

Cependant il ne s’avèrera pas si simple de les atteindre. Earth Defense Force 5 a beau péter de partout, c’est peut-être juste vous qui vous ferez exploser. Plusieurs difficultés étant proposées, vous vous en sortirez tranquillement en facile. Les plus acharné(e)s seront ravi(e)s de voir qu’il y a également de quoi faire pour elles/eux. Ce qui n’est pas anodin, l’expérience est véritablement conçue pour que divers publics puissent s’y adonner de la manière désirée.

Mais au-delà du côté relevé ou non selon votre mode, vous aurez néanmoins toutes & tous droit à une astronomique quantité de missions. Sur ce point, l’aventure fait clairement la différence avec cette bonne centaine de défis. Les objectifs changent, de par des environnements variés demandant de réfléchir à son approche. Ce qui engendre une adaptation par rapport à la classe des soldat(e)s sur le front. Ce qui s’avère d’autant plus accentué par des adversaires encore plus diversifié(e)s. Titanesques en hauteur, en largeur, armé(e)s ou suffisamment fort(e)s pour vous écrabouiller d’une patte, doté(e)s de capacités de mouvements vifs, lourds, bondissants…

Si l’opposition est globalement démesurée, à propos de la taille de chaque élément, on est loin d’être en face de simples armoires à glace. Pour leur faire face en vue à la 3e personne, on sera bien équipé(e)s. Puisque l’on pourra emporter aussi bien une arme classique, qu’une plus démentielle. Ainsi qu’un atout capable de nous octroyer des faveurs, comme une meilleure récolte de bonus. Mais aussi tout bonnement l’utilisation de véhicules.

Pas folle la guêpe

Comme toujours chez la franchise & chez les autres logiciels délivrant une myriade d’interactions à l’écran, par la présence d’un colossal nombre de personnages, eux-mêmes colossaux pour le coup, les graphismes ne cherchent pas à tout faire claquer. Si c’était le cas, autant affirmer dès à présent que le jeu ramerait comme jamais. Aucune autre production ne proposant la réunion des 2, on sait que l’on en est encore loin dans le microcosme du JV. Le principal est donc au menu chez Earth Defense Force 5, une jouabilité ne souffrant pas de ralentissements dès que 3 grenouilles bondissent.

Il faut cependant avouer que l’ambiance visuelle possède son charme. Les explosions à la en veux-tu en voilà, volontairement exacerbées pour donner davantage de spectacle. Ou encore des gerbes de sang dans des tons qui, au-delà des coloris, offrent une impression de matière originale, cherchant à pousser le curseur de la SF dévergondée. Soulignons enfin la bande-originale de qualité. Sachant nous porter dans ce monde, sur une note héroïque.

Le contenu aussi énorme que la plupart de ses protagonistes, fait d’Earth Defense Force 5 une aventure pas juste pour rigoler un peu. On a de quoi faire pour longtemps, avec en sus une vraie dimension stratégique d’équipe si on le désire.

Inod

Développeur : Sandlot
Éditeur : D3 Publisher
Genre : Action
Support : PS4

Voir aussi

Mélanie Astles, championne de voltige, ambassadrice d’Ace Combat 7: Skies Unknown

Bandai Namco Entertainment France est fier d’annoncer le partenariat entre Ace Combat 7 : Skies …